ARRAS Le vaste projet immobilier pour la gendarmerie est acté

Le quartier Baudimont d’Arras, qui abrite plusieurs unités de gendarmerie du Pas-de-Calais et compte 168 logements, va bien subir un toilettage dès cette année. Un programme de rénovation des logements est acté dès mars. Par la suite, au second semestre, un projet immobilier de plus grande ampleur (10M €) doit commencer à sortir de terre. Explications.

Le projet va métamorphoser le quartier Baudimont, aujourd’hui vétuste. PHOTO PASCAL BONNIERE

Le projet va métamorphoser le quartier Baudimont, aujourd’hui vétuste. PHOTO PASCAL BONNIERE

C’est l’un des points noirs de la gendarmerie en France tant les logements sont en piteux état, de l’aveu même d’un gendarme bien informé du dossier. Le quartier Baudimont, qui accueillait il y a encore quelques années un escadron de gendarmerie mobile (dissous en 2011), sera le théâtre en 2017 d’un très grand chantier qui durera sans doute deux ans, avenue de l’Hippodrome. Ce qui n’était alors qu’un projet assez lointain mais parfaitement mûri a pris beaucoup de consistance depuis qu’on a appris il y a peu que le ministère avait validé le programme, d’un coût estimé à dix millions d’euros.

Le chantier prévoit deux phases, qui seraient menées de front pendant vingt-quatre mois. D’abord, et ce n’est pas du luxe vu l’état de certains logements, place à la réhabilitation de l’ancienne cité bâtie en… 1937 (remplacement des menuiseries, sanitaires, VMC, isolation, mise en conformité électrique et gaz…). Cent un logements (sur les cent soixante-huit que compte l’emprise) doivent ainsi être rénovés progressivement dès mars. Seul hic : les personnels devront rester sur place pendant les travaux et ne seront donc pas relogés. Certains de ces logements sont occupés soit par des célibataires, soit par des familles.

 

Le site doit accueillir trois bâtiments neufs pour la gendarmerie, au début de l’avenue de l’Hippodrome. PHOTO PASCAL BONNIERE
Le site doit accueillir trois bâtiments neufs pour la gendarmerie, au début de l’avenue de l’Hippodrome. PHOTO PASCAL BONNIERE

La deuxième phase prévoit la construction de trois bâtiments sur les deux tiers de l’actuelle cour du quartier Baudimont. Tout en longueur, ces bâtiments seraient reliés par des passerelles. Rien ne sera rasé, sauf les anciens entrepôts qui seront reconstruits aux normes. Les appels d’offres ont déjà été lancés et les lots attribués. Un projet piloté par le secrétariat général pour l’administration du ministère de l’Intérieur de Lille (SGAMI).

Opération délicate

Actuellement, le site est occupé par la brigade motorisée, l’escadron départemental de sécurité routière et le peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie. Il devrait accueillir à l’issue du chantier la totalité du groupement de gendarmerie du Pas-de-Calais (notamment l’état-major), son crucial centre opérationnel (CORG) par lequel passent tous les appels de requérants, mais aussi la compagnie de gendarmerie d’Arras et sa brigade de recherches.

 

L’enjeu de ce chantier est double. D’abord réussir à garantir un service public sans coupure. Éteindre un CORG pour en allumer un autre tout en « rerootant » les appels avant basculement n’est pas une mince affaire. Une opération délicate que devront mener les informaticiens de la gendarmerie. Le deuxième enjeu doit permettre d’offrir des locaux enfin fonctionnels aux gendarmes du Pas-de-Calais. Actuellement, les unités sont éclatées à plusieurs endroits à Arras, rue des Fours et quartier Baudimont. Les futurs locaux devraient permettre de rapprocher les logements des locaux de travail, de mieux accueillir le public, de réaliser des économies en matière de déplacements et de se doter d’un plateau technique vraiment adapté.

>> Le projet immobilier en chiffres

– 10 millions d’euros de budget

– 1 569 m2 de bureaux

– 836 m2 d’ateliers/magasins

– 1 252 m2 de garages.

– 2 400 m2 à bâtir ou réhabiliter (101 logements de gendarmes concernés) et 919 m2 à démolir.

Source : La Voix du Nord

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.