Affaire Steve Maia Caniço : le téléphone portable qui charge la police

Il y a trois ans, Steve, 24 ans, se noyait dans la Loire à Nantes, lors d’une Fête de la Musique marquée par une intervention de police musclée. Longtemps les autorités ont nié toute responsabilité. Mais l’analyse de son smartphone raconte une tout autre histoire.

« Quelqu’un s’est noyé ! Quelqu’un a coulé ! » Les hurlements ont longtemps hanté ses nuits. Lui revenaient aussi, comme s’il les subissait encore, l’aveuglement soudain dû à l’épais nuage de gaz lacrymogène, l’étouffement, la panique. Puis le quai qui se dérobe sous ses pieds avant la chute de plusieurs mètres dans l’eau glacée. Il revoyait aussi la corde qu’il avait réussi à agripper avant d’aider quelqu’un à l’attraper. Et repensait sans cesse à cet autre jeune homme, témoin crucial, qui, dans l’eau, était parvenu à saisir par son pull une personne qui dérivait en battant des bras. Mais elle le faisait couler, il avait dû la lâcher…

« On a tout de suite su qu’il manquait quelqu’un », souffle Jérémy Bécue, 27 ans, en tirant sur une cigarette roulée. Steve Maia Caniço, 24 ans, ne savait pas nager. Il n’est jamais rentré de cette Fête de la Musique qui a viré au cauchemar après l’intervention de la police quai Wilson, à Nantes, dans la nuit du 21 juin 2019.

Le corps de l’animateur périscolaire sera retrouvé un peu plus d’un mois après, non loin du lieu de la fête, près del’imposante grue Titan jaune, un des emblèmes de la ville. Dès le lendemain, le Premier ministre, Edouard Philippe, prend la parole depuis le perron de Matignon. « Il ne peut être établi de lien entre l’intervention des forces de police et la disparition de M. Steve Maia Caniço », affirme-t-il en citant un premier rapport de l’IGPN, la police des polices. A sa droite, le ministre de l’Intérieur, Christophe Cas….

Lire la suite : Nouvel Obs

Lire également : Libération – Affaire Steve Caniço

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.