Amiens: deux jeunes femmes et un enfant découverts morts, le conjoint d’une des victimes hospitalisé dans un état grave

Les pompiers ont retrouvé deux femmes et un enfant morts dans un appartement rue Maberly. Ils sont décédés de « mort violente » selon le procureur de la République. Une enquête criminelle est ouverte.

La rue Maberly, dans la zone d’activité de Montières, a été coupée à la circulation par les forces de l’ordre une bonne partie de l’après-midi, vendredi 15 avril. Même les riverains ne pouvaient pas accéder à leur logement.

Vers midi, les sapeurs-pompiers sont intervenus au nº82 de cette même rue pour une personne ne répondant pas aux appels et ne s’étant pas présentée à son travail depuis mercredi. Les pompiers ont pénétré dans l’appartement par une fenêtre au premier étage donnant sur la rue. C’est là qu’ils ont fait la macabre découverte : deux jeunes femmes âgées de moins de 30 ans sont retrouvées mortes ainsi qu’un enfant en bas âge. Les trois victimes feraient partie de la même famille.

Deux véhicules examinés

«  Une enquête criminelle est ouverte. La police judiciaire est saisie  », souligne le procureur de la République, Alexandre de Bosschère qui confirme que les victimes sont décédées de «  mort violente  ». De nombreux enquêteurs de la police judiciaire de Lille et de Creil étaient présents sur les lieux et ont mené des investigations dans le logement une bonne partie de l’après-midi.

Ils ont également passé au peigne fin deux véhicules, une fourgonnette de marque Opel immatriculée dans la Somme et une voiture Opel du Pas-de-Calais qui étaient stationnées dans la rue, devant la résidence.

Un magistrat du parquet, la police judiciaire, la police technique et scientifique ainsi qu’un médecin légiste ont été dépêchés sur les lieux et le secteur a été entièrement bouclé durant toute l’après-midi. Sollicités, les inspecteurs de la police judiciaire se sont refusés à tout commentaire.

Photo FRED HASLIN

Au moins une victime a été tuée avec une arme blanche

Selon nos informations, aucun coup de feu n’a été entendu dans la résidence. Il se pourrait qu’une des victimes ait été tuée à l’aide d’une arme blanche, et une autre par étouffement.

«  Il y avait peu de taches de sang sur la scène de crime, ce qui écarte l’hypothèse de la mort donnée avec une arme à feu. Cela ressemblait plus à un crime avec un couteau du moins pour l’une des victimes. Une autre a peut-être été étranglée, mais seules les investigations de la police scientifique permettront de déterminer avec exactitude comment ces trois personnes ont été tuées  », souligne une source proche de l’enquête. Selon le parquet «  deux couteaux portant possiblement des traces de sang ont été découverts. D’autres traces de sang à proximité de l’un des corps étaient également visibles  », précise le procureur adjoint dans un communiqué.

La piste criminelle ne fait donc aucun doute et est confirmée par le procureur de la République. Toujours selon nos informations, les autopsies seront pratiquées dès ce samedi.

Un lien avec la victime d’un accident survenu la veille

Élément particulièrement troublant dans cette affaire : l’une des victimes du grave accident de la route survenu hier, jeudi 14 avril, à Saint-Vaast-en-Chaussée est le conjoint ou l’ex-conjoint, âgé de 48 ans, de l’une des femmes dont le corps a été découvert ce vendredi rue Maberly. Cet homme, transporté dans un état grave, avec un pronostic vital engagé, est toujours en vie. Information confirmée par le parquet qui ajoute  : « Au regard de son état de santé, il ne peut pas être entendu pour l’instant. »

Photo FRED HASLIN

« Ça m’a fait un choc »

Les riverains du 82 rue Maberly ne sont pas très bavards. «  J’ai quitté mon logement ce matin et je ne me suis rendu compte de rien. Il y a pas mal de locataires ici, mais en général c’était plutôt calme. Il n’y a jamais eu de gros soucis  », souligne un jeune homme qui avoue ne pas connaître ses voisins, l’appartement où justement les trois cadavres ont été découverts.

Un autre voisin évoque d’incessants va-et-vient de voitures dans la cour de la résidence, notamment tard le soir. «  Mais quand j’ai appris cette triste nouvelle, j’avoue que ça m’a fait un choc. Trois morts à côté de chez moi, c’est inimaginable  », souligne l’homme qui ne pourra pas regagner son logement avant la fin de la journée car les investigations de la police se poursuivent toujours.

Source : Courrier Picard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.