Un signal positif vient d’être donné aux gendarmes

Nouvelle gendarmerie

Jacques Bascou, Louis Le Franc, Didier Mouly, Michel Bodevin et Philippe Guisset, pour la pose de la 1re pierre de la caserne Montplaisir à Narbonne./Photo DDM, JMG.
Jacques Bascou, Louis Le Franc, Didier Mouly, Michel Bodevin et Philippe Guisset, pour la pose de la 1re pierre de la caserne Montplaisir à Narbonne./Photo DDM, JMG.

 

Lancé en 2005, le projet de nouvelle gendarmerie Montplaisir à Narbonne vient d’aboutir avec la pose hier après-midi de la 1re pierre en présence des hautes autorités.

En fait, le chantier a débuté au début de cette année. Mais la gendarmerie nationale souhaitait marquer cette étape tant attendue du démarrage des travaux, avec en ligne de mire une mise en service à la fin de l’été 2016 après dix-huit mois de travaux. Ce chantier, très important à l’échelle du département, l’est aussi à l’échelon national car la future caserne regroupera sous l’autorité du groupe de commandement de la compagnie, une brigade territoriale, une brigade de recherches, un peloton de surveillance et d’intervention, une brigade motorisée, une brigade rapide d’intervention et un peloton d’autoroute. Soit, au total, une caserne neuve pour près de 100 gendarmes, sous-officiers et officiers. Pour permettre la réalisation de ce projet d’envergure, la commune de Narbonne a mis à disposition un terrain de presque 4 ha dans le secteur de Montplaisir. Le projet se compose en deux parties distinctes. Les locaux de service seront dans un unique bâtiment à deux niveaux. En retrait, un espace est réservé pour 91 logements, organisé sous la forme de deux hameaux pour 68 logements familiaux et 23 studios. Le coût total d’investissement est de 16,8 millions d’euros TTC dont 11,6 millions d’euros de travaux de construction. «Enfin !» s’est exclamé le colonel Philippe Guisset. «Depuis 2005, ce fut un long chemin. La caserne Roger arrive à bout de souffle malgré les divers aménagements. Le dispositif est vieillissant et avec l’augmentation de personnel, il fallait changer de lieu».

Les regrets de la députée et du sénateur

«Roland Courteau et Marie-Hélène Fabre, sénateur et députée de l’Aude, se félicitent de la pose de la première pierre, ce mercredi, de la nouvelle caserne de gendarmerie à Montplaisir à Narbonne. Après plusieurs années d’atermoiements et de retards, c’est une bonne nouvelle pour l’ensemble des gendarmes. Les parlementaires s’étonnent cependant que la date de la manifestation ait été fixée unilatéralement. En effet, les contraintes propres aux agendas parlementaires leur interdisent d’être présents, à la fois au Sénat et à l’Assemblée nationale (lundi mardi, mercredi,… jeudi) pour remplir les missions qui leur incombent en tant qu’élus nationaux, et localement pour manifester leur soutien aux projets qu’ils ont appuyés et souvent rendus possibles en s’impliquant en haut lieu pour les défendre. Aussi ils regrettent de ne pouvoir être présents ce mercredi à l’inauguration de la gendarmerie de Narbonne» dit le communiqué.

Source : La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.