Aisne : un contrôle de gendarmerie dévie la RN31 à Braine

Opération inédite dans l’Aisne, lundi soir, sur l’axe entre Reims et Soissons, avec un dispositif à Braine. Tous les véhicules ont été systématiquement dirigés vers une aire aménagée.

<br />
Entre 22 heures et minuit, tous les véhicules ont fait l'objet de vérifications systématiques et exhaustives.</p>
<p>

 

Entre 22 heures et minuit, tous les véhicules ont fait l’objet de vérifications systématiques et exhaustives.

On appelle cela un contrôle des flux. La compagnie de gendarmerie de Soissons a mis en place une vaste opération lundi soir. Elle a mobilisé une trentaine de militaires des différentes communautés de brigades du Soissonnais mais également la brigade de recherches, les motards de la BMO et un agent des douanes et son chien Danish, spécialisé en recherche de produits stupéfiants.

De 22 heures à minuit, la circulation a été déviée à la hauteur de la seconde sortie en direction de Braine. La totalité des véhicules légers, voitures et fourgonnettes, a été dirigée vers l’avenue Pierre-Bécret tandis que les poids lourds étaient redirigés vers la nationale. Près de l’ancienne gare, les automobilistes ont fait l’objet de contrôles systématiques sur une aire de contrôles aménagée. Au final, 102 véhicules ont été contrôlés.

Marquer le terrain et les esprits

Véhicules, personnes et marchandises ont fait l’objet de vérifications exhaustives. L’objectif était double. En dirigeant tous les automobilistes dans la nasse, l’intention des gendarmes était d’y débusquer un gros poisson. Une personne recherchée ou une équipe de délinquants itinérants prêts à cambrioler ou à braquer. Les militaires n’ont rien trouvé de cela, lundi soir, mais ils ont relevé un défaut de permis de conduire et une conduite sous stupéfiants. Ce contrôle a également permis de constater l’importance du flux de voitures et fourgonnettes immatriculées en Pologne.

L’autre objectif était aussi de marquer le terrain et les esprits. Inédit dans le département en raison de la déviation de la circulation de la nationale, ce dispositif mis au point par le capitaine Ponce a été soutenu par le commandant de compagnie et le commandant du groupement Aisne, présents sur place. Le sous-préfet Laurent Olivier et le maire de Braine François Rampelberg se sont également rendus sur place.

D’autres opérations du même type pourraient être à nouveau menées dans le Soissonnais prochainement. À noter que d’ici quelques semaines, les gendarmes de l’Aisne devraient être équipés de nouvelles tablettes qui permettront de procéder aux vérifications sur les différents fichiers plus rapidement.

Ludivine Bleuzé-Martin

Source : L’Union

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.