Le propre site web du gouvernement australien admet que les tests pour la Covid ne sont absolument pas fiables (Off-Guardian)

test-covid1

Par David James

La Therapeutic Goods Administration (TGA), un organisme gouvernemental, affirme qu’il y a « peu de preuves » pour évaluer « l’utilité clinique » de la PCR ou des tests sanguins.

Imaginez que vous alliez chez un médecin en pensant que vous pourriez avoir une maladie grave et que l’on vous dise qu’il existe deux tests disponibles. Pour le premier test, un prélèvement, ils ne savent pas, si vous obtenez un résultat positif, si vous êtes atteint ou non de la maladie. Avec le second test, une analyse de sang, ils savent avec certitude que le test n’est d’aucune utilité pour détecter la maladie.

Un patient trouverait-il cette situation satisfaisante ? Il est évident que non.

Pourtant, c’est exactement ce que le gouvernement australien admet être la situation avec son test de dépistage du coronavirus. Il se trouve sur le site web de la Therapeutics Goods Administration (TGA) pour les « professionnels de la santé » :

    « La mesure dans laquelle un résultat PCR positif est corrélé avec l’état infectieux d’un individu est encore en cours de détermination ».

Et :

  « Il y a peu de preuves disponibles pour évaluer la précision et l’utilité clinique des tests COVID-19 disponibles ».

[Nous avons aussi une capture d’écran, au cas où ils retireraient l’info – ndlr]

Le propre site web du gouvernement australien admet que les tests pour la Covid ne sont absolument pas fiables (Off-Guardian)

En d’autres termes, ce que l’on appelle de manière risquée les « autorités » sanitaires ne savent pas, en cas où une personne est testée positive, si elle est infectée ou non. La TGA admet également que la « fiabilité des preuves » est incertaine en raison de la « base de preuves limitée ».

Elle sait que ses tests PCR sont douteux et que les tests sérologiques sont inutiles, et elle les cache donc à la vue de tous dans l’espoir que personne ne s’en apercevra.

Pourtant, un test positif est ce que l’on appelle un « cas » (un mot qui s’applique généralement aux personnes manifestement malades) et l’augmentation des « cas » est utilisée comme justification pour des confinements abusifs et absurdes à Melbourne (où vit cet auteur).

Pire encore, la majorité de la population a cru à la propagande et est plus que prête à se retourner contre ses concitoyens qui ont une opinion différente, les diabolisant comme étant « si égoïstes » et applaudissant lorsqu’ils sont soumis à des amendes de dizaines de milliers de dollars.

En attendant, le nombre de patients graves et critiques (ce qui devrait être la vraie définition d’un « cas ») n’a pas dépassé 70 en Australie depuis que la peur de la pandémie a commencé – sur une population de 24 millions d’habitants. Le nombre de décès par habitant s’élève à environ 26 par million sur une période de six mois, ce qui représente une fraction du nombre de victimes dans d’autres pays.

Pire encore, les mêmes pratiques douteuses concernant les causes de décès ont été suivies en Australie comme ailleurs. Le responsable de la santé publique de l’État de Victoria a admis qu’ils ne procédaient pas à des tests de dépistage du virus, en supposant simplement que s’il y avait des symptômes de type grippal, il s’agissait du COVID-19. Il faut ajouter que le nombre de décès dus à la grippe en Australie est exceptionnellement bas.

Les tests sanguins sont encore pires. L’Institut Doherty a testé environ une demi-douzaine de tests sérologiques (sanguins) et a conclu dans chaque cas :

    « Dans l’ensemble, nos conclusions continuent de soutenir les récentes prises de position du Public Health Laboratory Network (PHLN) et du Royal College of Pathologists Australasia (RCPA) selon lesquelles les tests sérologiques ont un rôle limité, voire nul, dans le diagnostic de l’infection aiguë par COVID-19 ».

Cette conclusion a été reprise ailleurs. Beaumont Health, dans le Michigan, a mené une étude longitudinale, à partir de la mi-avril, qui était censée examiner les taux d’infection chez les travailleurs de la santé exposés au virus. Elle était basée sur des tests sérologiques à grande échelle.

Quelle a donc été la conclusion de l’étude du British Medical Journal (qui n’a pas été facile à trouver) :

    « Des études cliniques de meilleure qualité évaluant la précision diagnostique des tests sérologiques pour la covid-19 sont nécessaires de toute urgence. Actuellement, les preuves disponibles ne permettent pas de soutenir la poursuite de l’utilisation des tests sérologiques existants ».

Même résultat : les tests sanguins sont inutiles. Il faut se demander pourquoi. La première explication qui vient à l’esprit est qu’ils n’ont pas les informations dont ils ont besoin sur le virus pour tester de manière fiable son existence.

L’Institut Doherty a utilisé un virus créé artificiellement dans son test d’un kit PCR chinois. Pourquoi le crée-t-on artificiellement ?

Il y a de sérieuses questions auxquelles il faut répondre ici, mais les soi-disant journalistes australiens ne sont, à quelques exceptions près, pas disposés à les poser. Ils sont trop occupés à générer du trafic en effrayant les gens. Ils reprennent donc sans réfléchir les arguments des politiciens et des conseillers en santé pour faire de l’État de Victoria un État de police médicale.

À Melbourne, il y a un confinement entre 20 heures et 5 heures du matin, des gens sont envoyés en prison pour ne pas avoir porté de masque, la police patrouille dans les lieux publics pour s’assurer que les ordres du conseiller sanitaire sont suivis, violemment si nécessaire, et bien d’autres outrages.

Le premier ministre, Daniel Andrews, veut prolonger l’état d’urgence de 12 mois supplémentaires afin de pouvoir remettre toutes les décisions au responsable de la santé et de pouvoir prétendre qu’il fait ce qu’il faut.

Tant les politiciens que les grands médias ne cessent de faire des caquètements sur la « politique fondée sur les preuves » et le « respect de la science ». C’est un mensonge.

Ils s’appuient sur des tests qui, de l’aveu même du gouvernement, ne sont pas fiables. Il ne s’agit pas d’un avis contradictoire entre « experts ». Il s’agit du gouvernement lui-même. Il s’agit d’un scandale extraordinaire et si les médias fonctionnaient, le gouvernement serait exposé à une incompétence flagrante et à une agression politique.

Les citoyens qui tentent d’organiser des manifestations pacifiques sont arrêtés chez eux et accusés d’ »incitation », quoi que cela signifie. La police est tombée dans une hypocrisie totale.

Article originel :  Australian Govt’s OWN WEBSITE admits Covid tests are totally unreliable

source:http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/le-propre-site-web-du-gouvernement-australien-admet-que-les-tests-pour-la-covid-ne-sont-absolument-pas-fiables-off-guardian

Source : Reseau International

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>