Appui des Forces Armées Françaises à l’Ukraine

Bonjour à tous,
Dans un tweet du CEMA.fr, dont la capture d’écran vous est adressée en pièce jointe, on apprend que les Armées Françaises apportent « un appui » à leurs homologues ukrainiennes . En terme militaire, lorsque des Forces Armée en « appuient » d’autres, c’est qu’elles sont devenues partenaire dans la guerre. Il y a, dans cette expression, une véritable déclaration de co-belligérance. Ceci signifie que les Forces Armées Françaises seraient donc entrées en guerre aux côtés des forces armées ukrainiennes sans que personne ne leur demande rien.

On me rétorquera que l’on est seulement dans « la communication ». Et qu’il s’agit seulement de « provoquer », « d’exciter », « d’exaspérer » l’ours Russe pour le faire « craquer », en lui montrant qu’avec l’appui français, l’Ukraine ne risque rien….

C’est avec ce genre de déclarations ouvertes, plus ou moins adroites, qu’un pays se retrouve en guerre sans l’avoir voulu.

Ce tweet est cependant divertissant sur au moins 3 points:

1 – Sur le compte twitter du CEMA français, on a que le droit de « liker », mais pas de désapprouver: le bouton « unlike » marquant la désapprobation sur les propos tenus n’existe pas ….

2 – Alors que pour la « Guerre au Covid » , des Conseils de défense très « confidentiels » se réunissent dans le plus grand secret pour prendre des décisions, pour la vraie guerre, celle d’Ukraine, pas la moindre discrétion. On communique ouvertement par tweet, en mettant le monde entier dans la « confidence », sans la moindre précaution dans l’expression écrite.

3 – De nombreux internautes se sont exprimés pour commenter ce tweet. On passe des moments savoureux à lire la très grande majorité de ces commentaires . Bref, les propos du CEMA ne font pas l’unanimité des utilisateurs de twitter….. C’est plutôt mal parti pour l’unité nationale en faveur d’une guerre à la Russie.

https://twitter.com/CEMA_FR/status/1526990734469079046/photo/1

Bonne information alternative et à chacun de se faire son opinion, bien sûr.

Général Dominique Delawarde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.