Juppé désavoue le général Soubelet

Alors qu’il s’exprimait devant des étudiants de Sciences Po à Bordeaux ce soir, l’édile de la ville – et candidat à la primaire de la droite et du centre – s’est exprimé sur le sort du général Soubelet, ex-numéro trois de la gendarmerie, évincé après avoir dénoncé la politique de sécurité du gouvernement.

«Un militaire, c’est comme un ministre : ça ferme sa gueule ou ça s’en va», a d’abord lancé Alain Juppé, avant d’expliquer : «Si on laisse à chaque militaire la possibilité de critiquer les gouvernements, il n’y a plus de gouvernement.» Selon l’ancien premier ministre, «certes, tous les militaires ont le droit de penser, mais il y a quand même des limites à ne pas dépasser».

Des propos qui viennent en contradiction avec ceux de son parti Les Républicains qui dénonçait il y a peu une «opération de limogeage entamée par le gouvernement» dans le but «qu’aucune tête ne dépasse». Selon le communiqué du parti, signé par le secrétaire national à la sécurité Bruno Beschizza : «Il est inconcevable dans une démocratie moderne que des fonctionnaires ne puissent pas s’exprimer librement devant une commission parlementaire.» Tout le contraire de ce que pense Alain Juppé.

Source : Le Figaro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>