77 ans après, ce Normand reçoit sa Croix de guerre (Reconnaissance, Ignorance ou Mépris ? )

Veteran600x400

Originaire de La Rondehaye dans la Manche, Joseph Gémier, 101 ans, a dû attendre 77 ans pour être décoré de la Croix de guerre, à la suite de ses faits d’armes dans les Ardennes.
 

Tout vient à point à qui sait attendre. Joseph Gémier a patienté 77 ans pour être enfin décoré de sa Croix de guerre, récompensant ses faits d’armes dans les Ardennes durant la Seconde Guerre mondiale. La distinction lui a été remise ce dimanche à La Rondehaye (Manche), au domicile de sa fille Marie-Josèphe et de son gendre Bien-Aimé, où il demeure depuis 1995.

L’injustice a été réparée, le jour même de son anniversaire pour ses 101 ans, en présence de représentants de la section de l’Union nationale des combattants (UNC) de la commune du bocage coutançais. « Je ne savais pas que j’y avais droit ! », livre l’ancien combattant, qui compte d’autres décorations, celles-ci remises en temps et en heure : Croix du combattant, Titre de reconnaissance de la Nation, Diplôme d’honneur des combattants 39-45.

« C’était trop cher »

À l’époque, un an après son retour de la guerre en 1946, « la section de l’UNC n’avait pas voulu acheter la médaille, car elle trouvait que c’était trop cher », explique Casimir Rutkowski, président de l’UNC de La Rondehaye. C’est lui, il y a un an, qui a soulevé le lièvre, à l’occasion de la fête communale, organisée pour le centenaire de Joseph Gémier.

« J’ai voulu savoir ce que Joseph avait comme médailles », indique Casimir Rutkowsk. Il demande alors à la famille le livret militaire de l’ancien combattant. Après vérification, « il s’avère que la Croix de guerre avec étoile est bien mentionnée sur son livret. Mais personne n’a jamais remis cette médaille à Joseph ».

Courage au combat

Porte-drapeau de l’association locale pendant 59 ans, Joseph Gémier a combattu l’armée d’Hitler dans les Ardennes en 1940. Ses actions et son courage au combat lui valurent une citation ordonnée le 28 juin 1940 par le général de brigade Dunoyer de Segonzac, commandant la 239e Division légère d’infanterie. En précisant que « la présente citation donne droit au port de la Croix de Guerre 1939-1940 avec étoile de bronze ».

Et une autre distinction pourrait bientôt lui être décernée. Car, grâce à la Croix de guerre, « il a maintenant droit à la Médaille militaire. Sous réserve que son dossier soit accepté… » relativise encore Casimir Rutkowski. Mais le proverbe ne dit-il pas qu’il faut donner du temps au temps ?

Source : Ouest-France

Résultat de recherche d'images pour "croix de guerre 39-45"

Le 05 février 2015 Profession-Gendarme avait titré : RECONNAISSANCE, IGNORANCE OU MÉPRIS 

Vous pouvez vous demander pourquoi cette diatribe ? Juste un peu énervé par le manque de reconnaissance. Aujourd’hui je demande à la Chancellerie :

  • Pourquoi principalement les officiers ont-ils la Légion d’honneur ? Bien sûr en la circonstance on ignore superbement les OGR.
  • Pourquoi l’ordre national du Mérite est-il  si difficile à décerner aux sous-officiers ? On reconnaît que « l’eau chaude et l’eau froide » sont superbement portées par les officiers G1 ou G2. Comme nous disons : « les témoins d’usure » !
  • Pourquoi y a t il plus de médailles militaires délivrées en état-major qu’en opérationnel .
  • Pourquoi un gendarme ayant servi en « Civpol », au sein de l’ONU, ne peut-il se voir délivrer la carte du combattant au prétexte qu’il n’est pas rattaché à une unité combattante? Pourtant son temps de présence en zone de combat est le même. De plus travaillant en isolé sa situation n’est-elle pas plus difficile ?

  • Pourquoi des félicitations vont-elles plus facilement aux enquêteurs d’unités de recherches qu’envers les brigadiers ? Le travail est le même, non ?
  • Pourquoi ne pas reconnaître un service opérationnel pendant plus de trente ans alors que l’on glorifie un service administratif ?
  • Pourquoi des félicitations pour un buffet bien garni et tenu au bénéfice d’un général ?
  • Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? ………

Et oui, pourquoi toutes ces formes d’injustices, d’ignorance, de mépris ?  Il est temps que l’on reconnaisse les « bons soldats ».

Le 14 Septembre 2015 nous avions également titré  : LES PROMESSES TENUES ENVERS LES ANCIENS COMBATTANTS ? CHIMERES !

Nous savons depuis bien longtemps que les promesses gouvernementales ne sont que des utopies. Quelques soient les appartenances politiques, rien n’est jamais tenu et respecté.

Déjà évoqué dans notre éditorial du 05 février 2015 (voir le lien) il semble que tout perdure dans l’ignorance et le mépris. Le bien le plus significatif de nos dirigeants, qui devrait être la valeur de la parole donnée,n’a plus aucun sens et ne représente plus rien.

Aujourd’hui, nous demandons officiellement au président de la République, au ministre de la défense ainsi qu’ au grand chancelier de la légion d’honneur de bien vouloir rapidement, très rapidement, d’honorer  nos vétérans avant que ceux-ci ne décèdent.

Depuis plus de 70 ans nous devons honneur et respect à nos vétérans aussi c’est avec respect et reconnaissance que nous saluons cet ancien combattant.

Le conseil d’administration de l’APG

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.