Yvelines : Une jeune femme de 19 ans a été égorgée. Deux individus placés en garde à vue dont son compagnon

Malheureusement les policiers de la BAC des Yvelines ne sont pas arrivés à temps. Des voisins avaient alerté des forces de l’ordre après avoir entendu des cris. La victime serait également parvenu à contacter les secours avant que le téléphone se coupe.

Durant la nuit de samedi à dimanche un individu âgé de 20 ans, soupçonné d’avoir égorgé a compagnon de 19 ans a été placé en garde à vue.

Les faits se sont produits vers trois heures du matin dans une cité HLM de Carrières-sur-Seine (Yvelines) quand les voisins préviennent la police après avoir entendu les bruits d’une bagarre.

Dans le même moment, les forces de l’ordre apprennent qu’une femme a contacté les pompiers en criant “à l’aide”, avant que la communication se coupe brusquement. Les policiers de la BAC arrivent rapidement sur place et frappent à la porte. Un individu alcoolisé refuse dans un premier temps d’ouvrir la porte.

Mais devant l’insistance des policiers, ce dernier finit par ouvrir. Il avoue alors spontané avoir “fait une grosse bêtise”. Les policiers entrent et voient le corps d’une femme gisant dans la cuisine, face contre terre. « Sa gorge est tranchée et un couteau ensanglanté est retrouvé près d’elle », précise une source proche de l’affaire au journal Le Parisien.

L’équipage tente immédiatement de stopper l’hémorragie avant l’arrivée des secours. le SAMU tente de réanimer la victime, en vain. la jeune femme sera déclarée morte vers quatre heures du matin. Le corps est conduit à l’institut médico-légal de Garches (Hauts-de-Seine) pour y subir une autopsie.

Le suspect sera interpellé ainsi qu’un autre homme âgé de 21 ans, présent dans le logement. Ils sont placés en garde à vue dans les locaux de la sûreté urbaine de Sartrouville (Yvelines).

L’auteur présumé des faits est déjà connu des services de police pour des violences sur mineur de 15 ans et pour violences conjugales commises en 2018. L’enquête est en cours.

Source : Actu Forces de l’ordre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.