Après la manifestation musclée à Clermont-Ferrand, le tweet d’une conseillère municipale fait polémique

Une conseillère municipale clermontoise estime que la manifestation des « gilets jaunes » de samedi a dégénéré à cause de l’action des forces de l’ordre. Marianne Maximi interpelle la préfète du Puy-de-Dôme dans un tweet qui fait polémique.

Capture d’écran 2019-02-27 à 18.57.39

Plusieurs altercations ont eu lieu entre manifestants et force de l’ordre © Radio France – Maud Calvès
Clermont-Ferrand, FranceLe tweet de Marianne Maximi ne passe pas auprès des forces de l’ordre, très énervées après ces propos. Dans une lettre ouverte aux Clermontois, l’élue demande à la préfecture de s’expliquer sur les raisons qui ont poussé les forces de l’ordre à empêcher l’accès d’une rue près du tribunal aux manifestants.

Capture d’écran 2019-02-27 à 18.58.44En fonction de la réponse apportée, l’élue demandera ou non l’ouverture d’une commission d’enquête municipale. L’intervention des forces de l’ordre est due, selon la police, à la dégradation du tribunal par plusieurs casseurs. « La police a été réactive et s’est défendue, c’est très injuste de l’accuser d’avoir fait dégénérer une manif qui était illégale et non déclarée » répond Marc Fernandez, le directeur départemental de la sécurité publique.

Samedi, les forces de l’ordre ont surveillé par hélicoptère l’avancement de la manifestation des « gilets jaunes ». Un parcours « type » avait été communiqué quelques heures avant sur les réseaux sociaux, mais le cortège, rapide et imprévisible ne l’a pas suivi. Devant le tribunal, un cordon de CRS a empêché les manifestants de poursuivre selon leurs envies, avant de jeter du gaz lacrymogène. Du gaz utilisé selon la police, après que des projectiles aient été utilisés à leurs encontre. Suite à cela, les casseurs sont passés à l’action, dégradant 16 magasins, dont trois ont été pillés. À la fin de la journée, 33 personnes ont été interpellées. Depuis, les enquêteurs analysent plus de 3.000 photos pour poursuivre les fauteurs de troubles. Plusieurs Clermontois, dont des commerçants, en apportent de nouvelles.

Source : France Bleu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.