Charente-Maritime : sept hommes arrêtés avec 52 kg d’héroïne

8020902_3937c774-39ed-11e9-afb4-588bfd6ab572-1Les enquêteurs de la police judiciaire (PJ) de Bordeaux ont permis de démanteler ce réseau de trafiquants de drogue. (Illustration)

Agés de 36 à 60 ans, ils ont été mis en examen, dimanche, par un juge de la juridiction interrégionale de Rennes (Ille-et-Vilaine) pour trafic et importation de stupéfiants.

Loin des clichés des cités sensibles, c’est un réseau de trafiquant qui roulait sur l’or. Sept hommes, âgés de 36 à 60 ans, ont été mis en examen, dimanche par un juge de la juridiction interrégionale de Rennes (Ille-et-Vilaine) pour trafic et importation de stupéfiants. Ils sont soupçonnés d’avoir importé depuis environ un an plus d’une centaine de kilos d’héroïne en provenance des Pays-Bas en Charente-Maritime et à Bordeaux (Gironde).

L’affaire commence l’année dernière lorsque les enquêteurs de la police judiciaire (PJ) de Bordeaux recueillent une information sur un groupe de gens du voyage sédentarisés qui vivent dans la petite commune de Saint-André-de-Lisdon (Charente-Maritime). Les surveillances permettent de comprendre que le noyau dur de cette équipe se compose d’un père de 60 ans et son fils de 36 ans. Ils traitent avec des correspondants à Rotterdam (Hollande) qui leur ont fourni 80 kg d’héroïne. La drogue est alors conditionnée en Charente-Maritime et revendue dans la région.

Une Mercedes et 145 000 euros en liquide saisis

Pour blanchir l’argent du trafic, le clan achète des voitures d’occasion qui sont revendues tout à fait légalement à des particuliers. En début de semaine dernière, les forces de l’ordre surveillent le départ en Hollande de deux utilitaires et de quatre trafiquants. Ils récupèrent la livraison de 52 kg d’héroïne d’une valeur à l’achat d’un million d’euros et d’une valeur de quatre millions d’euros à la revente. La drogue est dissimulée dans une cache et les camionnettes, qui empruntent les routes secondaires, mettent vingt-quatre heures pour rejoindre Saint-André-de-Lisdon.

À leur retour, mercredi 20 février, les hommes de la PJ de Bordeaux arrêtent le convoi et six autres suspects à leur domicile. Ils saisissent une Mercedes d’une valeur de 40 000 euros et 145 (…)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Source : News Yahoo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.