Zemmour duplice et dissimulateur : « Je suis vacciné, j’ai le pass et ça ne me dérange pas »

Analyse du passage de Zemmour chez Bercoff sur sa position au regard de l’escroquerie plandémique et de sa gestion. Il vaut mieux savoir à qui on aurait à faire si sa candidature se confirmait.
Constat :
“Zemmour soutient dans les faits la tyrannie sanitaire, l’écrasement des Français
.” 

Commentaire : Zemmour a révélé son imposture dans l’émission d’André Bercoff du lundi 11 octobre, bottant mollement en touche et se vautrant sur la question du pass sanitaire, de la vaccination obligatoire et des mesures liberticides « contre » le Covid. Z. est vacciné et le pass sanitaire ne le dérange pas. Dont acte.

Zemmour

Un extrait du passage d’Éric Zemmour au micro complice d’André Bercoff :

https://rumble.com/embed/vl4551/?pub=p25po
La réaction de Youssef Hindi :

zemmour
zemmour
zemmour
zemmour

Écouter également la rhétorique embrouillée d’Éric Zemmour sur le pass de la 40e minute à 42’30 :

« Le pass ne me gène pas, je peux comprendre le danger que vous y voyez, euh… oui il faudra bien l’arrêter, euh… que vous dire d’autre, euh… je vois bien les dangers qu’il y a derrière, mais ça ne me dérange pas, surtout le sujet essentiel n’est pas là. »

Commentaire : Pour Monsieur Z, le sujet essentiel, ce n’est pas la France qui sombre dans une dictature sanitaire qui a pour objectif le contrôle absolu de la population et l’éradication des libertés individuelles, ce n’est pas le Grand Reset de Schwab, ce ne sont pas les centaines de milliers d’effets secondaires graves causés par des injections expérimentales encore en phase de test, ce n’est pas la suspension de milliers de soignants et la discrimination des non-vaccinés qui refusent de servir de cobaye, non – broutilles que tout cela. Le sujet essentiel, crucial, vital, c’est évidemment l’immigration…

Un gloubi-boulga qui s’explique par :

la fausse opposition du « journaliste » au pouvoir réel qui considère donc que la lutte contre la tyrannie capitaliste parasite le Grand Remplacement ; fausse opposition qu’il a bien résumé en s’adressant à plusieurs grands patrons (dont Henri de Castries, président-directeur général d’AXA de 2000 à 2016, administrateur de Nestlé et de HSBC, ancien président de l’Institut Montaigne, et président du comité de direction du groupe Bilderberg depuis 2012) lors d’un dîner : « Si j’arrive au pouvoir, c’est pour traiter un sujet : le choc des civilisations. Sur l’économie, ce ne sera pas la révolution. » Quand on comprend les véritables enjeux de l’opération Covid-19, à savoir la survie du capitalisme et sa mutation du capitalisme néolibéral au capitalisme davossien de la surveillance, on se dit que tout est dit !

l’entourage (ou l’équipe de campagne) d’Éric Zemmour, à commencer par Frank Tapiro, publicitaire zélé qui a officié pour Nicolas Sarkozy et a soutenu Emmanuel Macron en 2017. Ce Jacques Séguéla du pauvre est notamment l’organisateur mi-septembre au Trocadéro (Paris) d’un « Festival citoyen » en faveur du pass sanitaire… Événement qui a évidemment et magistralement fait un bide ! Un triste sire qui s’est également prononcé pour la reconnaissance faciale et la détection par intelligence artificielle des porteurs de masques…

tapiro

Pour le reste, relire cet extrait de l’entretien de Youssef Hindi pour Rivarol :

Vous suivez de près la pré-campagne d’Éric Zemmour. Quelle est, selon vous, sa « vraie » position sur la question ?

Je vais le laisser répondre. Reprenons ses déclarations et prises de position chronologiquement depuis le début de la pandémie.

Le 27 mai 2020, sur Paris Première, Fabrice Di Vizio, avocat du collectif de médecins C 19, qui a également déposé une plainte contre des ministres, a été l’invité de l’émission Zemmour & Naulleau. À cette occasion, Éric Zemmour a défendu l’action gouvernementale, en rejetant la faute sur ceux qui ont porté plainte contre les membres de l’Exécutif. Zemmour a directement accusé l’avocat Fabrice Di Vizio d’être responsable de la politique de confinement menée par le gouvernement :

« C’est à cause de vous qu’on ne déconfine pas assez vite. C’est-à-dire que vous terrorisez Édouard Philippe. C’est sûr. À cause de vous, il est obsédé par Laurent Fabius (NDA : il fait référence à l’affaire du sang contaminé) et donc il n’ose rien faire. »

Lorsque le scandale des dîners clandestins a éclaté alors que les Français étaient confinés et semi-confinés depuis un an, Éric Zemmour a évidemment pris parti pour la caste dirigeante contre le peuple lors de son émission Face à l’info le 7 avril 2021 :

« Je vous avoue que je suis sidéré par l’importance accordée à cette histoire, par la violence (!) des réactions. Soyons sérieux, c’est une histoire de cornecul, c’est vraiment trois fois rien. Le Français avait la réputation d’être léger, là je lui trouve une rigueur toute germanique, c’est ”dura lex, sed lex” (NDA : la loi est dure, mais c’est la loi). Vraiment ça me sidère l’importance accordée à cela. Et vraiment je vous dis, la méchanceté, la fureur ! » [1]

Selon Zemmour, les Français sont de méchants germaniques – sous-entendu presque des nazis – quand ils s’agacent de voir leurs bourreaux prendre du bon temps tandis qu’ils sont appauvris, enfermés chez eux et fliqués.

Quant à la vaccination obligatoire, Zemmour s’y est dit opposé, mais, car il y a toujours un « mais » :

« On peut favoriser la vaccination. On peut rendre, par exemple, le passe obligatoire dans différents endroits. On peut inciter à la vaccination, moi je veux bien, on a le droit quand on est au gouvernement de choisir ce qu’on veut favoriser. On pourrait supprimer la gratuité pour les tests. » [2]

Zemmour soutient dans les faits la tyrannie sanitaire, l’écrasement des Français. Il est et a toujours été complice des traîtres et autres sociopathes au pouvoir, c’est pourquoi il est si médiatisé et promu par tous les moyens, n’en déplaise à ceux qui placent en lui leurs espoirs. Il n’a nulle intention de remettre en cause le capitalisme mondialisé et financiarisé, la tyrannie de l’argent-roi, le pouvoir des Rothschild. Il n’agit nullement en faveur des classes populaires et des classes moyennes dont il se moque éperdument, puisqu‘il ne remet en cause ni l’euro ni l’Union européenne qui empêchent la France de pratiquer une politique protectionniste.

Il s’agit pour lui et ses soutiens oligarchiques de déplacer la colère du peuple vers un seul ennemi facile, un bouc émissaire, le musulman, jugé seul coupable d’absolument tous les maux, pour permettre le maintien de la même domination communautaire, judéo-sioniste, sur les mœurs, les institutions, les consciences et même sur l’extrême droite, grand-remplacée par les Zemmour, Lévy, Goldnadel et consort. D’ailleurs, ses principaux soutiens, Julien Madar et Jonathan Nadler, sont des banquiers d’affaires venus de chez Rothschild et de JP Morgan. On fait mieux comme position anti-Système !

Notes

[1] https://www.dailymotion.com/video/x…

[2] https://twitter.com/avec_marine/sta…

Source : Sott.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *