Une nouvelle biographie révèle que les Rothschild souffrent d’une « quantité énorme » de maladies mentales causées par des mariages incestueux

Un peu de pub pour les Rothschild pour saisir leurs comportement de malades mentaux avides d’argent et de pouvoir!

Selon The Jewish Chronicle, la nouvelle biographie « Les femmes de Rothschild » par Natalie Livingston, publiée avec l’entière coopération de la famille Rothschild, a révélé que le désir maniaque de la famille de préserver la fortune et le pouvoir de la famille grâce à des mariages endogames (entre des membres anormalement proches) a entraîné une « quantité énorme » de maladies mentales parmi ses membres d’élite . Le livre se concentre sur les histoires de 15 femmes Rothschild, commençant dans les années 1800 dans le ghetto de Francfort avec Gutle, la matriarche fondatrice de la dynastie et se terminant au début du 21e siècle. Il suit la lignée des femmes de la branche anglaise de la famille, dont Henriette, la plus jeune fille de Gutle qui a déménagé d’Allemagne à Londres. “ La plupart des gens qui connaissent les Rothschild savent que Gutle et Mayer Amschel ont eu cinq fils. Moins de gens savent qu’ils ont aussi eu cinq filles.


Les hommes Rothschild ont dominé les livres d’histoire, mais Livingstone a découvert l’immense contribution et l’influence des femmes Rothschild dans la société britannique et la communauté juive : en politique, philanthropie, art, littérature, science et musique. Leur importance ne peut pas être surestimée, dit Livingstone, ni leur nom de famille. Auraient-elles réussi ce qu’elles ont fait sans lui ? « Je pense que ce qui est admirable chez ces femmes en particulier, c’est qu’elles parviennent à créer une plate-forme pour leur privilège et parviennent à utiliser leur nom de manière vraiment créative et ingénieuse. »
 Pourtant, pourquoi se fait-il que beaucoup d’entre elles ne soient pas plus connues ? Livingstone pense que c’est quelque chose d’endémique dans la famille, qui découle de la mort du fondateur de la banque, Mayer Amschel Rothschild Mayer en 1812, dont la volonté interdisait à toutes les femmes de la famille – filles ou épouses de descendants masculins – d’avoir une part dans la richesse de la banque ou toute implication dans la prise de décision de l’entreprise. « Je pense que cela a donné le ton pour les générations à venir. »
Ce qui devient rapidement évident, c’est comment la pratique des mariages endogènes familiaux a été jugée acceptable jusqu’à la fin du 19e siècle. « C’est vraiment choquant quand on regarde cette pratique d’un point de vue moderne« , convient Livingstone.
“ Cela est du à cette volonté. Mayer Amschel Rothschild déclarait que rien n’était plus important que la famille, et cela signifiait à tout prix. Il s’agissait de préserver l’unité de la banque et l’intégrité du nom. Il ne fait aucun doute que l’endogamie n’a jamais été géniale, par exemple, il y a énormément de problèmes de santé mentale dans la famille. Je ne peux pas croire qu’il n’y ait pas de corrélation entre les mariages endogames et les problèmes de santé mentale. ” Mais se marier hors de la famille a aussi eu des conséquences.[1]
La première femme à le faire était Hannah Mayer, la fille de Hannah Barent Cohen et Nathan Rothschild [le fils de Mayer Amschel et Gutle] au début du 19e siècle. « Vous ne pouvez pas exagérer l’importance de cela. En une génération, les Rothschild s’étaient imposés comme une aristocratie juive et étaient attachés à leur communauté et à leur identité. Hannah a dû renoncer à son judaïsme, se convertir au christianisme et a été ostracisée  de sa famille. Elle a souffert de la mort prématurée de son mari et de son fils. « Les autres femmes la considéraient comme maudite… »
Les Rothschild, à toutes fins utiles, ont depuis longtemps remplacé la famille royale britannique en tant que dirigeants de facto de l’Angleterre et, par ailleurs, ils ont pris la direction  de la plupart des autres nations européennes.
Mais les Rothschild, comme  les familles royales britanniques, ont ce trait commun – l’inceste et ses conséquences néfastes – surtout lorsqu’il est pratiqué non seulement quelques fois, mais plutôt de manière continue, de génération en génération.
Bien que, puisqu’il y a toujours eu une aristocratie de Goyim beaucoup plus grande à partir de laquelle on peut trouver des partenaires de mariage appropriés, les membres européens des familles royales seraient beaucoup moins consanguins que les Rothschild juifs, dont les options de mariage étaient comparativement extrêmement réduites.

Peu importe à ce stade, étant donné que la plupart des lignées aristocratiques britanniques ont été contaminées par du sang juif pendant de nombreuses générations  – vendant leurs fils et filles à des marchands et banquiers juifs – échangeant des infusions d’argent bien nécessaires pour soutenir leurs modes de vie dégénérés contre des titres.

Mais ce problème de maladie mentale ne se limite pas aux Rothschild – les Juifs, en général, selon leur propre aveu, ont des niveaux beaucoup plus élevés de maladie mentale et de maladies génétiques causées par la reproduction endogène dans de petits pools génétiques [1].

La dynastie incestueuse des Rothschild est bien représentée par le symbole occulte du serpent consommant sa propre queue – également le symbole des Illuminati, parrainés par les Rothschild, leur organisation de recrutement maçonnique.

Et il n’y a pas de meilleur moyen de produire des psychopathes indispensables pour mener à bien leur programme de destruction de la chrétienté et leur domination mondiale que par l’inceste, la pédophilie (voir ci-dessous) et la « magie du sexe « .

Source : New Biography Reveals Rothschilds Suffer From ‘Enormous Amount’ Of Mental Illness Caused By Incestuous Marriages

Source : Numidia Liberum

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.