Besançon – Témoignage « J’ai cru que mon chien était mort »

Laurent Stanikowski, musher originaire de Chaucenne, a eu très peur le week-end dernier. Son husky, après avoir pris la fuite, a été retrouvé au bord de la route par les gendarmes. Un soulagement pour ce maître.

Laurent Stanikowski a remercié les gendarmes qui ont retrouvé Ipso, sain et sauf.  Photo DR

Laurent Stanikowski a remercié les gendarmes qui ont retrouvé Ipso, sain et sauf.  Photo DR

C’est la belle histoire du week-end. Samedi dernier vers 14 h, Laurent Stanikowski, musher originaire de Chaucenne, et son fils quittent le restaurant Quick de Chateaufarine en compagnie de leur husky, Ipso. Alors que son maître s’apprête à le mettre dans le fourgon, le chien commence à se débattre. Ce dernier parvient alors à s’extraire de son collier qui était légèrement détendu.

« Il ne m’avait jamais fait ça »

Dans la seconde même, il s’enfuit en direction de Norauto à une vitesse de course. D’autant plus qu’Ipso était déjà blessé, victime d’une fracture vieille de quelques semaines. « C’était impressionnant, il ne m’avait jamais fait ça » confie son maître. Le chien traverse ensuite la voie rapide où les automobilistes roulent à plus de 110 km/h. « Au son des coups de klaxon et des freins de voitures, j’ai cru que mon chien était mort » raconte Laurent Stanikowski, encore marqué par les événements.

Paniqué et sans portable, le musher décide de composer le 17 par l’utilisation du téléphone fixe du Quick. La police l’informe qu’ils ont des appels concernant l’animal en fuite en direction de St-Vit par l’axe rapide. « Je n’avais jamais eu autant peur, l’affolement commençait à m’envahir » confesse le maître. Le service d’appel de la Police lui indique que la Gendarmerie se rend sur les lieux et lui conseille de les rejoindre au plus vite. « Je le croyais déjà perdu, en fugue, mort, esquinté sur la route avec la patte en piteux état… tout défilait et le pire me passait par la tête » poursuit le Doubien.

C’est finalement une brigade de la gendarmerie de Recologne qui parvient à immobiliser le chien, sur la route à hauteur de Chemaudin, en formant une chaîne humaine.

Hommage aux gendarmes

Soulagé, Laurent Stanikowski se veut extrêmement reconnaissant envers les forces de l’ordre : « Je leur tire un grand coup de chapeau car ils ont su intervenir de toute urgence. Mais aussi au maillon très abouti de la chaîne des services publics (police et gendarmerie) ». Ces remerciements sont à la hauteur de l’inquiétude qui a traversé le musher durant ces longues minutes. La perte d’Ipso aurait été un véritable crève-cœur : « C’est un chien qui a 4 ans, il représente des années de travail. Pour avoir un chien d’attelage, c’est du boulot. Et aussi tout l’amour qu’on leur porte… ».

Heureusement, Ipso est rentré chez lui, sain et sauf, prêt à repartir sur les pistes une fois sa guérison terminée.

Román BARTHE

Source : L’Est Républicain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>