Emmanuel Macron justifie l’hommage polémique au maréchal Pétain

Un hommage sera rendu aux chefs militaires de la Grande Guerre samedi 10 novembre, de Joseph Joffre au chef du régime de Vichy Philippe Pétain. Pour Emmanuel Macron, ce dernier était « un grand soldat » malgré « des choix funestes ».

Capture d’écran 2018-11-07 à 15.46.50

Centenaire de l’Armistice : l’hommage polémique de l’Élysée au maréchal Pétain Crédit Image : AFP Archives | Crédit Média : Pierre Julien | Durée : | Date :
C’est un hommage gênant pour l’Élysée. Dans le parcours de mémoire de la Première guerre, un hommage sera rendu samedi 10 novembre aux maréchaux héros de 14-18 aux aux Invalides pour le Centenaire de l’Armistice à l’invitation du chef d’état-major des armées. Parmi eux, un certain Philippe Pétain, le vainqueur de Verdun qui a livré la France aux Nazis quelques années plus tard. Alors faut-il lui rendre hommage ?Emmanuel Macron a jugé « légitime » mercredi de rendre cet hommage au maréchal Pétain samedi, soulignant que le dirigeant du régime de Vichy avait été « pendant la Première guerre mondiale un grand soldat », même s’il a « conduit des choix funestes » pendant la Deuxième. »Si l’Élysée reconnaît que cela pose ‘problème’, la cérémonie est maintenue malgré tout. C’est vrai qu’il y avait eu un couac dans le premier dossier de presse du Centenaire qui indiquait que le matin du 11 novembre, le président de la République serait aux Invalides afin de rendre hommage aux huit maréchaux de 14-18« , explique Pierre Julien, spécialiste RTL des questions de Défense.

Le Président n’y assistera pas lui-même

« C’est une cérémonie en hommage aux chefs militaires, du caporal au général », a déclaré mardi le porte-parole des armées Patrik Steiger. Tout a finalement été recadré par Florence Parly, ministre de la Défense. Il y aura bien une cérémonie dans la cour d’honneur des Invalides, mais le 10 à 18h30. La presse n’y est pas conviée, un dépôt de gerbe par le chef d’état major des armées, le général François Lecointre, est prévu afin de saluer les cinq grands vainqueurs de 14-18 qui reposent dans la crypte.

On parle de Foch, Lyautey, Franchet d’Espèrey, Fayolle et Maunoury. « Car ni Joffre, ni Gallieni, ni Pétain n’y ont leurs tombeaux, ce qui arrange bien les choses, » précise Pierre Julien. Le président Emmanuel Macron, chef des armées, n’y assistera pas lui-même mais sera représenté par son chef d’état-major particulier, l’amiral Bernard Rogel.

La « mémoire particulière » de Pétain « pose problème »

L’Élysée a tenu à souligner que la « mémoire particulière » autour de Philippe Pétain, héros de la Grande Guerre, puis symbole de la collaboration avec l’occupant nazi en 1940-44, posait « problème ». « C’est un choix politique qui est fait de distinguer particulièrement des grands chefs », explique Michel Goya, historien militaire et ancien colonel des troupes de Marine.

Outre l’éventuelle polémique sur Pétain, le choix d’Emmanuel Macron de commémorer « le civil armé » à travers son « itinérance mémorielle » d’une semaine sur les sites de la Grande Guerre fait aussi débat. « Tout le monde a participé à la bataille », du simple soldat au maréchal, insiste l’historien aussi en notant que 102 généraux ainsi qu’un quart des officiers d’infanterie sont morts en 1914-18.

Source : RTL

Note de la rédaction de Profession-Gendarme :

Pour les jeunes générations je pense qu’il est nécessaire de connaître l’Histoire de France et par la, de connaître ceux qui on contribué à cette Histoire. Aussi avant de se faire une opinion sur le bien fondé ou non de cette « hommage polémique » je crois nécessaire de savoir qui était Philippe Pétain : https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_P%C3%A9tain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>