Nîmes : le « gilet jaune » Roland Veuillet incarcéré au terme d’une audience surréaliste

imageAmbiance surréaliste ce jeudi au tribunal. MIDI LIBRE / H. R.

Cris, huis clos, un  prévenu qui se couche, retour sur l’audience qui devait examiner le cas d’une série d’infractions reprochées à Roland Veuillet. L’activiste et « gilet jaune » a été placé en détention  provisoire en attendant son procès fixé au 9 janvier.

Jugé en comparution immédiate, le militant et « gilet jaune », Roland Veuillet a été incarcéré jeudi 12 décembre après-midi à l’issue d’une audience surréaliste qui s’est tenue devant le tribunal correctionnel. Le sexagénaire a été déféré jeudi matin après une garde à vue au commissariat pour acte d’intimidation envers un policier.

Il se qualifie « de prisonnier politique »

Annoncé vers 10 h 30 et finalement vers midi, le dossier devait être jugé dans le cadre d’une comparution immédiate où l’ensemble des faits reprochés à Roland Veuillet a été rassemblé pour une même audience. Aussi, l’activiste devait être jugé pour acte d’intimidation, participation à un attroupement après sommation de se disperser, entrave à la circulation des véhicules, rébellion, dénonciation calomnieuse et outrage ; le tout pour une période allant de décembre 2018 à décembre 2019.

Dès son arrivée dans le box, Roland Veuillet s’énerve et dit qu’il est « un prisonnier politique » et n’a rien à faire face au tribunal correctionnel. Dans la salle, de nombreux soutiens issus du monde syndical et de l’univers des Gilets jaunes auquel appartient le prévenu.

Me Salomé Perrier, son avocate demande au président le dépaysement du dossier vu qu’une partie des faits reprochés à son client concerne un policier de Nîmes. Elle pointe « une proximité entre le parquet  de Nîmes  et la police nîmoise » et le fait qu’au regard de « la justice européenne, le parquet n’est  pas une autorité indépendante ».

« Roland, on sort ? »  » Non, couchez-vous ! »

L’avocate demande aussi que Roland Veuillet sorte du box des détenus et puisse être jugé à la barre. Le prévenu reste finalement derrière les vitres du box encadré par des policiers. Mais il refuse de répondre au tribunal puis il se couche dans le box face à des policiers médusés et des juges décontenancés par l’attitude du prévenu.

Brouhaha et commentaires dans la salle. Le président demande l’évacuation du public mécontent du huis clos qui s’annonce. Les policiers invitent le public à sortir. Quelques récalcitrants refusent de s’en aller. « Roland, tu veux qu’on sorte ? », lancent-ils au prévenu couché dans le box. « Non ! Couchez-vous ! », répond-il à ses soutiens qui, à la demande des policiers du tribunal, finissent par quitter la salle d’audience sans heurts.

Il traite un fonctionnaire d’ivrogne

Roland Veuillet se relève mais tourne le dos au tribunal. Le président Brice Barbier prévient que s’il persiste à tourner le dos, le prévenu sera évacué dans la cellule. Roland Veuillet ne retourne pas. Son éviction du box est demandée. Il se couche. Les policiers  parviennent à l’extraire  du box. Le  vice-procureur Patrick Bottero demande le placement en détention d’un prévenu qui a cinq précédents (affaires à juger) qui sont le fruit d’une montée en puissance d’infractions depuis le 22 décembre 2018.

Le magistrat évoque  le refus de se disperser et un harcèlement à l’égard de certains fonctionnaires  de police. « Il traite un fonctionnaire d’ivrogne et met en cause un  commissaire », ajoute le parquet qui  refuse de remettre en liberté M.Veuillet. « Si vous l’élargissez, il va immédiatement s’en prendre à un policier ». Dans la salle de nombreux magistrats assistent à l’audience marquée par les rebondissements. L’avocate des policiers, Me Castelbou estime que le prévenu est dans la provocation, « Il est dans le cirque ». Il a fait du « trouble à l’ordre public son fonds de commerce, il invective les forces de police ».

 

Ambiance surréaliste ce jeudi au tribunal.
Ambiance surréaliste ce jeudi au tribunal. – ARCHIVES MIDI LIBRE – H. R.

Renforts de policiers au tribunal

Me Salomé Perrier pour la défense demande un placement sous contrôle judiciaire strict avec un pointage dans une gendarmerie voire une mesure d’éloignement de Nîmes. L’avocate évoque aussi la surpopulation carcérale de la maison d’arrêt de Nîmes et propose qu’on interdise Roland Veuillet de manifester. Après délibéré, le prévenu est placé en détention provisoire en attendant son procès fixé au 9 janvier 2020. Des renforts de policiers sont venus s’assurer qu’aucun débordement  ne perturbe l’annonce de l’incarcération de Roland Veuillet.

Grève de la faim et de la soif

L’avocate du prévenu a indiqué que son client a annoncé  qu’il entamait une grève de la faim et de la soif en précisant qu’elle s’inquiétait pour son état de santé.

Source : Midi Libre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>