Corse : police et gendarmerie lancent deux coups de filet

Près qu’une quinzaine de personnes ont été arrêtées ce matin à Bastia et en Corse-du-Sud. Ces opérations concernent des attentats menées l’an dernier.

En Corse-du-Sud, l’opération a mobilisé 140 gendarmes, dont une équipe du GIGN. – AFP

Six personnes au moins ont été interpellées lundi à Bastia dans la mouvance nationaliste corse, dans le cadre d’une enquête sur un attentat contre la sous-préfecture de Corte (Haute-Corse), en 2012, a-t-on indiqué de source proche de l’enquête. Les personnes interpellées appartiendraient ou seraient proches de l’organisation Ghjuventu Indipendentista (Jeunesse indépendantiste) dont un militant, Nicolas Battini, est actuellement incarcéré à la maison d’arrêt de Bois d’Arcy (Yvelines).

M. Battini est soupçonné d’avoir participé à un attentat à la voiture bélier contre la sous-préfecture de Corte en avril 2012. Une voiture de tourisme avait été lancée contre le portail de l’édifice situé au centre-ville de la capitale historique de la Corse, puis incendié. L’attentat n’avait pas fait de victime mais avait provoqué de sérieux dégâts.

Essentiellement implantée au sein de l’Université de Corse-Pascal Paoli, à Corte, Ghjuventu Indipendentista connaît un regain d’activité depuis deux ans. Le mouvement de jeunesse du mouvement indépendantiste organise notamment des manifestations de soutien à ses militants emprisonnés.

Bureau de lutte antiterroriste

D’autre part, une dizaine de personnes ont été interpellées lundi matin dans la région du golfe du Valinco (Corse-du-Sud) dans le cadre d’enquête sur des attentats contre des résidences secondaires et des grandes surfaces commis en 2012.

Dans cette deuxième opération, des perquisitions étaient en cours dans la matinée, menées par la section de recherches d’Ajaccio. L’opération a mobilisé 140 gendarmes, dont une équipe du GIGN, avec l’appui du bureau de lutte antiterroriste (Blat) de la gendarmerie.

L’opération, à laquelle ont également participé des policiers, a été pilotée par la sous-direction antiterroriste (SDAT), a-t-on précisé de source policière.

Source : Les Echos.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.