Attention, chasseur de chauffards !

Gendarmerie – Un nouveau patron au PMO de Villars-sous-Écot

Attention, chasseur de chauffards !

La capitaine Laurent Chardonneret. Photo Lionel VADAM

Le capitaine Laurent Chardonneret. Photo Lionel VADAM

Au premier contact, l’homme est plutôt affable. Droit dans ses bottes noires de motard. Pour autant, il est particulièrement déterminé. « C’est la chasse aux infractions », dit-il. Pour lui, pas question de badiner avec la sécurité routière et encore moins à l’aune de ces deux accidents mortels qui ont endeuillé la D437, le premier week-end d’août, avec d’évidentes fautes de conduite où vitesse et alcool ont encore une fois joué le sinistre et funeste premier rôle.

À 54 ans, le capitaine Laurent Chardonneret vient de prendre la tête du PMO de Villars-sous-Écot, fusion de l’ex-peloton autoroutier de Villars-sous-Écot et de l’ancienne BMO de Sochaux. Sa nomination est effective depuis le 1er août. Il remplace le lieutenant Schroth, parti pour une unité en Côte-d’Or. De là où est précisément natif le nouvel officier (il a vu le jour à Nuits-Saint-Georges).

Samedi, l’officier au galon à trois bandes coordonnait ainsi l’important dispositif mis en place à la sortie de Noirefontaine pour traquer les conducteurs qui avaient le pied un peu trop lourd sur le champignon. Dix d’entre eux se sont d’ailleurs fait alpaguer par le rayon laser d’un radar astucieusement placé (voir notre édition d’hier, en page Montbéliard).

« Nous avons mis les moyens… »

Motocycliste depuis 1983, l’actuel capitaine a sillonné la Franche-Comté (Lons-le-Saunier, Saint-Claude) et les régions limitrophes (Villefranche-sur-Saône) avant de diriger le peloton de Saint-Martin-du-Fresnes, dans l’Ain, sur la route de Genève et d’Oyonnax.

Le voilà désormais à la tête de 24 hommes (pour un effectif théorique de 29) avec des missions qui concernent les quelque 40 kilomètres d’autoroute entre Autechaux et Dambenois mais aussi le réseau des routes secondaires, de part et d’autre de l’A36.

« On travaille en étroite collaboration avec la compagnie de Montbéliard. Ainsi, quand le commandant Jallais m’a signalé que de nombreux accidents se produisaient sur la D437 comme sur la D683, nous avons mis les moyens, en intensifiant les contrôles », signale le nouveau patron du PMO. Quasi quotidiennement, des gendarmes visibles ou non arpentent le secteur.

Une nouvelle arme redoutable

Avec sept motos, dont une banalisée, 10 voitures dont trois banalisées et le fameux véhicule équipé d’un radar embarqué dernière génération, une arme redoutable, capable de prendre les contrevenants qui le doublent comme ceux qui viennent en sens inverse, les militaires du PMO sont équipés pour revenir de leur chasse avec des permis plein la gibecière.

« On effectue aussi beaucoup de contrôles de flux », souligne, selon le terme approprié, le capitaine Chardonneret. Avec lui, ça risque de siffler fort sur le bord des routes et celles et ceux qui voudraient s’affranchir des règles risquent de perdre des plumes, des points et plus encore.

Autant le savoir. La chasse aux chauffards est ouverte…

Source : L’Est Républicain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.