Une convention signée entre la gendarmerie et pôle emploi

Le général François-Xavier Bourges de la gendarmerie (à gauche) et Michel Swieton de pôle emploi ont signé mardi un avenant à la convention qui les liait depuis juin 2012.

Le général François-Xavier Bourges de la gendarmerie (à gauche) et Michel Swieton de pôle emploi ont signé mardi un avenant à la convention qui les liait depuis juin 2012.

En juin 2012, une convention avait été signée en Basse-Normandie entre la gendarmerie et pôle emploi. Objectif : anticiper les besoins en recrutement des gendarmes.
“Nos relations avec la gendarmerie sont anciennes”, précise Michel Swieton, directeur régional de pôle emploi en Basse-Normandie. “On travaille à l’insertion des personnes en difficulté en présentant tous les métiers de la gendarmerie, car il y en a une centaine allant de la comptabilité à la cuisine”.

“Ensemble, on est plus fort que seul”

Mardi dernier, un avenant à cette convention a été paraphé par le général François-Xavier Bourges, commandant de région de Basse-Normandie, et Michel Swieton, directeur régional de pôle emploi. Il s’agit d’une déclinaison d’une politique nationale.
“Aujourd’hui, on connaît la difficulté des jeunes pour trouver un emploi”, précise le général Bourges. “Ce partenariat est une excellente piste d’action pour la reconversion de notre personnel. Il faut transformer cette difficulté en atout”.
Pour le directeur de pôle emploi Basse-Normandie, “la problématique du chômage est complexe. Ensemble, on est plus fort que seul. On offre tous les moyens pour travailler au reclassement et à la réinsertion des gendarmes dans la société civile”.

En 2013, 74 gendarmes adjoints en fin de contrat

Cet avenant vise à favoriser la reconversion des gendarmes adjoints volontaires dont le contrat de cinq ans est arrivé à échéance et qui n’ont pas réussi les concours de sous officiers de la gendarmerie.
“Ce partenariat est une passerelle pour avoir accès rapidement aux offres d’emploi au niveau de la sécurité“, précise-t-on du côté de la gendarmerie. “Cela nous permet d’avoir un accompagnement de notre personnel”.
En 2013, sur les 300 gendarmes adjoints volontaires bas-normands, ce sont 74 gendarmes qui étaient sur le départ. “En général, ce sont environ 25 % des gendarmes adjoints volontaires qui partent à la fin de leur contrat”.

Source : Liberté.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.