COMMUNIQUE DE PRESSE : Harcèlements sexuels dans la Gendarmerie

ADEFDROMIL

Association de défense des droits des militaires, régie par les dispositions de la loi du 1er juillet 1901. Siège social : 52, avenue de Flandre – 75019 PARIS – Tél.:01.42.93.30.52

Site Internet : http://adefdromil.org Adresse courriel : vice-president@adefdromil.org

 

Représentée par son vice-président en exercice le capitaine e.r Michel BAVOIL.

Tel. : 06. 99.04.58.20 

 

L’Association de défense des droits des militaires (Adefdromil) a été informée dans le courant du mois de décembre 2013 de plusieurs affaires de harcèlement sexuel dans la gendarmerie, dont les victimes sont des jeunes femmes servant sous contrat soit en tant que GAV (gendarme adjoint volontaire), soit en tant que gendarme.

Simultanément la 10ème chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris a condamné le 7 janvier 2014 un gradé de la Garde républicaine pour des faits d’agressions et de harcèlement sexuels à l’encontre de deux GAV, à un an d’emprisonnement assorti du sursis avec mise à l’épreuve pendant deux ans, ainsi qu’à l’indemnisation des victimes.

Ces faits et cette condamnation en première instance, susceptible d’appel, survenant après d’autres témoignages reçus par l’association, démontrent que le phénomène est récurrent en Gendarmerie.

A Joigny (Yonne), une enquête est diligentée par la section de recherches de Dijon sous la direction du Procureur de la République pour des faits de harcèlement sexuel.

A la Garde républicaine, implantée à Dugny (Seine Saint Denis), la victime n’a pas encore déposé plainte.

Les gendarmes et les autres militaires forment la seule catégorie socioprofessionnelle en France à ne pas être protégée par son statut, contre le harcèlement moral et le harcèlement sexuel, contrairement aux fonctionnaires et aux salariés du secteur privé.

L’Adefdromil a donc décidé de saisir de ce problème Madame Najat Vallaud Belkacem, ministre des Droits des femmes, afin que l’interdiction du harcèlement soit enfin inscrite dans le statut des militaires, qu’une politique de prévention soit mise en place et que les auteurs identifiés soient sévèrement sanctionnés.

Michel BAVOIL

Fondateur et Vice-président

de l’Adefdromil

 

Source : Adefdromil

Lire également :   Harceleurs sexuels dans la Gendarmerie : Un métier d’homme, des satisfactions, des risques limités ! (Par Jacques BESSY, président de l’Adefdromil)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.