Avant l’acte XII des gilets jaunes, cette sortie de Castaner sur les violences policières passe mal

5b8326f0dace25f5a5f3dc4be74d9568Cette sortie de Castaner sur les violences policières passe mal juste avant l’acte XII.

POLITIQUE – Alors que l’utilisation des lanceurs de balles lors des mobilisations des gilets jaunes a été validée par le conseil d’État, les dernières déclarations de Christophe Castaner restent en travers de la gorge de gilets jaunes et leurs soutiens. Vendredi 1er février, le ministre de l’Intérieur a publié un tweet pour expliquer les violences policières.

Dans une vidéo, reprenant une partie de la conférence de presse de vendredi, et illustrée par des images d’exactions de gilets jaunes, il explique avec une anaphore que s’il n’y avait pas de pillage, de saccages et de violences envers les policiers, il n’y aurait pas de blessés. « Ni parmi les gilets jaunes, ni parmi les forces de l’ordre ».

Capture d’écran 2019-02-02 à 21.10.10

« S’il n’y avait pas de magasins pillés, de barricades érigées. S’il n’y avait pas de voitures brûlées, de bâtiments publics saccagés. S’il n’y avait pas de forces de l’ordre lynchées. En somme si la loi était respectée, il n’y aurait pas de blessés. Ni parmi les gilets jaunes, ni parmi les forces de l’ordre ».

Les réponses à ce tweet ne se sont pas fait attendre pour notamment avancer le fait que les blessés n’étaient souvent pas des casseurs. L’une des figures des gilets jaunes, Priscilla Ludosky a elle aussi répondu par une anaphore.

Capture d’écran 2019-02-02 à 21.11.58

Bonjour @CCastaner,
Pas sûr que les pacifiques comprennent (…) Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Source : News Yahoo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.