WATCH : Alors que les manifestations contre l’enfermement prennent de l’ampleur, le groupe néerlandais “POLICE FOR FREEDOM” organise une marche contre les restrictions imposées par la Covid.

6071cad92030273c9e5dad74

©  Ruptly

 Des centaines de personnes ont défilé samedi à Utrecht, aux Pays-Bas, pour protester contre la persistance des restrictions imposées par la lutte contre le coronavirus. La manifestation était organisée par un groupe d’anciens officiers de police et soldats, baptisé “Police pour la liberté”.

La manifestation a eu lieu devant le château historique de Groeneveld, situé dans la municipalité de Baarn. Un flux en direct de Ruptly, l’agence vidéo de RT, a montré des manifestants se rassemblant près du château, puis défilant dans la forêt qui l’entoure jusqu’à la ville de Baarn.

Le lieu de la manifestation a été choisi après que le château de Groeneveld a été ouvert au public pour la première fois depuis des mois, devenant ainsi l’un des sites pilotes de réouverture post-coronavirus. Pour être admis, les visiteurs doivent suivre des règles strictes et fournir un résultat négatif au test Covid-19.

Auparavant, les organisateurs de la manifestation avaient envisagé d’organiser la marche dans d’autres municipalités, mais ils ont rencontré des problèmes avec les autorités. À Hilversum, la marche “Police pour la liberté” a été explicitement interdite, tandis qu’Apeldoorn a publié une ordonnance d’urgence interdisant toute manifestation.

L’Organisation néerlandaise des monuments nationaux (NMO), qui a supervisé la réouverture pilote de Groeneveld, s’en est pris aux manifestants pour avoir choisi le château comme cible. Le directeur de la NMO, Marlo Reeders, a déclaré aux médias locaux qu’il était “très dommage” que l’action ait eu lieu à Groeneveld et ait “gâché” la réouverture.

“Nous attendions avec impatience l’ouverture temporaire et avions tout organisé, y compris un quatuor à cordes pour se produire”, a-t-elle déclaré.

Malgré les difficultés rencontrées par la manifestation lors de sa préparation, l’événement s’est déroulé sans incident. Les manifestants ont été surveillés de près par la police, qui n’est pas intervenue, et la marche s’est finalement dispersée d’elle-même.

La manifestation était organisée par un groupe appelé “Police for Freedom”. Cet organisme, qui rassemble des policiers et des soldats à la retraite, est apparu en réaction aux restrictions durables imposées par la lutte contre le coronavirus et prône la liberté de mouvement, d’expression et de rassemblement.

Confrontés à un pic de cas de coronavirus, les Pays-Bas ont abandonné leur approche de laissez-faire dans la gestion de la pandémie de coronavirus à la fin de l’année dernière, en adoptant des mesures de confinement strictes, notamment un couvre-feu nocturne, afin de freiner la propagation de la maladie. Ces restrictions ont suscité une série de protestations dans tout le pays ces dernières semaines, qui ont provoqué à plusieurs reprises une réponse musclée de la police.

Depuis le début de la pandémie, les Pays-Bas ont enregistré plus de 1,3 million de cas de la maladie, touchant une proportion non négligeable des 17,2 millions d’habitants du pays.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés ? Partagez cette histoire !

Source et article original en anglais : RT.com

Note de la rédaction de Profession-Gendarme :

– Article traduit par nos soins avec le logiciel DeepL2

– Police For Freedom dans plusieurs pays, voir ICI Contact: https://policeforfreedom.org/contact-us.html

SPAIN

ss_spanishflag-147

Contact:  Juan Manuel Ramos Mateo — President
Sonia Vescovacci — Police representative

Spanish Website:  https://policiasporlalibertad.org

Email:  policiasporlalibertad@gmail.com

1

Sonia Vescovacci, 41 ans, policière est la créatrice du mouvement « Policia Por la Libertad »

Voir notre publication ICI ou cliquez sur l’image ci-dessus

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *