80 % des cas graves de COVID sont entièrement vaccinés », déclare le directeur de l’hôpital d’Ichilov.

Le vaccin n’a « aucune importance en ce qui concerne les maladies graves », déclare le professeur Yaakov Jerris.

Coronavirus ward (illustrative) Olivier Fitoussi/Flash90

Les hôpitaux israéliens sont-ils vraiment surchargés de patients non vaccinés contre le COVID ? Selon le professeur Yaakov Jerris, directeur du service des coronavirus de l’hôpital Ichilov, la situation est totalement opposée.

« Actuellement, la plupart de nos cas graves sont vaccinés », a déclaré Jerris à Channel 13 News. « Ils ont reçu au moins trois injections. Entre soixante-dix et quatre-vingts pour cent des cas graves sont vaccinés. Donc, le vaccin n’a aucune importance en ce qui concerne les maladies graves, ce qui explique pourquoi seulement vingt à vingt-cinq pour cent de nos patients ne sont pas vaccinés. »

Jerris a également révélé une certaine confusion dans la déclaration des cas. S’exprimant lors d’une réunion du cabinet dimanche, il a déclaré aux ministres : « La définition d’un patient grave est problématique. Par exemple, un patient atteint d’une maladie pulmonaire chronique a toujours eu un faible niveau d’oxygène, mais il a maintenant un résultat positif au test de dépistage du coronavirus, ce qui en fait techniquement un ‘patient grave atteint du coronavirus’, mais ce n’est pas exact. Le patient est seulement dans un état difficile parce qu’il a une maladie sous-jacente grave. »

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Source : Israel National News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.