Beauvais : la policière touchée à la tête est dans un état stable, deux interpellations

5e7b13ff87f3ec38f92a0a8a

© PHILIPPE LOPEZ Source: AFP Une voiture de police déployée pour des contrôles de confinement à Paris le 24 mars (image d’illustration).

Opérée après avoir reçu un projectile à la tête alors qu’elle intervenait pour disperser un attroupement d’une dizaine de personnes contrevenant aux règles de confinement à Beauvais, la jeune policière est dans un état stable.
«La cité de la Roseraie n’est pas connue pour être la plus facile de Beauvais», détaille une source policière proche du dossier contactée par RT France ce 25 mars. Et pour cause, c’est dans ce secteur qu’une jeune policière adjointe de sécurité (ADS) a été blessée à la tête par «un jet de projectile», selon cette même source (un «pavé» selon le syndicat Unité-SGP et RTL) le 24 mars à 17h30 alors qu’elle participait à une intervention policière.
Une dizaine d’individus étaient attroupés, contrevenant ainsi aux règles de confinement, et elle a été touchée «en pleine tête», ainsi que le formule RTL. Grièvement blessée et prise en charge en urgence au centre hospitalier d’Amiens, la fonctionnaire a été opérée dans la soirée pour un traumatisme crânien avec fracture. «Elle va mieux, elle est stabilisée», assure à RT France la source qui suit son dossier. «On a deux interpellés qui participaient à l’attroupement et l’enquête suit son cours», ajoute cette même source, se félicitant de l’avancée du dossier. Selon l’AFP, les interpellés sont «deux frères de 22 et 17 ans». La policière ADS a pour sa part 23 ans.

Dans la soirée du 24 mars, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a tweeté : «Ce soir, mes pensées vont à cette policière grièvement blessée, alors qu’elle était engagée pour nos protéger. Tout est mis en œuvre pour que ces actes gravissimes ne restent pas impunis. Solidarité avec tous ses collègues de la Police nationale.»

Capture d’écran 2020-03-25 à 22.29.09

Le collectif de policiers en colère de l’UPNI s’inquiétait justement dans une publication le 24 mars sur Facebook de la difficulté que risquaient de rencontrer les membres des forces de l’ordre déployés sur le territoire national, et y compris dans des secteurs difficiles pour y faire respecter les nouvelles règles de confinement eu égard à la pandémie de Covid-19 : «Quid des secteurs oubliés et perdus de la République ? [...] Attention, sujet sensible, d’autant plus qu’il y a maintenant belle lurette que ces zones ont perdu le sens du rapport police-citoyenneté, et qu’elles ne savent plus tellement ce que le terme Etat français signifie. Il y a des sujets qui fâchent d’autant plus que notre République s’est totalement sabordée dans ces périmètres urbains désétatisés…»
Contacté le 24 mars par RT France, un policier de terrain qui travaille dans un commissariat d’Ile-de-France en zone sensible lâchait seulement : «Je pense que le pire est devant nous en banlieue.»

Source:  RT France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>