Bouliac (33) : Brix, le chien gendarme, trouve un nouveau foyer grace à Facebook

Après sept ans de bons services, l’animal est à la retraite. Une annonce, postée sur la page de la gendarmerie, lui a permis de trouver une nouvelle maison

Bouliac (33) : Brix, le chien gendarme, trouve un nouveau foyer grace à Facebook

Se séparer de Brix ? Un crève-cœur pour son maître-chien qui voulait et a trouvé le meilleur grâce à Facebook.  
l a fait le buzz malgré lui. Brix, berger allemand de la gendarmerie de Gironde, a été réformé en janvier dernier après sept ans de bons et loyaux services. Restait à lui trouver un foyer pour profiter d’une retraite bien méritée. Car c’est désormais Houston, un Malinois de 2 ans, qui œuvre comme chien « piste et défense » au sein du peloton de surveillance et d’intervention de Bouliac.

Brix est donc remplacé à son poste. Mais pas dans le cœur de son maître, Bruno Descourtieux. Le gendarme vit en appartement. Son épouse accueille des enfants en bas âge. « Même s’il fait partie de la famille, c’était impossible pour moi de le garder. » Un crève-cœur pour le maître-chien, qui, à peine entré en gendarmerie, a voulu travailler avec ces partenaires au flair impressionnant.

Même la sonnerie de son téléphone portable imite un aboiement ! Il a bien essayé de proposer à des proches de s’occuper de Brix. En vain. Depuis deux mois, il désespérait tout en se préparant à une séparation inéluctable. « Et puis je ne voulais pas n’importe qui pour lui », admet Bruno Descourtieux. « Brix déborde encore d’énergie et d’affection. Il lui fallait de l’espace pour se défouler et surtout quelqu’un de disponible,qui saurait jouer avec lui et lui donner beaucoup d’amour. »

Et qui n’habite pas trop loin pour que le gendarme puisse aller voir son « fiston » de temps en temps. Le colonel Ghislain Réty, le patron des gendarmes girondins, lui a proposé de passer une annonce sur la page Facebook de la gendarmerie de Gironde.

Il a donc rédigé un petit texte au nom du chien, dont il a posté une photo, regard craquant fixant l’objectif et grande langue rose se léchant la truffe. « Bonjour, je m’appelle Brix et j’ai 9 ans… » Le succès a été immédiat.

Près de 600 000 personnes ont lu l’annonce. Bruno Descourtieux se dit aussi impressionné par plus de 300 propositions venues de toute la France, y compris hors métropole. Samedi encore, il recevait des appels de gens, impressionnés par la carrière de Brix, touchés par la démarche de son maître-chien.

C’est finalement la « candidature » d’un habitant du Cubzaguais, jeune retraité disposant d’un grand terrain, qui a été retenue ce jeudi. « Le contact est bien passé », assure Bruno Descourtieux. Brix est son premier partenaire canin. Il s’est noué un lien particulier entre eux. « Si on prend un chien comme une caisse à outils, ça ne peut pas fonctionner », estime le gendarme. Brix était son partenaire de travail. Mais c’est aussi une vraie peluche, un gentil toutou jamais en reste pour courir et jouer avec son boudin de tissu une fois le travail accompli. « Le jeu est la base du dressage. »

Explosifs, avalanche, stupéfiants, restes humains, incendie, billets : à chaque auxiliaire canin sa spécialité. Brix pistait les personnes disparues. « Il a participé à plus de 300 recherches », annonce fièrement Bruno Descourtieux. Le gendarme a des dizaines d’anecdotes et de souvenirs en tête. Une vieille dame tombée dans un fossé et ensevelie sous les ronces. Une jeune fugueuse retrouvée et remise à des parents morts d’inquiétude. « C’est une complicité de chaque instant. »

Source : Sud-Ouest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.