Arnaque aux faux encarts pour la revue des gendarmes

Des filous se faisant passer pour d’anciens gendarmes auraient arnaqué 800 sociétés. A Tours, un restaurateur victime de ces aigrefins, témoigne.

L’affaire avait fait grand bruit on octobre lorsque les faits ont été révélés par nos confrères du Parisien : un faux gendarme avait vendu des encarts publicitaires bidon au nom de l’association Gendarmes et Citoyens (AG & C), qui existe bel et bien et que préside un ancien major domicilié dans le Vendômois, Christian Contini.

800 victimes 1,5 M€ de préjudice

L’escroc, âgé de 57 ans, avait été interpellé ainsi que deux complices, le 9 octobre 2013, par les policiers de la brigade de répression de la délinquance astucieuse (BRDA) qui s’attaque notamment aux faux et abus de confiance.
Établi la plupart du temps en Israël, le mis en cause se faisait passer pour un gendarme et démarchait de nombreuses sociétés pour leur vendre des encarts publicitaires à paraître dans la revue mensuelle de l’association.
Lui et ses complices affirmaient agir pour une « Agence centrale de publication administrative et sociale », spécialisée dans la vente d’espaces publicitaires…
L’enquête aurait permis de recenser 800 sociétés abusées pour un préjudice s’élevant à 1,5 million d’euros. C’est la mésaventure survenue à un restaurateur tourangeau, Xavier Aubrun, propriétaire de L’Odéon et du Chien jaune, près du Vinci et de la gare : « En 2012, j’ai fait un chèque de 358,80 € pour une parution dans cette revue mensuelle au profit des orphelins de la gendarmerie nationale. Je me suis fait avoir. Tant pis, je n’ai pas donné suite… »
Mais, si le restaurateur décide de reparler de cette arnaque aujourd’hui, c’est que, selon lui, « d’autres filous ont pris le relais. J’ai reçu une dizaine de coups de fil ces dernières semaines de soi-disant avocats qui me réclament 3.600 € pour douze parutions dans ce bulletin qui restent impayées. Mais, dès que je leur demande plus d’explications, ils raccrochent. « Ils appellent en numéros masqués. Ils menacent de m’envoyer l’huissier pour me saisir. Je suppose qu’ils contactent les gens qui n’ont pas porté plainte suite à la première arnaque. Et ce genre d’intimidation doit marcher de temps en temps. Alors, si mon expérience peut alerter d’autres victimes… »
Xavier Aubrun a pris conseil auprès de son avocat, Me Abed Bendjador, et envisage un dépôt de plainte. Et le restaurateur attend de pied ferme le prétendu huissier de justice qui doit venir procéder à une saisie conservatoire samedi…

Pascal Landré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.