VIDÉO : En Bretagne, un policier se livre à un combat de boxe avec un caïd en pleine rue

imageCombat de boxe entre un policier et un jeune “caïd” de quartier à Quimper. Capture Twitter

À Quimper, dans le quartier sensible de Kermoysan, où des violences urbaines ont eu lieu ces derniers jours, un policier a honoré le rendez-vous lancé par un jeune caïd pour un combat de boxe. La scène, filmée, a fait le tour des réseaux sociaux.

Un combat de boxe entre un policier en service et un jeune caïd en plein quartier sensible à Quimper, c’est la scène à laquelle ont pu assister quelques personnes en direct, et des milliers d’autres sur les réseaux sociaux, depuis que la vidéo du combat, assez virale, a déboulé sur la toile.

Gants de boxe sur les mains

On y voit un fonctionnaire de police, reconnu dans la ville pour ses états de services – il aurait sauvé, à trois reprises, des femmes tombées dans la rivière et qui étaient en train de se noyer – se battre, gants enfilés sur les mains, dans un combat de boxe avec un jeune homme en civil, que la presse locale, notamment nos confrères du Télégramme, qualifie de “caïd local”. D’origine tchétchène, le jeune homme est présenté comme l’un de ceux qui tentent d’installer un trafic de drogues dans le quartier.

Capture d’écran 2019-09-23 à 01.32.52

Ce serait pour montrer à son groupe que la police ne comptait pas leur laisser le quartier pour faire leurs activités illégales que le membre des forces de l’ordre a accepté de se livrer au combat que lui a proposé le jeune “caïd”. Pendant près de trois minutes, alors que l’officier de police était venu accompagné d’un de ses collègues et que quelques jeunes filmaient la scène, les deux “combattants” se sont échangé quelques coups, sans blessure sévère, avant que le jeune homme du quartier ne demande de stopper le combat, fatigué, d’après nos confrères.

Soutenu par le maire

La démarche est inédite et a de quoi surprendre de la part d’un policier, mais il est soutenu par la sphère politique locale, notamment le maire de Quimper, Ludovic Jolivet, qui a confié vouloir “tout faire pour qu’il ne soit pas trop sanctionné”. Car la préfecture du Finistère a demandé l’ouverture d’une enquête administrative à la suite de cet épisode “afin de préciser dans quelles conditions cet événement s’est produit”, précisant “qu’en fonction du résultat, des sanctions pourraient être prises”.

Source : La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *