Cette situation demain en France ? Oui, c’est possible.

Introduction

Si nous sommes pris par les « élites » pour les « idiots » que nous sommes devenus, c’est à nous seuls qu’il appartient de ne pas le rester.

Chers nouveaux lecteurs, permettez-moi, en quelques lignes, de « planter le décor ». Pour les plus anciens, vous pouvez passer directement au sujet du jour.

Les évènements que nous subissons et que nous allons encore subir sont annoncés sur ce blog, depuis 2012. Je n’utilise pas de boule de cristal, mais je collecte et recoupe énormément d’informations. Cela me permet d’extraire les plus pertinentes. Ce recul m’amène à formuler des anticipations cohérentes.

Accéder à une masse d’informations souvent payantes, les vérifier, les trier, prends beaucoup de temps. Dans la vie, il n’y a pas de repas gratuit. Mon travail de lanceur d’alertes à un coût et donc un prix. J’offre gratuitement à un large public, un grand nombre de billets qui traitent de l’écume des choses. Pour m’aider à poursuivre ce travail, je ne demande pas de dons et n’ouvre pas de « cagnotte ».

Si vous êtes prêts à regarder en face une réalité, parfois dérangeante, mais toujours porteuse d’espoir, abonnez-vous aux « Rendez-vous d’Hubert ». En plus de bénéficier de solutions pratiques pour affronter sereinement la période compliquée qui est devant nous, ce sera votre manière de m’aider concrètement à améliorer la qualité de mon travail.

Sujet du jour : L’hyper inflation, mythe ou future réalité ?

C’était dans « le monde d’avant », il y a très très longtemps… précisément dans le numéro du 16 mars 2020 des « rendez-vous d’Hubert ». En cette époque où tous les yeux et les oreilles étaient braqués sur un certain « Corona-embrouillaminus », j’anticipais :

« Une fois les entreprises bien « rincées » et la monnaie quasi sans valeur, comme déjà prévu, nous allons entamer une période d’inflation, voire d’hyper inflation qui sera très bénéfique à l’or ».

Dix-huit mois plus tard, le « Corona-vaccinus » est désormais omniprésent et les économistes commencent à évoquer, pour certains très mollement, un retour de l’inflation. Même le fonds monétaire international (FMI) ajoute sa note à la partition.

Quelle situation pratique se cache derrière ce « mot maudit » ? Le 8 mai 2020, je l’illustrais ainsi :

« L’effondrement de l’Allemagne lors de la Première Guerre mondiale provoque un changement de régime politique. Connue sous le nom de « République de Weimar », elle fait suite à l’ancien régime impérial. Elle durera jusqu’en 1933. Cette période est économiquement marquée par une Kôlôsssale augmentation des prix (en bon français, une hyper inflation).

Un Mark, la monnaie nationale, qui se déprécie de mille milliards en seulement 6 ans … Pas surprenant que cela « Mark » la mémoire des Allemands ».

Voyons maintenant ce qui se passe à la bourse de Caracas, capitale du Venezuela. Comme l’écrit fort justement mon ami Cyrille JUBERT : « La bourse monte parce que la monnaie dévalue ».

Le Monde nous rapporte ce qu’est l’hyper inflation au Venezuela :

« La monnaie vénézuélienne a perdu six zéros, vendredi 1er octobre dernier à minuit […] Le ticket de bus à Caracas, qui valait 1 million de bolivars, soit 0,25 centime de dollar, vaut désormais 1 bolivar ».

Le bolivar a déjà perdu 73 % de sa valeur pour la seule année 2021 et le FMI estime que le taux d’inflation annuel atteindra 5 500 % d’ici la fin de l’année. L’excellent site « Aube digitale » nous livre une information que je vous invite à lire jusqu’au bout et à méditer pour l’adapter.

L’hyper inflation est-elle possible en France ? Ma réponse est OUI, n’en doutez pas.

Il faut comprendre qu’aussi longtemps que « les ordonnateurs du Plan » contrôlent l’effondrement qu’ils souhaitent… « tout va bien », autrement dit, le système actuel subsiste tant bien que mal et peu de personnes perçoivent la réalité de la situation.

Au moment où la confiance dans le système et dans ceux qui l’incarnent cesse pour un grand nombre de personnes…le « château de cartes » s’effondre brutalement et l’hyper inflation en est un des effets. Est-ce pour demain… ou après-demain? Je ne sais pas mais c’est assurément proche.

Pour résumer, c’est à vous qu’il appartient de qualifier « efficacement » mes propos : ceux d’un lanceur d’alerte, d’un pessimiste voire d’un complotiste… ou d’un conseil avisé… c’est vous qui voyez.

« Il n’est rien qui ne s’arrange par la pratique du non-agir »

(Lao TSEU)

Chers lecteurs, je vous aime et vous salue.

Source : Sérénité Patrimoniale

Répondre à Fatti cosi Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.