Une journée avec les sauveteurs de haute montagne

Avant tout départ, la prise d'informations visant à localiser les personnes est un étape cruciale permettant de gagner ensuite un temps précieux./ Photo DDM

Avant tout départ, la prise d’informations visant à localiser les personnes est un étape cruciale permettant de gagner ensuite un temps précieux./ Photo DDM

Avec l’été, les hommes du secours en montagne sont en effectif renforcé. Reportage auprès du Peloton de gendarmerie de Haute Montagne (PGHM) de Luchon et du détachement aérien de Tarbes, base d’où décolle l’hélicoptère dédié aux secours

L’horloge de la salle opérationnelle du détachement aérien affiche à peine midi et déjà, l’équipe de garde du week-end en est à sa deuxième intervention. À l’occasion du marathon des Gabizos, deux coureurs se sont retrouvés en difficulté et sont déshydratés. Lorsque le Choucas 65 atterrit sur la zone d’atterrissage, médecin, pilote, mécanicien et secouristes accompagnent le coureur jusqu’à l’ambulance. «La pause de midi et la fin de journée sont les périodes où nous sommes le plus sollicités», indique Patrick Guillout, le pilote. Quelques instants plus tard en effet, alors que tous étaient attablés, le téléphone sonne de nouveau. A l’autre bout du fil, le responsable du refuge du Portillon, inquiet de l’état de santé d’une pensionnaire, gênée suite à l’ingestion d’une arête de poisson. «Il y a environ trois heures de descente jusqu’aux granges d’Astau, elle devrait pouvoir les faire ?», questionne le médecin. L’équipe décide finalement de partir au refuge luchonnais chercher la victime. Le secours en montagne nécessite une logistique parfaitement huilée, où chacun à son rôle à jouer : «Il faut toujours trouver le bon compromis entre le nombre de personnel que l’on fait monter à bord, le kérosène et l’endroit où on doit intervenir, avec des conditions climatiques qui influent sur l’appareil. C’est vraiment un travail d‘équipe», insiste Patrick Guillout.

Une vingtaine de minutes seulement seront nécessaires pour atteindre le refuge. La victime sera déposée aux granges d’Astau et évacuée par les pompiers. À peine dans les airs, une autre alerte est donnée à Saint-Lary-Soulan, sur le bike parc. Un jeune homme de 27 ans à lourdement chuté, se fracturant le poignet. Vers 15h45, après cette double intervention, retour à la base, où Lucien Pérez passe ses journée à assurer le relais communicationnel entre l’équipage de l’hélicoptère, les différentes équipes du PGHM à Luchon et Pierrefitte-Nestalas, le Samu et les institutions locales.

Le temps de boire un verre d’eau et déjà, le téléphone sonne de nouveau. «C’est reparti», souffle un secouriste. Une jeune fille de 15 ans est prise de douleurs thoraciques à proximité du refuge du Maupas. Elle a eu une légère perte de connaissance. «Elle a quinze ans, faut-il prévoir une évacuation sur Toulouse ?», questionne le pilote. «On va prendre 400 litres de kérosène avec nous, au cas où il faudrait faire un treuillage, la zone n’est pas forcément très simple d’accès, car ce n’est pas tout à fait au niveau du refuge.» Après l’intervention, la jeune fille sera prise en charge par l’hôpital de Saint-Gaudens.

L’après-midi défile. Deux alpinistes, visiblement expérimentés, sont en ligne : «On est deux au sommet du grand Quayrat. Je suis tombé, j’ai le genou ouvert. J’ai aussi la cheville droite en vrac. J’ai quand même réussi à finir jusqu’au sommet mais là je ne peux plus.» L’adjudant-chef Jean-Pierre Pujolle, du PGHM de Luchon, demande plus de précisions sur le secteur et les conditions : «Il y a du Sud mais on a encore de la visu. Dans la vallée, il n’y a pas de nuages mais ça commence à charger.

– Ok. Rangez bien toutes vos affaires, on vous retrouve sur la terrasse à côté du monolithe. Faites-nous un signe quand vous nous voyez approcher.»

Avant de partir, le secouriste vérifie sur la carte le relief de la zone. «Rien ne sert de se précipiter. Les quatre ou cinq premières minutes sont déterminantes pour prendre les informations. Quand on a correctement localisé les personnes, on gagne ensuite un temps précieux.»

Les deux randonneurs seront rapidement récupérés et transportés, eux aussi, à l’hôpital de Saint-Gaudens pour des soins complémentaires.

Il est à présent 19 h 15. «Aucune journée ne se ressemble. Même quand on pense que c’est fini, tout peut arriver. Il n’y a pas de règle.»


Manque de réseau : le point noir

S’il y a un facteur qui complique la tâche des secouristes, c’est le manque de réseau dans les montagnes pyrénéennes. Pour y remédier, un gendarme du PGHM de Versoud (Isère) a imaginé un outil de géolocalisation par SMS, appelé GendLoc. «Il faut posséder un smartphone, mais c’est déjà un beau pas en avant. Les SMS passent mieux que les appels, on peut donc envoyer un message à la victime qui, en répondant, nous permet de la localiser avec une grande précision.» Mais il peut aussi arriver qu’aucun réseau ne soit disponible. «On cherche alors à collecter des éléments par le réseau, l’entourage de la personne.» Mathieu Gayet, médecin depuis 10 ans, confirme : «À cause du manque de réseaux, on entend mal ce qui se dit et les personnes ont plus de difficultés à décrire ce qu’il se passe. On travaille seul et en plus, il y a la difficulté du terrain avec le vent, les températures variables… On doit s’adapter.»

Carole Le Goff

Source : La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.