« C’est une histoire de fous » : témoin d’une agression, une femme est frappée par un policier

e3c8a23_24C4xbbUYZIz3EDlOBsnLnyUPolice nationale. (Photo d’illustration.) (BERTRAND GUAY/AFP)

Témoin d’une agression en août à Paris, Leila, 43 ans, a appelé la police. Agressée par un policier, elle est accusée de violences… sur ce policier. Et renvoyée devant la justice.

« C’est une histoire de fous », résume Leila quand elle raconte au « Monde » ce qui lui est arrivé, en août, dans le 17e arrondissement de Paris. Un soir, vers 22 heures, elle arpente la rue Legendre quand elle est témoin d’une violente agression : trois personnes frappent une femme à terre. D’autres passants se sont arrêtés et Leila, cadre commercial de 43 ans, appelle la police. Qui met une quinzaine de minutes à arriver. Et débarque arme au poing, ce qui ne manque pas de choquer certains. Un des agresseurs tente ensuite d’intimider Leila. « Tu n’as rien vu, tu ne dis rien », s’entend-elle dire. Elle le signale fissa à un agent présent.

« Lâchez-moi, vous me faites mal »

Mais comme l’indique le quotidien, ce policier, sans qu’on comprenne pourquoi, « l’empoigne à la gorge en l’étranglant, lui fait traverser la rue et la plaque contre un mur ». Une autre témoin rapporte au « Monde » que Leila n’opposait pas de résistance, qu’elle répétait « lâchez-moi, vous me faites mal ». C’est alors, toujours selon le témoignage de Leila rapporté par le quotidien, que le policier « desserre son étau et lui balance un coup de pied dans les jambes ». Ce qui est confirmé par un troisième témoin, qui dit avoir « parfaitement » vu de quelle manière « il lui a ensuite mis un coup de pied très fort sur les jambes ».

Une quatrième personne témoigne de l’état de choc des passants, des autres policiers qui tentent de raisonner leur collègue. Egalement contactée par le quotidien, la police dit que l’agent a agi ainsi car Leila « perturbait l’opération », ajoutant qu’elle aurait tordu la main de ce policier. Ce qu’aucun témoin questionné par le journal ne confirme. Leila, elle, dit avoir « essayé de se dégager » parce qu’elle « n’arrivait pas à respirer » et nie avoir tordu le pouce du policier. Elle avance « une excuse parce qu’il a compris qu’il était en tort ».

Renvoyée devant la justice

Une source policière indique aussi au quotidien que selon deux témoins Leila « s’immisçait trop dans le travail des policiers » et que les images de vidéosurveillance confirment la version des policiers.

Au commissariat où elle est ensuite invitée à se rendre, Leila passe la nuit en cellule. Une garde à vue dénoncée par son avocat David Curiel : « Ils ont mis de côté leur impartialité, ils tentaient de la discréditer, de lui faire dire qu’elle était à l’origine des violences », témoigne-t-il aussi auprès du « Monde. » Leila a porté plainte auprès de l’IGPN (Inspection générale de la police nationale) et l’enquête a été confiée au SDSE (service de déontologie et de soutien aux effectifs) de la préfecture de police de Paris. Ce n’est pas tout. Leila est en outre convoquée au tribunal correctionnel, en mars 2020, pour « violence sur personne dépositaire de l’autorité publique ». Elle s’est vu prescrire deux jours d’ITT, le policier dix.

Source : L’Obs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>