Une opération du Raid lancée à Lognes au centre de formation de la police

5da46b1e87f3ec3183107805Le centre du ministère de l’intérieur à Lognes, Seine-et-Marne, juin 2016 (image d’illustration).© Bertrand GUAY Source: AFP

Selon Le Parisien, des équipes du Raid interviendraient depuis le début de la matinée au centre de formation du ministère de l’Intérieur à Lognes en Seine-et-Marne pour une «levée de doutes» après le signalement d’une personne potentiellement armée.

Selon les informations du journal Le Parisien, «des dizaines de policiers en tenue d’intervention, un grand nombre de véhicules sérigraphiés de la police nationale, et d’autres, noirs et gris, du Raid entourent depuis le début de la matinée» ce 14 octobre, un centre de formation du ministère de l’Intérieur où sont également formés des policiers à Lognes, en Seine-et-Marne.

Le compte Twitter de la police nationale de Seine-et-Marne a confirmé en début d’après-midi qu’une opération de police était bien en cours à Lognes suite à «une alerte de sécurité» et a précisé : «Levée de doute en cours.»

Capture d’écran 2019-10-15 à 00.29.39

D’après le quotidien francilien, une personne pourrait être entrée avec une arme dans le centre, mais une source policière précise que la recherche minutieuse des forces de l’ordre correspond à «une levée de doute». Des agents de sécurité auraient cru reconnaître la silhouette d’une arme sur une image aux rayons X à l’entrée du centre de Lognes, mais lorsqu’ils s’en sont aperçu, l’individu recherché aurait déjà réussi à entrer pour se mêler à la foule matinale.

L’image du suspect, un homme selon Le Parisien, aurait été captée par la vidéosurveillance et les effectifs du Raid et de la BRI auraient commencé une vérification systématique des bâtiments. Une évacuation aurait également été enclenchée avec vérification des identités des personnes qui sortent.

Des internautes sur place diffusent des images de l’opération policière en cours :

Capture d’écran 2019-10-15 à 00.30.39

Cette intervention des forces de l’ordre survient dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu, quelques jours après l’attaque de Mickaël Harpon, employé de la préfecture de police de Paris qui a fait quatre morts le 3 octobre parmi ses collègues.

Lire aussi : Deux policiers franciliens soupçonnés de radicalisation islamiste auraient été désarmés

Source : RT France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.