1098 victimes de piqûres sauvages connues de la police et la gendarmerie. Mais le mystère demeure

1098 victimes de piqûres sauvages ont été recensées en France par la police et la gendarmerie. 808 plaintes ont été enregistrées. Cinq personnes ont été arrêté à ce jour. Mais le phénomène continue de prendre de l’ampleur.

Toute la France est concernée par ce phénomène inquiétant. Dans les discothèques où les festivals des mystérieuses piqûres sauvages se poursuivent et inquiètent les autorités.

Pour l’heure, la police et la gendarmerie ont eu connaissance de 1098 victimes. En marge des enquêtes, l’Office anti-stupéfiants (Ofast) a été mis en alerte sur ces affaires, selon le Figaro, au cas où les enquêtes feraient apparaître un trafic organisé. Des enquêtes sont ouvertes pour administration de substance nuisible et violences volontaires avec armes.

Le départ le plus touché est le Morbihan avec 53 cas, devant le Var avec 39 cas,  l’Hérault avec 37 cas, les Bouches-du-Rhône et l’Isère avec 21 piqûres chacun. Selon les informations des victimes, les piqûres sont suivies “d’effets immédiats”, d’autres “d’effets retardés”. Les symptômes les plus fréquents que décrivent les victimes sont des vertiges, des bouffées de chaleur, une perte de sensibilité. Des victimes de piqûres ont perdu connaissance et ont été amenées à l’hôpital pour un examen.

Les injections ont souvent eu lieu sur les bras et les jambes. A la suite d’une piqûre sauvage, la victime doit subir des tests toxicologiques, urinaux, vaginaux et buccaux. “Aucune analyse ne révèle la présence de GHB”, cette substance surnommée la drogue du violeur.

Plusieurs suspects ont déjà été arrêtés mais souvent relâché, faute de preuves. En revanche, un homme âgé d’une vingtaine d’années qui avait piqué des spectateurs du Show de TF1 “La chanson de l’année” a été mis en examen pour “violences aggravées par arme” et a été écroué.

Source : Actu Forces de l’ordre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.