Au sud de Nantes. Une octogénaire sauvée par le chien des pompiers

1fef6428093ccc7c4e76b3e10d883815-au-sud-de-nantes-une-octogenaire-sauvee-par-le-chien-des-pompiers_2
Une octogénaire a été retrouvée saine et sauve par les gendarmes et le chien des pompiers ce vendredi à Divatte-sur-Loire. | Archives FOTOLIA

 

Une femme de 84 ans a été retrouvée saine et sauve ce vendredi 8 juin. Elle avait quitté la maison de retraite de Divatte-sur-Loire la veille et s’était égarée. Le chien des pompiers, appelé en renfort par les gendarmes, l’a repérée dans les vignes.

Une femme de 84 ans est sortie de l’Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de La Chapelle-Basse-Mer (Divatte-sur-Loire) jeudi 7 juin vers 15 h. Le personnel ne la voyant pas revenir a prévenu la gendarmerie vers 20 h. Une patrouille pédestre s’est aussitôt lancée à sa recherche, accompagnée du chien des gendarmes. Un hélicoptère a également été mobilisé.

Les recherches, vaines, ont été suspendues vers 3 h du matin. Et ont repris au petit matin vendredi. L’hélicoptère est reparti à sa recherche. Le chien des pompiers a été sollicité en renfort. Vers 11 h 45, le Malinois a aboyé et couru en direction des vignes.

1004cf39001282f204e6f720791fdf17-au-sud-de-nantes-une-octogenaire-sauvee-par-le-chien-des-pompiers_3 
Les maîtres-chiens des pompiers ici en exercice à Nantes. | Ouest France

 

L’octogénaire se trouvait là, allongée sur le sol, à quelques centaines de mètres de l’Ehpad et pas très loin de la route. Bien qu’ayant passé la nuit dehors, elle était en bonne santé et son état n’a pas nécessité d’hospitalisation. Elle n’était pas parvenue à se relever seule. Et n’était pas visible de la route, cachée par la végétation.

Elle a été prise en charge par les pompiers et a pu réintégrer l’Ehpad peu de temps après, soutenue par ses proches. L’octogénaire s’était déjà égarée dans les environs de la maison de retraite et avait été raccompagnée par des habitants du secteur.

Pompiers et gendarmes ont signé une convention il y a peu pour unir leurs forces. Chacun travaille avec des Malinois, qui sont dressés différemment. Le chien de la gendarmerie est un « pisteur », alors que celui des pompiers est un chien de « quête ». Un travail complémentaire qui a permis cette issue heureuse, pour cette dame de 84 ans.

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.