Bilan de cinq mois de guerre en Ukraine et la ligne de front s’effondre!

Par Brigitte Bouzonnie.

Je fais le point. Cinq mois que la guerre en Ukraine est déclarée. Depuis le 24 février 2022. La guerre en Ukraine, c’est comme les poupées russes. D’abord, il y a la guerre “officielle” déclarée par Poutine le 24 février dernier. Puis, très vite, si on s’intéresse au sujet, on tombe sur une seconde guerre impérialiste voulue par le camp mondialiste depuis 2014. Depuis Obama. Ce n’est pas moi qui le dis, mais Attali lui-même dans un de ses livres remontant à 2015. Attali, répète-jacquot bien connu de tout ce qui se dit à Davos et dans les cercles mondialistes. C’est un vieux projet de l’état profond américain : vouloir faire la guerre au Donbass, puis attaquer la Russie, le cas échéant, avec des armes nucléaires. D’ailleurs, l’analyse de la chronologie des évènements du mois de février 2022, montre que Poutine a anticipé d’une petite semaine une guerre impérialiste voulue par Biden. Ce qui lui a permis de confisquer les centrales nucléaires comme Tchernobyl.

Je fais le point. Les russes ont gagné les victoires de Marioupol, Severodonetz, Lissytchansk. Personne n’en a parle. Les médias au ordres de l’OTAN ont même eu le toupet infernal de dire que Marioupol était une victoire de Zélensky : Bonjour Orwell ! Personne n’a parlé de ces trois victoires consécutives des russes. Tout de même, il y a eu un journaleux de LCI pour dire avec mépris : “Poutine a gagné quelques batailles’ (sic) : cela ne s’invente pas !

Je fais le point. Sur les réseaux sociaux, cela ne se passe pas du tout comme prévu. Pendant les deux ans de Covid, 2002 et 2021, nous étions un petit groupe d’actifs anti Covid, anti vaccination, connus (Didier Raoult, Christian Perrone, Nicole et Georges Délépine, Louis Foucher, Reiner Fuelmich, Robert Kennedy junior, André Bercoff, Jean-Dominique Michel), et inconnus, restés groupés malgré toutes nos différences. Et les 24 mois pendant lesquels a duré la pandémie. Inversement, lorsque la guerre en Ukraine s’est déclenchée, je pensais qu’il en irait de même : c’est à dire qu’il y aurait un groupe dense, compact, “anti guerre impérialiste en Ukraine voulue par les américains” : tout comme il y a eu des militants contre l’absence de masques pendant le premier confinement, puis anti vaccins sans nuance. Alors que, pas du tout. Rien que le mot “anti guerre impérialiste des américains en Ukraine” n’apparait jamais dans les posts du fil d’actu de Facebook : comme s’il s’agissait d’un gros mot !

Un exemple entre mille : au mois de juillet 2022, après 50 articles postés contre la guerre de l’OTAN, je viens de me faire traiter sur Tweeter “d’anti vaccins, responsable de nombreux morts” (sic) : alors que cela fait bien six mois que je n’ai rien écrit sur le Covid et les vaccins. Une volonté évidente de ne pas nommer le présent problème !

J’ai l’impression, comme pendant le Tour de France, de faire une échappée en solitaire avec Karine Béchet-Golovko, Thierry Meyssan et Jacques Baud. Mes amis Dominique Kern, Monika Karbowska, Jean-Pierre Combe, Aymeric Monville et autres amis du PCRF. Des militants avisés comme Erwan et Sylvia Castell. Danièle Bleitrach. Régis de Castelnau. Les sites “Les 7 du Québec” et “Réseau International”. Et c’est tout, et c’est tout.

Dans leur immense majorité, les facebookiens ont choisi l’expectative. La posture du “spectateur dégagé”, pour parler comme Nietzsche. Comme on regarde un match à la télé. Comme on regarde par la fenêtre un couple en train de se disputer dans la rue. Rien à voir avec les choix clairs de notre jeunesse, lorsque toute la population était instinctivement “contre” la guerre du Vietnam !

C’est vrai que depuis la victoire de Marioupol, il y a des facebookiens, qui trouvent que Poutine a de beaux yeux. Ce qu’ils aiment dans Poutine c’est le vainqueur. Mais, à supposer que par malchance, les américains reprennent Marioupol, il n’aurait plus du tout de beaux yeux. C’est donc un Poutinisme indexé, intéressé sur la seule réussite des russes. Moi dans ma jeunesse, on était militant(e), que notre projet de changer le monde réussisse ou pas.

Nul doute que dans cette fausse conscience généralisée, portée inconsciemment par son propriétaire mouton, pensant qu’il s’agit là d’une attitude “normale”, “allant de soi”, Macron est à la manoeuvre pour brouiller notre pauvre jugeote ! Pour la macronie, il ne faut pas que le Peuple français comprenne à minima ce qui se passe en Ukraine : savoir critique, attention, danger !


COMPLÉMENTAIRE

https://www.moonofalabama.org/2022/08/ukraine-sitrep-on-the-ground-report-ukrainian-frontline-collapses.html

Ukraine SitRep – Rapport sur le terrain – Effondrement de la ligne de front ukrainienne

Vous trouverez ci-dessous une traduction automatique légèrement modifiée d’ un article paru hier sur le site ukrainien censor.net . La pièce a été promue par Yuri Butusov , un correspondant militaire ukrainien bien connu. Il s’agit à l’origine d’une publication sur les réseaux sociaux par quelqu’un qui était en première ligne à Pisky, immédiatement au nord-ouest de la ville de Donetsk.

Le contexte:

Au cours des deux à trois derniers mois, la partie ukrainienne a utilisé ses positions à proximité de la ville de Donetsk pour bombarder plus ou moins au hasard la population civile du côté affilié à la Russie. Après de sérieuses protestations, le commandement militaire russe a accepté de lancer une opération de contre-artillerie dédiée pour mettre fin au harcèlement meurtrier ukrainien.

Ses « rapports sur les conneries » quotidiens, voici celui d’hier (3 aout 2022), ont depuis inclus des lignes comme celles-ci presque tous les jours :

Dans le cadre de la guerre de contre-batterie, 2 batteries d’artillerie d’obusiers Giatsint près de Dzerzhinsk et Novhorodskoye, la République populaire de Donetsk ont ​​été touchées.

4 pelotons de Grad MLRS et 9 pelotons d’artillerie sur des positions de tir près de Seversk, Kirovo, Artemovsk, Avdeevka, Peski, Orlovka, Shakhterskoye, Velikaya Novoselka en République populaire de Donetsk, Dobropolie dans la région de Zaporozhye, Shirokoye, Bereznevatoye dans la région de Nikolaev, Russkaya Lozovaya et Nortsovka dans la région de Kharkov.

La campagne systématique de contre-artillerie a sérieusement détérioré la puissance de feu ukrainienne déjà rare.

La partie russe a également changé la direction principale de sa poussée du front nord de la direction Sievierdonetsk-Lysichansk-Siversk vers une poussée plus au sud. L’opération offensive actuelle est concentrée au nord-ouest et à l’ouest de la ville de Donetsk en direction d’Avdivka. Il y a une opération d’enveloppe qui se déroule au nord et au sud pour encercler cette ville extrêmement fortement fortifiée.

Le territoire rouge à gauche de la ligne rouge marque des parties de progrès récents.

Source : carte UA en direct – plus grande

Pisky est la partie sud de cette opération d’enveloppe.

plus gros

Après d’intenses préparatifs d’artillerie, les forces russes nettoient actuellement – lentement, lentement – les lignes de bunkers et de fossés en béton armé qui ont été construits du côté ukrainien au cours des 8 dernières années. Voici maintenant la vue de cette bataille du côté ukrainien (traduction automatique éditée, pour une traduction alternative, voir ceci .) (Remarque : 300 est l’indicatif de fret militaire pour les blessés, 200 pour les soldats morts) :

Pisky. Hachoir à viande

Auteur : Serhiy Gnezdilov

Qu’y a-t-il à perdre, que peut-on m’enlever d’autre au sixième jour de mon enfer personnel, à Pisky, à un kilomètre de la première rue de Donetsk, en Ukraine ? Les corps de ceux qui m’étaient plus chers que ma famille gisent sous la chaleur des tranchées, brisés par le calibre 152. Comme je l’ai écrit plus tôt, 6 500 obus par putain de village en moins d’une journée.

Cela fait déjà six jours de ce genre, et je ne peux pas imaginer comment même un petit nombre de nos fantassins ont survécu à ce barrage de tirs ennemis.

Non, je ne pleurniche pas.

Deux mortiers 82 et 120 travaillent de notre côté.

Parfois, ils se réveillent et « éternuent » deux canons d’artillerie en direction de Donetsk.

Nous répondons à peine. Il n’y a pas de tir de contre-batterie, dès le départ, l’ennemi met des obus d’artillerie dans nos tranchées sans aucun problème, démantèle des positions très solides et concrètes en quelques dizaines de minutes, poussant notre ligne de défense sans pause ni repos minimal.

Avant-hier, la ligne a rompu, et une rivière de 200 ou 300 [tués/blessés] a été déversée. Je ne publierai aucune statistique, c’est interdit dans notre pays, mais vous n’avez aucune idée du nombre et du pourcentage de pertes.

C’est un sacré hachoir à viande, où le bataillon retient simplement l’assaut avec ses corps.

Depuis près d’une semaine, nous attendons au moins une sorte d’aide qui toucherait l’artillerie ennemie, nous, je le répète, sommes tirés en toute impunité avec tout ce dont le système militaire russe est riche, leur aviation fonctionnait aujourd’hui.

Je suis fier du leadership du bataillon qui est resté ici avec nous. Le combattant est avec nous, tout le monde est avec nous, confus, léger 300, bandé et revenu après quelques heures à la position, si vous pouvez appeler ainsi ces ravins sans fond.

Il y a une guerre en cours.

Mais sans combat de contre-batterie, il se transforme en un hachoir à viande insensé, où une quantité insensée de notre infanterie est broyée en une journée.

Vouliez-vous vraiment la vérité ? La voici, la vérité nue.

La réserve se dirige vers la position, ferme la percée et après cinq minutes, une seule des 15 personnes reste intacte.

Les corps gisent au sol. Si c’est un 300 léger, vous aurez peut-être de la chance, vous vous évanouirez, et vous sortirez à pied, vous atteindrez les médecins.

Ils ont juste pris un 300 [blessé]. Il a crié tout le long : – « Où est le soutien ? Où est l’artillerie ? Pourquoi avons-nous été abandonnés ? Pourquoi personne ne nous a-t-il couverts ? »

Je ne sais pas, mon ami, pourquoi personne ne nous a couverts… Il hurle, et j’ai honte d’être encore sain et sauf, seulement quelques bons assourdissants.

J’ai vomi, je me suis énervé, je suis désolé, et je suis de retour à l’action.

Toutes les réserves sont détruites, le matériel militaire est en feu, l’ennemi s’approche et occupe sans problème nos positions après un nouveau barrage d’artillerie.

En ce moment nous perdons Pisky, toutes nos ressources humaines et matérielles sont presque épuisées.

Denys, un habitant de Marioupol, qui m’a dit « eh bien, je fais confiance à la personne arrêtée [le conseiller Zelenski Arestovich], nous allons tout rendre très bientôt » est mort. Il a été blessé deux fois, ils l’ont bandé directement dans la tranchée, ils lui ont dit, Denchyk, allez à l’évacuation, mais il a répondu « les gars, je ne vous abandonnerai pas ».

Tous deux blessés pour la première fois, et après la deuxième blessure, il a continué à riposter.

Nous n’avons toujours pas pris son corps. Sur les ruines de Pisky, il est allongé les bras tendus et le regard figé. Il demande vengeance. Comment puis-je refuser sa dernière demande ? Comment pouvons-nous tous quitter Dan ?

Je crois que Dimka a survécu après tout. Parce qu’il ne pouvait pas mourir, étant récemment revenu de l’hôpital, venant de proposer à sa petite amie. Ils disent qu’après l’une des paroisses, il a tout simplement disparu. Il s’est endormi avec de la terre. Mais, je crois que c’est une erreur, et il est vivant. Espoir et attente insensés.

Je sais, mon pays n’aime pas penser à haute voix. Mais, je n’avais pas le choix entre la victoire et l’arrestation. La vérité doit être entendue, pas des chuchotements dans la cuisine. Bien sûr, il volera séparément pour ce poste, car comment ? Oui, l’État ment-il à ses propres citoyens?

Je ne serais pas surpris si quelqu’un disait aujourd’hui: « L’agent du Kremlin Sirozh a parlé du plan brillant des vainqueurs sur le front de Donetsk, pendons-le au pacificateur. »

Je me suis amusé à dire que tout est sous contrôle. Maintenant à Pisky, tout n’est sous le contrôle de personne, mais pour une raison quelconque, la situation est étouffée.

Sonnez les cloches brisées pendant que nous couvrons Pisky de corps.

Nous avons besoin d’artillerie.

Donnez-nous quelque chose ici à quoi nous raccrocher.

Maintenant, mettez-vous à la place de Serhiy Gnezdilov, Denys ou Dimka. Pensez ensuite aux politiciens qui parlent gentiment de la résistance ukrainienne héroïque et envoient ces hommes se faire massacrer sans gain possible.

Désolé Serhiy, plus d’artillerie ne le fera pas. La partie russe ne ferait que le broyer en quelques jours. Combien des 120 obusiers américains M-777 qui ont été donnés à l’Ukraine existent encore ? Peut-être une dizaine d’entre eux, la plupart endommagés ?

D’autres opérations sont en cours. Au nord du front de Donetsk, il y a une poussée vers Bakhmut (également connu sous le nom d’Artomovsk). Hier, Soledar, au nord de Bakhmut, aurait été en grande partie capturé. Vershyna et Zaiseve, au sud de celle-ci, sont également parties ou tomberont bientôt.

plus gros

La partie ukrainienne a annoncé haut et fort une contre-offensive à venir sur le front sud vers la ville de Kherson. Mais le nombre d’unités russes dans cette zone plus vaste a depuis été augmenté à un niveau qui rend une nouvelle offensive russe vers Mykolaïv (Nikolaev), Kryvyv Rih (Krivoy Rog) ou Zaporitzhia plus probable que tout ce que la partie ukrainienne pourrait faire.

plus gros

La partie russe mène également une campagne continue contre les réserves ukrainiennes, les quartiers généraux de brigade et les installations militaires ou les camps de stockage temporaire loin derrière la ligne de front immédiate. Ces attaques moins visibles tuent un grand nombre de soldats ukrainiens. Extrait du ‘rapport clobber’ d’hier (également ici ):

À la suite de la frappe des forces aérospatiales russes sur les positions de combat de la 54e brigade mécanisée de l’AFU près de Mar’inka dans la République populaire de Donetsk, plus de 50 nationalistes du 2e bataillon de cette unité ont été détruits.

Des armes de haute précision des Forces aérospatiales russes ont frappé un point de déploiement temporaire de la Légion étrangère ukrainienne près de la ville de Nikolaev. Les attaques ont entraîné l’élimination de jusqu’à 250 nationalistes et de 20 unités de matériel militaire.

Les frappes de haute précision des forces aérospatiales russes ont éliminé jusqu’à 500 nationalistes de la 92e brigade mécanisée de l’AFU et une grande quantité d’équipements militaires à Merefa et Chuguyiv dans la région de Kharkov.

Le bombardement des positions de combat du 16e bataillon de la 58e brigade d’infanterie motorisée de l’AFU près d’Artemovsk a entraîné l’élimination de plus de 130 nationalistes. Les militaires restants du bataillon, au nombre de 70, ont quitté précipitamment leurs positions et sont partis pour Konotop, dans la région de Soumy, où ils ont été désarmés et déclarés déserteurs.

Le 21e bataillon de la 56e brigade d’infanterie motorisée, qui avait subi des pertes importantes près de Peski, a essuyé des tirs d’artillerie de l’AFU lors de sa retraite à Vodyanoye et a été presque complètement éliminé.

Remarquez le dernier paragraphe. L’unité de Pisky (Peski), d’où Serhiy Gnezdilov faisait rapport, se retirait vers Vodiane (Vodyanoye), au nord de Pisky (voir la deuxième carte ci-dessus). Sur leur chemin, les Forces armées ukrainiennes (AFU) ont ouvert le feu sur eux, tuant presque tous ceux qui avaient survécu aux attaques russes contre Pisky.

Était-ce une punition pour la retraite déjà tardive ? Ou était-ce une erreur d’identification par un observateur d’artillerie avancé qui pensait que ces forces ukrainiennes en retraite attaquaient des unités russes ? Je ne sais pas, mais…

Soit dit en passant – le nombre de victimes de l’adversaire donné par le ministère russe de la Défense est probablement surestimé (comme tous ces chiffres le sont). Mais même si seulement la moitié de ces ~900 revendiqués hier ont vraiment été blessés ou tués la veille, les pertes sont toujours dévastatrices. En 1967, au plus fort de la guerre du Vietnam, les pertes américaines, morts et blessés, étaient au maximum d’environ 200 par jour . Nous en voyons plusieurs du côté ukrainien chaque jour.

Ce n’est pas durable. Le gouvernement ukrainien aurait dû abandonner la lutte inégale il y a des mois. C’est un immense crime de l’encourager davantage.

Publié par b le 3 août 2022 à 8:07 UTC | Lien permanent     MoA – Ukraine SitRep – Rapport sur le terrain – La ligne de front ukrainienne s’effondre (moonofalabama.org)

Source : Les 7 du Quebec

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.