Argenteuil – Ermont – Châtres : les braqueurs de fret avaient laissé leur ADN

Le Thillay, le 15 janvier 2016. Le semi-remorque rempli de parfums, braqué en Seine-et-Marne par les malfaiteurs d’Ermont et Argenteuil, avait été abandonné au Thillay, peu après l’attaque du chauffeur.

Le Thillay, le 15 janvier 2016. Le semi-remorque rempli de parfums, braqué en Seine-et-Marne par les malfaiteurs d’Ermont et Argenteuil, avait été abandonné au Thillay, peu après l’attaque du chauffeur. (DR.)
Pris en chasse par les gendarmes alors qu’ils venaient de s’emparer d’un semi-remorque de parfums, les braqueurs de fret avaient abandonné dans la précipitation les véhicules, le chauffeur ligoté… et leur ADN. Le commando du Val-d’Oise qui avait mené cette attaque en Seine-et-Marne a été interpellé cette semaine.

L’attaque remonte au 15 janvier dernier. Vers 22 heures, le conducteur d’un semi-remorque, chargé de parfums de marque pour la chaîne Marionnaud, roule dans la ZAC du Val-Bréon, à Châtres, en Seine-et-Marne. Subitement, un Touran Volkswagen lui coupe la route et le bloque, les malfaiteurs agissent en un éclair : le chauffeur est ligoté dans sa cabine pendant qu’un des membres de l’équipe s’empare du volant. Le commando prend alors la N 4 et roule vers le Val-d’Oise.

Mais un témoin alerte la gendarmerie de Seine-et-Marne, qui mobilise à son tour celle du Val-d’Oise. Les militaires à leurs trousses, les malfaiteurs abandonnent le semi-remorque et leur véhicule au Thillay. Ils prennent aussitôt la fuite, sans avoir le temps d’effacer leurs traces en brûlant, par exemple, les véhicules.

Un camion chargé de parfums braqué, le chauffeur ligotéLe chauffeur a été retrouvé indemne, n’ayant pas subi de violences physiques. Quant à la précieuse cargaison, elle a été récupérée dans sa totalité : 35 palettes de parfums, soit des milliers de flacons pour une valeur globale de 625 000 €.

Saisis de l’enquête, les gendarmes de la section de recherches de Versailles (Yvelines) ont retrouvé le commando en l’espace de trois semaines. Les experts des cellules d’identification criminelle (CIC) de Pontoise et de Maisons-Alfort (Val-de-Marne) ont passé le semi-remorque et le Touran au crible, parvenant à isoler des traces ADN et des empreintes digitales.

C’est ainsi que les quatre suspects, des jeunes habitant Argenteuil et Ermont, âgés de 22 à 25 ans, ont été identifiés puis interpellés ce lundi matin à leur domicile, avec le concours des gendarmes du Val-d’Oise.

« Les criminels chevronnés délaissent leurs cibles classiques»A l’issue de quatre jours de garde à vue, ils ont été présentés ce jeudi soir à un juge d’instruction de Pontoise en vue de leur mise en examen. Et ce, dans le cadre de l’information judiciaire ouverte par le parquet pour « vol et recel de vol en bande organisée », et « enlèvement et séquestration en bande organisée ». « J’ai requis leur placement sous mandat de dépôt », indique le procureur, Yves Jannier.

« Les criminels chevronnés délaissent leurs cibles classiques, tels les banques, les fourgons blindés, pour se rabattre vers des attaques plus faciles à réaliser, aussi rentables et moins risquées », souligne par ailleurs la gendarmerie à propos des vols de fret.

Leur nombre avait atteint le chiffre de 2 500 faits au niveau national en 2014. L’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) précisant que les chauffeurs étaient séquestrés dans environ 5 % des cas. En 2015, le nombre a nettement baissé, « vraisemblablement en raison de l’état d’urgence », selon la gendarmerie. « Mais cela reste une priorité. »

Source : Le Parisien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.