« Gilets jaunes » : la police a tiré 19 000 munitions LBD et 5 400 grenades en 2018

6fcc08d_XLyBTnZ_ZzJZhQIf7P-4aqFEUn policier anti-émeute avec un lanceur de balles de défense. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Plus de la moitié des munitions ont été tirées durant le dernier mois et demi de l’année, au plus fort du mouvement des « gilets jaunes ».

Les forces de l’ordre ont utilisé en 2018 trois à quatre fois plus de balles de LBD et grenades de désencerclement que l’année précédente, notamment lors des manifestations « gilets jaunes » où les blessures graves qu’elles ont provoquées ont fait polémique, selon les chiffres publiés ce jeudi 13 juin par la police des polices (IGPN), qui n’exclut pas une réflexion sur leur usage.

En 2018, les policiers ont tiré 19 071 munitions de lanceurs de balle de défense (LBD) et lancé 5 420 munitions de grenades de désencerclement, soit des hausses de 203 % (trois fois plus) et 296 % (près de quatre fois) qu’en 2017 (respectivement 6 357 et 1 357 munitions), selon l’IGPN.

Les forces de l’ordre ont utilisé en 2018 trois à quatre fois plus de balles de LBD et grenades de désencerclement que l’année précédente, notamment lors des manifestations « gilets jaunes » où les blessures graves qu’elles ont provoquées ont fait polémique, selon les chiffres publiés ce jeudi 13 juin par la police des polices (IGPN), qui n’exclut pas une réflexion sur leur usage.

En 2018, les policiers ont tiré 19 071 munitions de lanceurs de balle de défense (LBD) et lancé 5 420 munitions de grenades de désencerclement, soit des hausses de 203 % (trois fois plus) et 296 % (près de quatre fois) qu’en 2017 (respectivement 6 357 et 1 357 munitions), selon l’IGPN.

La « période du 17 novembre au 31 décembre représente pour les seules manifestations de “gilets jaunes” [alors au pic de leur mobilisation, NDLR] près du tiers des déclarations d’usage » du LBD et « plus de la moitié des munitions tirées », a détaillé la directrice de l’IGPN, Brigitte Jullien. Pour la grenade de désencerclement, cette période concentre 50 % de l’augmentation des usages et 72 % de l’augmentation de munitions.

Outre les « gilets jaunes », la période de la Coupe du Monde 2018 et du 14-juillet a aussi concouru à cet accroissement en raison des violences urbaines générées, a souligné la cheffe de l’IGPN.

23 personnes éborgnées pendant les « gilets jaunes »

L’utilisation par les forces de l’ordre de ces armes dites de force intermédiaire (AFI) est dénoncée de longue date par des collectifs et associations, qui ont dénombré 23 personnes éborgnées et cinq qui ont perdu une main lors des manifestations de « gilets jaunes ».

Lire aussi : Le procureur de Paris assure que des policiers seront jugés pour violences sur des « gilets jaunes »

Confrontée à cette crise sociale et d’ordre public sans précédent depuis des décennies, le gouvernement a opposé une fin de non-recevoir aux demandes d’interdiction de ces AFI. Sur ce sujet, il peut compter sur le soutien des syndicats policiers et s’appuyer sur des décisions du Conseil d’Etat en février et en avril. Il est « hors de question » d’interdire l’usage du LBD, a encore redit le secrétaire d’Etat à l’Intérieur, Laurent Nuñez, début juin.

Lire aussi : « J’ai perdu mon identité » : de femme coquette à « gilet jaune » éborgnée

Interrogée la directrice de l’IGPN, Brigitte Jullien a cependant ouvert la voie à une « réflexion » sur leur usage à moyen terme. « On n’y échappera pas mais ce n’est pas le moment de le faire », a-t-elle déclaré.

« On est encore dans un moment de manifestation et de contestation qui ne permettent pas à la police nationale de s’arrêter et de prendre du recul. »

Depuis le début de la crise des « gilets jaunes » et jusqu’à aujourd’hui, l’IGPN a été saisie de 265 enquêtes judiciaires, dont près de 40 % (105) ont à ce jour été transmises aux parquets. « Les parquets ne nous informent pas de leurs décisions (…) sur les classements ou les poursuites (…) immédiatement. On a demandé aux procureurs de nous informer des suites judiciaires. Ce sont eux qui sont maîtres du temps, maîtres des horloges », a expliqué Brigitte Jullien.

Lire aussi : Mohammad, 15 ans, atteint par un tir de LBD : « J’ai fui la guerre en Syrie et voilà, je perds mon œil »

« Je réfute le terme de violences policières »

113 dossiers concernent des incapacités temporaires de travail (ITT) supérieures ou égales à 8 jours, a-t-on précisé à l’IGPN.

Alors que l’exécutif refuse d’employer le terme de « violences policières », s’attirant les foudres des « gilets jaunes » et de leurs soutiens dans la classe politique, la cheffe de l’IGPN s’est elle aussi déclarée opposée à cette terminologie et a justifié la longueur des enquêtes.

Lire aussi : Toutes les périphrases de l’exécutif pour éviter de prononcer l’expression « violences policières »

« Je réfute totalement le terme de violences policières puisque toutes les enquêtes sont ouvertes pour savoir si l’usage de la force a été fait dans un cadre légal et si la riposte est proportionnée à l’attaque qui a été subie », a avancé Brigitte Jullien.

« On n’est pas dans une situation où on a face à face des personnes qui ont les mêmes droits dans ces manifestations. On a des policiers qui ont l’usage de la force légitime pour eux et on a des manifestants qui commettent des infractions, c’est pour cela que les enquêtes sont différentes et plus longues pour les policiers. »

La directrice a souligné que les policiers avaient dû être mobilisés de nombreux samedis. « On n’a jamais connu ça. On n’a jamais connu des situations aussi difficiles en termes de manifestation […] On s’est retrouvé dans une situation de riposte nécessaire des policiers. »

Source : L’Obs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>