Voie de la dictature

En un bref résumé

Par notre ami WD

Il est très difficile pour la majorité des gens de comprendre que notre actualité si intense en émotions négatives vient de très loin. Comme pour toute idée philosophique ou religieuse, ses adeptes traversent les siècles sans faillir une seule seconde. Elle transige parfois, souvent louvoie, mais jamais elle ne perd le fil de son idée. C’est pour ça qu’une Van der Layen continue l’œuvre de ses aïeuls esclavagistes.

L’imminente prise de pouvoir totale par l’élite mondialiste actuelle tire son origine sous le binôme Crassus/César. Comme la République incarnée par le sénat était contre la guerre des Gaules, le futur dictateur à vie trouva son financement depuis une clientèle particulière. Il faut se rappeler que le sénat était le centre des décisions politiques et financières. Il était formé par les représentants des familles fondatrices de Rome. Avec César, ce fut la fin d’un monde, la rupture avec un monde d’avant. Avec lui, la dictature fut jusqu’à la chute de Rome, le dernier modèle de gouvernement. D’une collégiale on était passé à un régime tyrannique.

Qui furent les financiers de César ? Si sa clientèle militaire, juridique et administrative était issue de rejetons mal positionnés dans leurs familles, l’argent vint de la plèbe et de marchands étrangers dans le cadre du pater familias (forme romaine du système grec du Métèque). Si la plèbe n’avait aucun statut juridique, au point qu’elle était inférieure à l’esclave, donc sans aucune possibilité de rentrer dans une quelconque administration ou obtenir un poste prestigieux en dehors de l’adoption si en vogue à l’époque, elle avait l’argent et des ambitions. César était membre du parti qui prenait pour fait et cause la plèbe. Ses liens avec Clodius et Crassus sont notoires. Ce fut pour une certaine plèbe une aubaine incommensurable de suivre César dans son aventure. Dans le sillage de ses victoires, l’élite marchande s’était implantée partout en Gaule. Elle prit des parts de marché sur les Éduens, priva les Sanctons de forcir avec les Helvètes (cause de la présente guerre) sa capacité économique. A l’issue de la guerre des Gaules, elle donnait le ton commercial dans la région. Malgré l’assassinat de César, le poids de l’Imperium depuis Octave jusqu’à Romulus Augustule ne l’a jamais inquiété. Elle avait si bien jouer ses cartes que César assassiné ou pas, sa puissance souterraine n’eut jamais failli. Caracalla prit même la meilleure décision pour elle en délivrant en 212 le Droit de Cité à tous les habitants libres de l’Empire.

En parallèle, elle joua finement avec la montée en puissance des chrétiens partout dans l’Empire. Elle donna tout son crédit à St-Paul (disciple de Gamaliel), théologien de l’école des Pharisiens. Pour cette raison, il est reconnu par tous qu’il est le véritable fondateur du christianisme (voir le Concile de Jérusalem). Il faudra à l’élite marchande attendre Constantin pour conquérir l’espace politico-religieux dans sa partie exécutive et administrative. Mais le danger de Pelage venait contrecarrer sa mainmise. C’est pour cette raison qu’elle aida substantiellement St-Augustin pour endiguer ce courant philosophique. Pelage, moine breton de son état, compromettait ses plans de couvrir l’espace religieux en son entier. En effet, l’idée de Pelage était que nul homme n’avait besoin d’un guide particulier pour communiquer avec Dieu, ce qui remettait en question la hiérarchie ecclésiastique et son maillage. L’objectif de l’élite marchande d’alors était de dominer le religieux qui se rajouterait à sa main-mise sur l’économie. Elle aurait ainsi les deux tiers du pouvoir. Le troisième tiers sera l’appropriation du pilum, vieille idée de Crassus. Mais les vieilles familles Romaines, privées du pouvoir depuis bien longtemps, avaient elles aussi compris l’opportunité de rentrer dans l’aventure chrétienne pour reprendre ses droits de gouvernance. Une conjoncture pour revenir aux affaires. Le conflit entre l’élite politique ancienne et l’élite marchande délivra depuis Linux (successeur de Pierre) jusqu’à la réforme une lutte intestine constante. Il faut bien comprendre que tous les évêques et pontes ecclésiastiques de l’époque étaient issus des grandes familles historiques ou marchandes. Il n’en a jamais été autrement depuis.

Dès à présent, pour un confort de compréhension, nous allons utiliser les thermes suivants : EM pour élite marchande, EP pour élite politique, EG pour élite guerrière, ER pour élite religieuse, formidable combinaison de EM et EP toujours en compétition au sein même de l’église. Si notre actuelle élite mondiale n’est que le fruit de la victoire de EM sur les autres, il faut bien comprendre que les deux millénaires passés sont le déroulé de la rivalité des trois forces élitistes que sont EM, EG, ER. A noter que EP est souvent confondue avec EG. La seule différence qui la distingue c’est qu’elle est issue des forces vassales et des forces laïques qui tantôt joue avec EG tantôt avec ER. Par le biais des mariages, elle se renforce factuellement des forces de EM, ce qui complique la compréhension dans son ensemble de l’action de EP.

En 410, sac de Rome par Alaric où une main complice lui ouvrit la porte de Salaria. Les églises et les gens qui s’y étaient réfugiés sont épargnés, les biens de ecclésiastiques volés sont restitués. Seules les archives impériales, les bibliothèques, les maisons sénatoriales et les édifices publics sont brûlés. Ce fut une belle manipulation par EM avec la complicité du roi des wisigoths Alaric. Le monde jugea cet événement majeur « œuvre du christianisme ». Cette opinion fut si criante de vérité que pour la combattre, St-Augustin (La cité de Dieu) et Paul Orose (Histoire contre les païens) durent employer les méthodes bolcheviques de propagande. Beaucoup d’historiens considèrent ce sac pour la réelle chute de l’Empire car depuis cette date les « empereurs » ne sont plus en effet que des marionnettes.

Après la chute de Rome (410-476), il faudra attendre pour EM la féodalité pour reprendre la main. En effet, de la période Mérovingienne à l’avènement des Capétiens, le désordre fut général. Pour les affaires, elle ne fut pas fructueuse en Europe sous les Rois maudits dits fainéants. Avec la prise du pouvoir des Carolingiens, le trafic humain reprit ses droits. Pour cette raison, elle traficota avec le nouveau monde Islamiste qui remontait jusqu’en Espagne. EM se refît une santé financière. Cordoue était une plaque tournante de l’esclavage. Il y avait aussi dans une moindre mesure en France Narbonne, Arles, Nîmes qui alimentaient le trafic. En Hollande Dorestad et Witta étaient des centres de sélection qui en fonction de la qualité de la marchandise l’aiguillaient vers les filières appropriées. Constantinople faisait l’alliance des 3 religions monothéistes pour un but très lucratif.

Globalement, depuis 772 avec le zèle de Charlemagne, les positions de EM, tant dans l’ancien empire Romain d’orient que dans celui d’Occident, ne furent aucunement entachées. En Europe, elle trembla un bon moment face à la guerre religieuse des vikings qui s’attaquaient à ses centres de puissance et ses plaques tournantes de la traite des blancs alimentée par la mise aux fers des vaincus par le pouvoir Carolingien. Ce dernier n’a fait que reprendre l’idée de Offa de Mercie roi anglais accoquiné avec EM. La couronne éliminait ses ennemis, prenait son pécule en or d’orient et EM organisait le trafic pour sa plus grande fortune et influence sur les mondes Chrétiens et Islamiques.

Évidemment, sous les attaques des Vikings dont Hastin était la bête noire des religieux, ce fut ER qui paya au plus cher le prix du sang. Une fois les os de Charlemagne brûlés, une fois la vengeance assouvie, une fois que la Normandie fut octroyée aux hommes du nord pour obtenir la paix, ER pu travailler sur le démantèlement de la société germano-scandinave. Elle avait créé la loi Salique pour permettre aux rois Francs et les autres Rois païens de se dédouaner des us & coutumes qui voulaient pour se choisir un chef passer par le choix démocratique. L’histoire du vase de Soissons est très significative. L’appellation de « La France fille aînée (ou traînée on ne sait pas bien) de l’église » n’est pas qu’une simple formule. Elle donne bien le tempo de qui dirige qui. Par cette loi, initiée vraisemblablement par Grégoire de Tours, ER s’était accaparé pour un temps EG. Elle avait institué la royauté par droit divin qui est une véritable fumisterie. Bref…. En attendant, le cataclysme Viking détruisit les pôles et centres de la traite des blancs en France et en Espagne. Le duo Hastin et Minénoé, la Bretagne devint libre et le restera bien longtemps. Sous l’avènement des Capétiens, la tolérance religieuse relative apparaît. Elle fera le bonheur de communautés type Cagot et les églises devinrent un véritable musée des traditions. Cependant, dans la même période, le Saint Empire romain germanique continua la traite des blancs sous Otton. Le business continu.

Enfin, vint l’époque féodale. Il faut bien en convenir, cette période allant jusqu’au XIIème siècle fut un âge d’or. Une paix relative était acquise. La force mécanique via les moulins développa l’industrie artisanale et minotière. Les nouvelles techniques agraires et les progrès scientifiques (alchimie, algèbre, alcoologie,ect) rapportés d’Orient par les Templiers furent notoires. La démographie avait explosée. Certains experts affirment que c’est sous la houlette du Comté de Champagne que les premiers futurs chevaliers du Temple étaient allés avec la première croisade compiler dans le plus grand silence le savoir gréco-oriental encore disponible en Orient. Ils mirent 9 ans pour le faire sans se faire remarquer.

A notre connaissance, l’ordre des Templiers fut le seul vrai grand schisme qui vit le jour. En effet, si on considère que le but ultime de l’Ordre du Temple était de recréer une société traditionnelle donc tripartite sans qu’aucun des trois cercles ne puisse prendre le pas sur les deux autres, soit un recadrage de la féodalité en éliminant les forces expropriatrices du glaive et du goupillon, on comprend bien pourquoi le sceptre et la croix ont éradiqué l’Ordre. Il remettait en cause l’œuvre de EM, EG et de ER toutes les trois interconnectées par filiation du sang et convergence d’intérêts. L’Ordre des Templiers était aussi en compétition avec le « hansénisme » et Venise (1172 Maggior Consiglio). Il est a noté, que leur retour de Jérusalem fut sous le début de la guerre des Guelfes et des Gibelins, soit une réminiscence à un degré supérieur de l’ère « Pelagienne ». Ce fut St-Bernard qui lui donna ses statuts, lui qui ne maîtrisait pas le Quatrivium. Il le méprisait même, ce qui met un fort bémol sur sa stature d’homme avisé. On sait que les grandes familles seigneuriales ont fini d’alimenter l’ordre en terres et en hommes au lendemain de la chute des cathares en 1244.

Le duel de Boniface VIII et Philippe le bel est connu. Ce qui l’est moins, c’est que l’EM voulait par le biais de ce Pape imposer son chapitre tant sur le temporel que sur le spirituel. En d’autres termes, elle voulait le pouvoir plein et entier. Nogaret, juriste de son état, eut façonné pour toujours l’esprit de l’université de Paris. Cette dernière ne cessa de combattre la papauté jusqu’au matin de la réforme. Au passage, elle brûla Jeanne d’Arc, mît sous l’opprobre Gilles de Rais pour les raisons évidentes que ces deux personnages arguaient la supériorité de l’église, incarnée par le Pape, celui de Rome pas ceux d’Avignon et de Perpignan. Trois Papes en lice, ça fait beaucoup tout de même.

Dans la période, il est à observer que EM sort quelques têtes, telle celle de Jacques Cœur, trafiquant avec l’orient l’argent contre l’or. Derrière lui, tout un réseau maritime portant épices, étoffes etc. Par le biais d’une de ses mains actives, il est introduisit par Agnès Sorel auprès de Charles VII. La peste depuis 1347 fut le fruit de ce segment maritime de EM. Autre tête sortant de l’eau, sera plus tard les Médicis trop bien connue en France pour en étaler sa puissance ici. Notons simplement que cette famille par le biais de Catherine jeta la France dans la guerre des religions qui en fait n’était que le prolongement des guerres d’Italie.

On notera aussi que EM infiltrée dans ER créa outre la traite des blancs, le trafic des reliques puis celui des indulgences. Toute source de profit est bonne à exploiter. C’est elle aussi qui tarifia le prix des actes religieux depuis la naissance jusqu’à la mort. Le fruit des quêtes n’est que bonus. Quand on pense au martyre des Chouans qui sont morts pour cette engeance c’est à pleurer.

Avec la guerre de cent ans et la réforme qui donna la guerre de religions, l’EM sut qu’elle n’aura jamais les pleins pouvoirs ni avec la tiare papale ni avec aucun glaive. Elle comprit que le conflit sceptre et goupillon serait éternel et donc mauvais pour un commerce stable et juteux. EG ne voudra jamais abandonner son autorité au profit de ER où EM était bien positionnée. Il fallut pour EM de changer de méthode. Elle lorgna donc sur le système hanséatique et ses réseaux qu’elle avait créé dès le XIIème siècle. Y a-t-il eu une forme de fusion-acquisition entre son pan ER et les chefs Hanséates de sorte que la franc-maçonnerie spéculative y trouverait ses véritables racines ? La forme, les buts et surtout les méthodes de prise de pouvoir de l’élite mondialiste dans sa dimension définitive fut donné par Adam Weishaupt, fondateur des Illuminés de Bavière. Il est à noter qu’un de ses adeptes, John Heath créa quelques mois plus tard en 1776 aux USA les Phi Bêta Kappa qui deviendront très vite les Skull & bonnes dont Bush, Clinton, Roosevelt, Rockefeller, Taff, Heinz, Russel, …, sont d’illustres membres.

A l’issue de la guerre de religions, Sully pondit l’édit de la Paulette. EM s’engouffra dans cette opportunité. Elle gagna des charges et des fonctions économico-politiques majeures. Elle investit les parlements et créa « les jurisprudences scandaleuses ». Dès ce jour, EG perdit de sa puissance financière et politique. L’infiltration de EM dans les familles aristocratiques sur le déclin via les mariages fut magnifiquement évoquée par Molière.

Après quelques timides tentatives du XVIème, c’est au XVIIème siècle, que EM commence à coloniser sérieusement l’Amérique du Nord. Peu à peu, les colonies forcissent. EM Anglaise, ou plus précisément la :. Anglaise migrent tous ses avoirs. Ce n’est un secret pour personne que les Pères fondateurs des futurs États d’Amérique sont tous :. . Ce n’est pas une surprise de voir dans l’indépendance des USA que les :. Français type La Fayette ont joué un rôle majeur. D’ailleurs les :. Hollandais, Allemands, Anglais et Français ont forgé ce continent pour conquérir le reste du monde. Au lendemain de 1776, EM depuis son tout nouveau siège social de Washington avait commencer ses guerres d’expansion. Sa rouste canadienne n’avait pas empêché ses ambitions (Mexique, Costa-Rica ect). Seule la guerre de Sécession mit un frein temporel à sa boulimie. On notera que les :. Anglais et Français ont participé aux guerres Américaines contre le Mexique et les pays centro-américains (Costa Rica, Honduras, Panama, Nicaragua). Ces agressions sont appelées par ces pays « Guerres contre les flibustiers ». Ce qui prouvent que les « différents officiels » entre USA et pays européens n’étaient que pure façade.

Ce fut à partir de 1640 que la traite négrière prit un essor colossal. Dans un premier temps, EM collabora avec les marchands d’esclaves arabes, qui depuis des siècles sévissaient sur ce continent. Mais ceci n’était pas suffisant face à la demande. EM avec son système triangulaire explosa ce marché. L’échange pacotilles contre marchandises humaines est bien connu. Il faudra attendre 1860 pour que la colonisation de l’Afrique soit source de conflits entre les pays Européens où les intérêts particuliers s’y trouvent. Ce conflit oligarchique donnera plus tard la première guerre mondiale.

Ce fut le Portugal qui le premier abolit l’esclavage en 1761. L’Angleterre en 1792, la France en 1794 puis réactivé par Napoléon 1er en 1802 puis il abolit la traite des noirs en 1815. L’abolition définitive de l’esclavage par la France fut effective en 1848 par la deuxième république. Aux USA, ce fut la fin de la guerre de sécession (1865) qui mit fin au scandale pour des raisons politiques et non humanitaires.

Si vous grattez les arbres généalogiques de notre élite mondiale actuelle, vous verrez que leurs familles respectives ont participé à ce carnage. Si ce n’est en ligne directe, c’est par cooptation, collusion, convergence d’intérêts. Pas une des familles des 500 plus prestigieuses n’échappe à cet acte ignominieux. On nous objectera que le pêché du père n’est pas celui du fils, certes, mais comme le fils continue son développement, qu’il assume par ses propres faits et actes le principe, qu’il continue donc pleinement et consciemment la progression, on peut déduire qu’il est lui aussi fautif. Aucun n’est innocent. Voir Van der Layen pour s’en convaincre.

Si la Franc-maçonnerie est officiellement crée en 1717 à Londres, elle est en réalité bien antérieure. La F :.M :. est le fruit de la réunion en une Grande Loge, de quatre loges pré-existantes : The Goose and Gridiron, (I:Oie et le Gril); The Crown, (La Couronne); The Apple Tree, (Le Pommier); The Rummer and Grapes, (Le Gobelet et les raisins). Il est à noter qu’à la même date, John Toland créa en Écosse une loge (d’où viennent les rites dits Écossais). Il faut se rendre à l’évidence, EM joua sa carte autonomie. De par sa puissance économique, son infiltration aux seins des gouvernements, dans toutes les obédiences religieuses, elle se permit de sortir à visage presque découvert. Ce qui était au yeux de tous n’était que la pointe émergée de l’iceberg. Les véritables maîtres ont toujours été soigneusement occultés, ce qui fit dire à Philippe-égalité le 5 Janvier 1793 lors de sa démission de Grand Maître du Grand Orient de France «Comme je ne connais pas la manière dont le Grand-Orient se compose …. ». De cette défection, il mettait en lumière que les véritables têtes pensantes de la loge étaient méconnus même de lui le Grand-maître. Il en perdra la tête à son tour le 6 Novembre 1793. Le secret de leurs identités est toujours bien gardé à ce jour. Les :. de la trempe de Mélenchon sont aux ordres. Ils ne savent même pas de qui, mais ils savent pourquoi, ce qui les rend encore plus ignobles car ils cautionnent les actes vils.

Depuis la révolution, on sait que l’histoire de France n’est qu’une vaste guerre intestine entre les diverses opinions des loges. Depuis la révolution, la :. est au commande. Les Jacobins étaient un pur produit «  Weishauptien » qui donna les plus grands criminels de la période. Le Chapelier, Allarde, Robespierre, Desmoulins, St-Just, Marat, Fouché pour ne parler que des plus emblématiques. Avec la loi Allarde et celle de Le Chapelier, le recul social en France fut considérable jusqu’en 1946. La destruction des corporations engendra une reculade scolaire majeure, mais aussi les bienfaits de la mutualisation sociale (santé, accident, retraire,secours aux veuves, aux orphelins …) furent détruits. Avec le système décimal qui impacta le calendrier, les ouvriers n’avaient plus que 3 jours de repos par mois. Ils travaillaient 308 jours à raison de 12 heures quotidiennes. En 1280, ils travaillaient 224 jours pour 9 heures journalières.

En 1799, lors du coup d’état, l’obédience de la Loge la Paix de Toulon, où la famille Bonaparte père et frères du futur empereur furent initiés, fut la grande gagnante de la belligérance. Toutes les lois Napoléoniennes sont de son initiative. Napoléon, remarqué pour « son zèle » par le frère de Robespierre continuera l’œuvre révolutionnaire, œuvre de EM via la :.. Ce n’est pas pour rien si Napoléon fut le premier actionnaire de la banque de France, Joséphine le second, et qu’ils furent accompagnés par les 20 plus puissantes fortunes de France de l’époque. Ce n’est pas pour rien si l’empereur vendit la Louisiane aux américains et qu’il imposa son livret ouvrier. La haine de EM envers les peuples est toujours affligent et les contacts avec la :. américaine toujours vivaces.

Pour ceux qui doutent de l’appartenance de Napoléon à une quelconque loge, regardez les peintures qui le mettent en scène, tout comme d’ailleurs celle de M.Beauharnais ex mari de Joséphine. La main posé sur l’estomac cachée par la veste est une symbolique franc-maçonne.

Il faut comprendre que sous la révolution française les loges anglaises et américaines qui dirigeaient secrètement les opérations jusqu’à Valmy, furent évincées comme toutes les autres loges françaises par les Jacobins. Le coup d’état du 18 brumaire 1799 rebattit certaines cartes des obédiences. Seul le despotisme de la loge napoléonienne clôtura l’échange avec les loges Anglaises. Celles qui ont gardé des contacts étroits avec elles furent mises à mal. Les loges Anglaises voulaient que le France devienne une monarchie parlementaire comme chez elles. La décapitation de Louis XVI lui fit comprendre qu’il n’en sera jamais question en France. Partant de cette perte d’influence, toutes les loges œuvrèrent à la chute de l’Empereur. La Fayette en tête de gondole se distingua depuis 1775 jusqu’en 1830 lors des Trois glorieuses. Rothschild fit sa fortune à Waterloo.

La guerre des loges continua. Les révolutions de 1830, de 1848 puis de 1871 sont le pur produit de leur lutte pour dominer les autres et imposer ses visions. Au passage, les Versaillais accusèrent les pétroleuses d’avoir brûlé des bâtiments publics comme l’hôtel de ville. Qui avaient accès au pétrole à cette époque ? On sait par des témoignages oculaires comme Alphonse Daudet ou Charles Ridel que ce fut les versaillais qui par son artillerie envoyaient des obus incendiaires. Dans ces incendies, tous les bâtiments type hôtel de la finance, cours des comptes et escomptes y passèrent. On flamba ainsi toutes les traces de combinaisons financières qui pouvaient être compromettantes. Pendant ce temps agité, la Banque de France avait son bataillon spécial pour la protéger. Tout était bien organisé pour protéger le magot privé (BdF était toujours privée).

Nous rappelons ici que la loi de 1884 dite Weldck-Rousseau entraîna la division définitive des classes patronales et ouvrières. Elle permit la fragmentation patronale en une mosaïque d’intérêts différents de par la taille et le secteur d’activité. Idem pour la fragmentation de la classe laborieuse où chaque cellule ouvrière ne se battait plus que pour ses intérêts propres liés à sa profession. Avec la propagande Marxiste, les ouvriers rouges s’étaient politisés, les jaunes restaient concentrés sur l’aspect social. En attendant, la cause ouvrière globale fut détruite sciemment par cette loi.

Les lois les plus infâmes furent les lois « scélérates » promulguées en 1893 et 1894. Elles faisaient entre autres la promotion de la délation. Elles permettaient l’arrestation préventive. Elles déferraient les délits d’opinion, interdisaient certaines réunions (que nous qualifierons de nos jours de « complotistes »). Elles déclaraient complices et associés les relations et l’entourage d’une personne jugée coupable ou soupçonnée de l’être. Enfin, elles limitaient l’expression de la presse et interdisaient l’anarchisme. En 1892, les liens entre Tournade l’anarchiste, Rothschild et la comtesse d’Uzès ont été très vite mis dans les oubliettes.

Pendant ce temps, la France, l’Angleterre et la Russie jouèrent leurs influences à coup de lattes en Afghanistan, en Chine, en Inde et toute la virgule Coréenne, Japon compris. Les colonisateurs eurent détruit des dynasties et eurent utilisé des méthodes détestables (corruption, trafic d’opium, exploitation outrancière des populations, spoliation des ressources…). Le merveilleux de l’affaire coloniale fut que EM des pays colonisateurs faisaient payer par le peuple de leurs pays respectifs le coût de la colonisation pour son plus grand bénéfice. Mutualisation des dettes, privatisation des bénéfices est une formule active bien connue.

Aux USA en 1861, commence une guerre des loges qui scella non seulement le sort de la nation américaine, mais aussi celui du monde. Cette guerre dite de sécession n’est autre que le conflit entre une finance productive et terrienne contre une finance spéculative. Ce fut le duel entre l’obédience Jeffersonienne et la Hamiltonienne. L’issue fut une catastrophe démographique sur champ de ruines et les noirs bien que libres à l’issue du conflit étaient honnis de la société et le monde laborieux toujours écrasé du poids de la misère. Grace à cette guerre, l’industrie de l’armement fit fortune et domine depuis lors son secteur de marché. EM et EP locales, imbriquées l’une dans l’autre tout comme elles le sont avec EM Anglaise et Française purent se consacrer enfin à la colonisation du monde. En 1791, la première banque nationale fut créée. A ce stade, il faut comprendre que EM fractionnée par zones géographiques, accoucha d’un noyau supérieur supervisant les autres. Elle donne depuis le ton mondial. Nous l’appellerons dès lors EMMU pour l’élite marchande mondiale unifiée.

EMMU dut jouer avec les réalités de leurs ennemis communs au sein des pays qu’elle dominait déjà comme l’Angleterre, la Hollande, la France, les Russes et le monde asiatique. L’Allemagne était un cas à part car elle n’était pas dominée par la :. depuis 1785 (voir Weishaupt). La Royauté Anglaise bien qu’issue de Hanovre, perdit ses prétentions en Allemagne par la loi Salique. Une certaine rancœur s’y fit sentir. EM Allemande Hanséatique liée aux Hanovre joua à fil tendu avec le pouvoir central Allemand. Idem pour EM Austro-hongroise où les Habsbourg ayant bien compris l’exemple Bavarois qui liquida en 1785 les Illuminés de Bavière (voir la correspondance de Marie-Antoinette avec sa famille). Les Habsbourg la muselaient quelque peu. EG Germanique ne s’en laissait pas trop conter.

Dès que l’Allemagne rentra dans la danse active de la colonisation, EMMU mit tout en œuvre pour briser les ambitions du Kaiser. La ligne Berlin-Bagdad passant par les Balkans, qui concurrençait le pétrole de Rothschild, de Nobel et dans une certaine mesure de Rockefeller ne devait pas se faire. EMMU par ses relais Anglais, Russes et Français mit tout en œuvre pour que l’Allemagne perde son poids colonial naissant. Elle devait briser tous ses projets de devenir une grande puissance internationale. Dès 1891, EMMU sous l’égide de Rothschild, JP Morgan, Lazar, Rockefeller, donna les directives à John Rhodes pour commencer son office. La guerre des Boers, la crise de Fachoda, l’affaire Agadir et la guerre Serbe ont amené par de savantes manipulations et propagandes médiatiques la première guerre mondiale.

EMMU fit le tour de force d’imposer sa dictature financière en créant la FED en 1913. Rappelons le, la FED est un consortium de banques privées contrôlé par personne sinon ses actionnaires. Elle volera plus tard en 1932 l’or du peuple américain.

Il est notable que la révolution d’Octobre dite Bolchevique fut financée par EMMU tout comme elle participa à l’émergence Hitlérienne plus tard. Si le traité de Versailles du 28 Juin 1919 ne fut pas signé par les USA, c’est EM américaine qui régula le dédommagement. C’était elle qui vendit la machine outil à Boulanger en 1887 pour fabriquer le Lebel. C’était dans le cadre de la longue préparation de guerre de la France revancharde contre l’Allemagne.

L’Allemagne perdit ses colonies et la :. se réintroduisit dans le pays. La carte géo-politique prit une nouvelle forme en Europe et en Afrique. EMMU imposa la société des Nations. Toutes les institutions internationales furent et seront dans l’avenir de sa pure volonté, c’est dire sa réelle puissance au sein des EP des pays de par le monde via les loges et la corruption.

On rappelle ici que l’Or Russe donné à l’Allemagne en dédommagement échoua dans les caisses de la Banque de France encore privée. Cet Or aurait pu dédommager les 1,6 millions de porteurs français ruinés par les emprunts Russes. Ces emprunts étaient encensés par la presse déjà corrompue. Merci M. Isvolsky.

D’après certains historiens, les auteurs du traité de Versailles projetait un bis repetita pour vingt ans plus tard. La somme colossalement destructrice imprimée dans ces articles ne pouvait que soulever une révolte du peuple Allemand. Le soulèvement pouvait aussi bien être d’inspiration Bolchevique que de l’ancienne EG Allemande. Les Nazi joua aussi sa carte. Finalement, ce fut l’alliance Nazi-EG qui remporta les faveurs de EMMU. Les industriels et les financiers de EMMU favorisèrent l’expansion Hitlérienne. Elle eut sa deuxième guerre Mondiale comme prévue. En 1945, il y eut redistribution des cartes géo-politiques. La France et l’Angleterre perdirent leurs colonies comme l’Allemagne en 19. Ce fut Churchill qui offrit définitivement à EMMU la martingale britannique à Yalta après les conférences de Casablanca, du Caire, de Téhéran et surtout après le deal avec Roosevelt (lend-lease) de permettre EM américaine de commercer et s’insérer dans les colonies anglaises en contrepartie de l’aide des USA à l’effort de guerre.

Pendant que le monde focalisait sur la guerre, EMMU travaillait à acquérir de nouvelles obédiences. L’Arabie est devenue Saoudite grâce à elle. Le Pakistan idem et toute la flopée de pays qui ont eu leur « indépendance » depuis les années 1950. Ces indépendances politiques n’ont jamais inquiété EM des pays coloniaux. Elle y est toujours présente sous le bon vouloir de EMMU. La corruption fait le reste. Bolloré en sait quelque chose.

Depuis 45, la mise en esclavage de l’Europe par EMMU n’a jamais failli. Il y eut la parenthèse De Gaule, qui n’avait aucunement été efficace contre la décolonisation de l’Algérie et les autres pays Africains. Très vite il fut balayé par 68. EMMU prit le pouvoir en France par le biais des Rothschildiens Pompidou, Giscard. Jusqu’à Macron la volonté de EMMU n’eut jamais failli en France et on peut même dire que la France est la chasse gardée de Rothschild. La construction Européenne depuis Monnet est sous le contrôle de EMMU, via souvent l’action de la CIA (Monnet, Barroso…).

Yalta délivra la guerre froide, mais aussi toutes les révolutions et coups d’état, où les deux blocs s’affrontaient hors leurs frontières (Corée, Chine, Vietnam, en Afrique …). Ils créèrent des dictatures, provoquèrent des génocides, des crimes contre l’humanité à plus en finir. Depuis 1942, les USA téléguidés par EMMU sont en guerre. Soros a innové par le biais des ONG. Les révolutions colorées où les crétins utiles locaux sont sollicités pour détruire de l’intérieur les nations non vassales à EMMU. Le cas échéant, il s’offre les services des armées privées. On les a vu dans la crise grecque, le conflit Arménien et actuellement en Ukraine. Depuis la chute de l’URSS, seule EMMU partait en guerre de spoliation telle celles contre l’Irak, la Libye, la Yougoslavie. Avec le retour de la Russie Poutinienne, les prétentions de EMMU sur par exemple la Syrie ou l’Ukraine se voient contrarier.

La catastrophe nucléaire de Tchernobyl du 25 au 26 Avril 1986 provoqua la chute de l’URSS. Elle a coûter des milliards. La Perestroïka (1985) n’aura jamais l’occasion de se développer. EMMU eut profité de cet accident pour casser ses sources de revenu par le biais notamment du pétrole. Elle eut fait chuter les cours. Elle profita pour déstabiliser économiquement et politiquement les pays satellites de l’URSS comme l’Allemagne de l’Est ou la Pologne. En 1989 le mur de Berlin « tomba » ce qui permit à EMMU de profiter de ce dumping social pour forcir ses bénéfices. En 1991, chute officielle de l’URSS. EMMU et sa liste de corrompus se gavèrent jusqu’à l’avènement de Poutine. Rothschild fut réexpédié dans sa citée embrumée. A chaque fois que EMMU pose un embargo sur la Russie, cette dernière en sort agrandie. Les secteurs agricoles, techniques, industriels sont à la pointe, rentables et exportables. Avec l’actuelle crise Ukrainienne, on voit bien que la Russie fait trembler l’édifice EMMU. Nous avons sous nos yeux une redistribution des cartes qui semblent oublier de servir avantageusement EMMU. A force de tricher, EMMU n’est plus respectée par les autres grandes puissances qui échappent à sa prédominance. Nous pouvons annoncer que EMMU, vision occidentale de la dictature, est perdue et nous avec.

On notera également qu’en 1991 l’ouverture au capitalisme de la Chine fut parallèle à la chute de l’URSS. Il y a là matière à creuser. Il faut aussi mettre en parallèle tous les événements mondiaux de cette année charnière. Un grande partie d’échec venait de commencer.

Si l’on considère que EMMU fonctionne sur les principes de secret des loges, son réel pouvoir se trouve donc bien à la City et non pas à la maison blanche, propriétés des S&B. Les Bush, les Clinton, les Gates, Soros et toute la sainte clique ne sont que la partie émergée de la pyramide.

Dans la pratique et à notre niveau si ridicule, il faut que tout le monde comprenne que face à un tel colosse, seule l’union des gueux peut entraver son action. Il faut oublier nos querelles, nos divergences d’opinions dites politiques, ses convictions religieuses, ses petits avantages factuels qui ne sont rien face ce rouleau-compresseur . Il faut concentrer nos énergies pour lutter contre EMMU. Tous ensembles à l’échelle mondiale. Vaste programme, mais nous avons bon espoir dans l’émergence du poids des BRICS ou la Russie détient à présent le leadership.

Signé : WD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.