Une bouteille à la mer pour les historiens de demain: cinq manipulations pour faire croire en l’efficacité des injections contre les formes graves et toutes les preuves du contraire…

J’expose ici toutes les raisons qui m’ont convaincu de l’escroquerie sanitaire et politique, que l’on me prouve que je me trompe…

Depuis le tout début j’ ai été frappé par la différence entre les données objectives et chiffrées des études et les conclusions qui en sont tirées , comme si les rédacteurs se livraient à une auto censure , à des omissions volontaires .

Etudes sur l’ivermectine destinées à prouver que celle ci ne réduisait pas la durée de l’hospitalisation mais qui dans les données complémentaires faisaient apparaitre une baisse de la mortalité de 70%.

Etudes qui démontraient l’efficacité des vaccins mais qui dans les données complémentaires faisaient apparaitre une mortalité toute causes confondues supérieures chez les vaccinées…

En histoire nous recherchons les contradictions et les historiens de demain devront expliquer cet acte de déni d’une partie des scientifiques , cette perception traumatisante de la réalité extérieure qui invalide leurs thèses.

Et à partir de là, le refus de reconnaitre leurs erreurs puisque l’objet des critiques ne correspond pas à l’objet de l’étude….Ce n’est pas vrai puisque les rédacteurs de l’étude ne l’ont pas mentionné….

Critiquer l’étude, en montrer les contradictions, tirer des enseignements des données ,serait toucher au Dogme …Ils font de la Religion , pas de la Science.

Personne ne conteste plus l’incapacité des injections à empécher la contamination , le contraire est scientifiquement établi depuis longtemps , seuls des vaccins par spray nasal pourraient générer les IGa protecteurs…

Beaucoup encore après leurs trois doses et leurs deux covids sont convaincus que sans les injections ils seraient morts deux fois…

La propagande s’appuie sur des données observationnelles biaisées comme celles de la Drees mais heureusement nous avons les preuves de la totale inefficacité de Pfizer et associés.

1° Demain les historiens démonteront la propagande des statisticiens du gouvernement

Je ne peux une dois de plus que saluer le travail de Pierre de Décoder et de Marco Nius…

  • La manipulation des données: regardez la situation des non vaccinés de plus de 80 ans du 10/09 au 26/09 2021 .Marco Nius a enregistré sur la Drees leur situation à 4 moments ( une fois par mois), et obtient…quatre fois des données différentes ! On les estime à 600 000 en octobre, 300 000 en décembre et 500 000 en janvier; Il s’agit pourtant du même groupe; les plus de 80 ans tels qu’ils étaient en septembre…
  • Le mélange des hospitalisés pour covid ou pour autre chose a été utilisé pour faire porter aux non vaccinés la responsabilité de la saturation des hopitaux.

– La vague des contaminés au cours des trois semaines qui suivent l’injection n’est jamais comptabilisée parmi les vaccinés (hospitalisations, décès). Pourtant cette explosion de contamination constitue une limite sérieuse au tout vaccinal.

-Les statuts indéterminés, les vaccinés hors délais et surtout les contaminés des trois semaines consécutives à l’injection sont réattribués par morceaux aux non vaccinés. Le fameux tableau du Monde est faussé

-Le nombre de non vaccinés est sous évalué. Il est obtenu en partant des évaluations insee ou à vue de nez , nombre de vaccinés déduit . Il est pourtant admis que le nombre de vaccinés est sur estimé (doublons, 500000 décédés) pour les plus âgés . Les calculs pour 100000 hospitalisés ou décédés sont alors faussés. C’est vrai pour les plus vieux.

2° NOUS AVONS LES PREUVES NON MANIPULABLES DE L’INEFFICACITE DES INJECTIONS CONTRE LES FORMES GRAVES

Ces preuves supposent un suivi des malades vaccinés et non vaccinés dès leur injection sans manipulation sur les trois premières semaines et sur plusieurs mois. Il est alors possible de comparer la mortalité finale dans les deux groupes ;

LES ETUDES DE SUIVIS DES FABRICANTS NE PEUVENT DISSIMULER LA TOTALE INEFFICACITE DES INJECTIONS SUR LA MORTALITE TOUTEES CAUSES CONFONDUES

Il faut toujours chercher car les études entendent démontrer l’efficacité des vaccins. Rares sont celles qui donnent le nombre de décès toutes causes confondues dans le groupe vacciné et le groupe placébo.

Vous n’entendrez sans doute jamais parler de cette étude de l’Université d’Oxford, la seule avec la peu fiable étude Pfizer à suivre le devenir de malades vaccinés et non vaccinés sur les six mois qui suivent l’infection .Un moyen de mesurer l’impact de la maladie dans sa phase aigue puis des covids longs .

Le seul moyen de comptabiliser les effets nocifs de la spike virale et vaccinale à moyen terme…

Chaque dose de Pfizer apporte une rasade de spike en plus et la spike c’est jamais bon sur le long termehttps://pgibertie.com/2022/02/21/luniversite-doxford-a-suivi-les-malades-sur-6-mois-phase-aigue-de-la-maladie-comprise-la-protection-contre-les-formes-graves-et-les-covids-longs-est-nulle-surtout-pour-les-plus-de-60-ans/

Un deuxième type de preuve; les comparaisons internationales /

MERCI à France Soir de m’avoir donné la possibilité de m’exprimer comme historien et géographe sur la crise sociale, politique et sanitaire

MERCI à France Soir de m’avoir donné la possibilité de m’exprimer comme historien et géographe sur la crise sociale, politique et sanitaire .

https://www.francesoir.fr/videos-lentretien-essentiel/patrice-gibertie

Mon intervention au Conseil scientifique Indépendant/ Les sciences humaines et la pandémie

Cliquer pour accéder à csi-copie.pdf

J ‘ai eu l’honneur d’intervenir devant le CSI en compagnie de l’anthopologue Jean Dominique Michel . Une occasion de faire la synthèse des apports des sciences humaines : surmortalité, caractère cyclique de la pandémie, comparaisons géographiques

https://crowdbunker.com/v/W4fG86bE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.