Voici le véritable état de délabrement de l’armée de Zelensky

Voici le véritable état de l’invincible armée de Zelensky ! Nous finançons une corruption démentielle à tous les étages.

« Après avoir mobilisé les femmes de 18 à 50 ans, l’Ukraine mobilise les retraités jusqu’à 70 ans! » (Boris Karpov)

Voilà plus de cinq mois que nos médias nous bassinent avec leur narratif antirusse digne de la propagande de la Corée du Nord. Difficile de faire plus grotesque et plus mensonger.

D’un côté, une armée russe de traîne-savates sous-équipée, mal commandée, mal formée, à court de munitions dès le mois de mars et vaincue d’avance, avec sa doctrine soviétique archi-dépassée.

De l’autre, une armée ukrainienne exceptionnelle, modèle de compétence et de courage, formée à la doctrine otanienne, très mobile et bien commandée, encadrée par des conseillers occidentaux  clamant la victoire depuis le premier jour de l’offensive russe.

Bref, à en croire nos médias, au bout de 150 jours de guerre, ce n’est pas Poutine qui occupe 25 % du territoire ukrainien, mais c’est l’armée de Zelensky qui serait aux portes de Moscou pour exiger la capitulation sans condition de l’ours russe.

Rappelons que sur les 7 000 mercenaires étrangers venus, la fleur au fusil, jouer les Rambo et casser du Popov en Ukraine, 2 000 ont été tués par les Russes, beaucoup ont été blessés ou faits prisonniers et un grand nombre sont retournés chez eux avec une autre vision de ce qu’est une guerre fraîche et joyeuse. Parmi eux, 59 mercenaires français ont été tués sur 183 engagés.

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/la-russie-dit-avoir-tue-pres-de-2000-combattants-etrangers-en-ukraine-20220617

Voici quelques photos fournies par le ministère russe de la Défense.

Mais ce sont surtout les témoignages recueillis par un média américain en Ukraine qui dépeignent la réalité sur l’état de l’armée ukrainienne (voir blog de Boris Karpov sur Telegram).

« La plupart sont brûlés ou détruits, et les autres sont fatigués ou effrayés »

La publication américaine Ishgal a interviewé 10 mercenaires étrangers en Ukraine.

Ce qu’ils ont dit décrit le mieux la situation dans les Forces armées ukrainiennes. Nous n’inventerons rien, les citations de l’interview parlent d’elles-mêmes :

“Le niveau de merde ici monte en flèche”

“J’ai combattu au Moyen-Orient et en Afrique et je n’ai jamais vu un tel niveau de corruption”

“Ils ont été envoyés avec un fusil pour deux”

“J’ai formé plus de 2000 soldats ukrainiens et je pense qu’au moins la moitié d’entre eux sont déjà morts”

“Absolument tout – missiles Javelin, autres missiles, voitures, fusils, munitions, grenades – tout est volé”

“Nous avons vu beaucoup de croix gammées et de symboles nazis”

https://siteveillestrategique.blogspot.com/2022/07/larmee-ukrainienne-vue-de-linterieur.html

Voilà donc l’armée que soutient l’Occident, voilà les soldats pour lesquels Macron détruit notre économie et dépouille nos forces armées de leurs matériels déjà insuffisants.

On nous fait pleurer sur le sort de l’Ukraine alors que ce pays est corrompu jusqu’à l’os à tous les niveaux, y compris au cœur du pouvoir et de l’armée.

Nous avons un budget Défense squelettique qui sert à armer les soldats ukrainiens, lesquels s’empressent de revendre une partie du matériel occidental aux groupes mafieux des Balkans.

Il est temps de tourner le dos à l’Otan, de clore le bec à nos médias sans éthique, de dire non aux sanctions qui nous détruisent et de laisser Poutine mener sa guerre contre un pays mafieux qui n’évitera pas le dépeçage, malgré les rodomontades des Anglo-Saxons qui vont prendre une raclée mémorable.

Revenons à la politique du général de Gaulle. Une France indépendante, dotée de l’arme nucléaire pour sa propre sécurité et non pas pour servir les seuls intérêts de Washington, qui n’a que mépris pour ses alliés, comme on l’a encore vu avec le contrat des sous-marins australiens, coup de poignard impardonnable.

Cette guerre civilisationnelle contre un Occident décadent, ce n’est pas l’Otan qui la gagnera mais Poutine. 

C’est la Russie qui va l’emporter, car elle a su préserver les valeurs qui font la force d’une nation, à commencer par le patriotisme, la défense de son identité et de sa culture, le courage, la volonté, le respect de la famille traditionnelle avec un père et une mère pour élever dignement leurs enfants, le travail et le mérite.

Toutes ces valeurs ancestrales, piliers de la civilisation occidentale et naguère ciment de notre identité, sont parties en fumée au nom du mondialisme débridé, du consumérisme effréné, du multiculturalisme impossible, du droit de l’individu prévalant sur celui du groupe, du wokisme et du lobby LGBT, mais surtout de l’argent roi.

« L’argent qui corrompt, l’argent qui achète, l’argent qui écrase, l’argent qui tue, l’argent qui ruine, et l’argent qui pourrit jusqu’à la conscience des hommes », disait Mitterrand en 1984.

Boris Karpov a parfaitement illustré le puissant moteur qui anime les soldats russes engagés en Ukraine, qu’ils soient chrétiens ou musulmans. Ils se battent pour le Bien contre le Mal, pour les valeurs conservatrices et traditionnelles contre un Occident décadent qui a perdu son âme, en oubliant son histoire et ses racines.

L’Occident n’a pas encore pris conscience de ce qui se prépare pour les prochaines décennies. La défaite de l’Occident en Ukraine va signer le déclin inexorable de l’Amérique et de l’Union européenne, au profit de puissances émergentes qui, tôt ou tard, imposeront leur monnaie, leur règles du commerce, leur système bancaire et sans doute un jour leur police mondiale.

Si l’Europe, en 1990, avait compris qu’il fallait arrimer la Russie à notre continent, en abandonnant l’Otan devenue inutile, jamais l’Amérique n’aurait pu déstabiliser le monde comme elle l’a fait.

Pendant trente ans, les Russes ont fait preuve de patience. Ils n’ont récolté que notre mépris et notre hypocrisie. L’Occident  va donc payer au prix fort cette faute impardonnable.

Avachi et fatigué, ne sachant que réclamer toujours plus de pouvoir d’achat alors que des Ukrainiens et des Russes meurent chaque jour à nos portes, comment l’Occident pourrait-il tenir tête à l’ours russe, sûr de son bon droit et plus déterminé que jamais ? C’est impensable.

Quand le peuple russe se bat pour défendre ses valeurs, les Occidentaux se battent pour leur pouvoir d’achat.

Jacques Guillemain

Source : ns2017

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.