2 gendarmes blessés par balle en Calédonie

Deux gendarmes ont été blessés à la tête par un unique coup de feu tiré sur leur véhicule blindé où ils s’étaient réfugiés après avoir essuyé des jets de pierres, hier après-midi à Canala (Est de la Calédonie), a-t-on appris de sources concordantes.

Le parquet a évoqué “une tentative d’homicide volontaire”.
Les deux hommes ont été transférés à l’hôpital Gaston-Bourret (Nouméa) par hélicoptère. Leurs jours ne sont pas en danger, mais un des deux gendarmes est toujours hospitalisé.

Les faits se sont produits alors qu’une équipe de quatre gendarmes s’était rendue à la tribu de Nakéty (commune de Canala) pour tenter de récupérer deux véhicules volés à Nouméa quelques jours plus tôt. C’est alors qu’ils ont été agressés. L’un des gendarmes a été blessé au crâne, l’autre au cou.
L’enquête a été confiée à la section de recherche de la gendarmerie de Nouméa qui effectue enquête de voisinage et investigations scientifiques sur place.

“Toutes les pistes sont explorées”, a assuré la procureure de la République, Claire Lanet. Les premières constations montrent qu’une seule balle a été tirée, visant la vitre, donc délibérément la tête. Il s’agit d’une tentative d’homicide volontaire”. La commune de Canala est régulièrement le théâtre d’agressions visant les forces de l’ordre. “L’insécurité y est permanente”, a indiqué la gendarmerie. “Nos équipes sont visées de façon récurrente, principalement par des jets de pierre”.

Le maire de la commune, Gilbert Tiuyenon, a aussitôt condamné cet acte: “On ne peut accepter ce qui s’est passé. Toute ma solidarité va aux deux hommes qui ont été blessés ainsi qu’à leur famille dans ce moment difficile. Les autorités coutumières m’ont exprimé leur ras-le-bol et leur refus d’accepter ce genre d’exaction. Elles m’ont rappelé qu’elles avaient déjà su faire par le passé ce qu’il fallait pour livrer les auteurs de faits répréhensibles à la gendarmerie. Il s’agit d’une archi-minorité qui gâche la vie de tout le monde”.

Le maire a également appelé le Haut-commissaire, Vincent Bouvier, pour demander une réaction de l’Etat.

source : Le Figaro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *