Un officier du Corps des Marines des États-Unis exprime son admiration pour la manière dont la Russie a mené sa guerre en Ukraine

Les Occidentaux ordinaires qui lisent et écoutent les grands médias se sont vu présenter une série de récits concernant la guerre en Ukraine. Apparemment, la Russie perd sa guerre en Ukraine depuis les premiers jours du conflit. La preuve en est que la Russie n’a apparemment pas réussi à conquérir Kiev et d’autres villes du nord au cours des premières semaines du conflit. Au cours de sa tentative ratée de conquérir Kiev et d’autres villes du nord, les troupes russes ont commis de nombreux crimes de guerre en raison des attaques d’artillerie et de missiles qu’elles ont lancées sur les infrastructures civiles et les zones résidentielles. Pour ne rien arranger, les forces armées russes ont subi des pertes considérables, le taux de désertion est élevé et les généraux sont une bande d’imbéciles qui ne pourraient pas organiser une soirée dans une brasserie. Apparemment, ce n’est qu’une question de temps avant que les méchantes hordes russes ne soient repoussées au-delà de la frontière, la queue entre les jambes, grâce à la combinaison de la bravoure ukrainienne et de l’armement occidental.

L’image qui a été présentée de la guerre en Ukraine est en totale contradiction avec la réalité de la situation sur le terrain. De manière surprenante, les informations qui soutiennent cette affirmation, et qui sapent totalement les récits des médias occidentaux concernant la guerre, sont fournies par un article de l’édition d’août de la United States Marine Corps Gazette. Écrivant sous le nom de plume de Marinus, un officier supérieur du corps des Marines, fournit une analyse objective de la stratégie militaire russe depuis fin février. Il met totalement à mal les récits fournis par les médias occidentaux et les politiciens pro-Washington.

Marinus observe comment la Russie a mené trois campagnes militaires distinctes depuis le début de la guerre, fin février 2022. Dans le nord, les troupes russes, qui se déplacent rapidement, n’ont jamais tenté de capturer des villes comme Kiev ou Kharkov, elles n’ont jamais essayé de transformer une occupation temporaire en une possession permanente. Leur objectif était d’agir comme une « grande tromperie » qui a conduit le gouvernement de Kiev à détourner d’importantes forces de sa principale armée de campagne dans le Donbass. Cela a donné à l’armée russe le temps de déployer ses unités d’artillerie en grand nombre dans le Donbass, de sécuriser les réseaux de transport et d’accumuler de grandes quantités de munitions pour la longue campagne à venir.

Lors de la campagne du sud, les forces armées russes «  ont pris immédiatement possession de villes comparables « . Cette prise de possession s’est accompagnée d’une transformation politique en profondeur : les fonctionnaires russes ont pris le contrôle des administrations locales et les banques et fournisseurs de téléphonie mobile ukrainiens ont été remplacés par des banques russes. Parallèlement, les forces russes ont mené des raids dans les environs de la ville de Mikolaiv. Ces raids, comme ceux menés autour des villes du nord, ont contraint l’armée ukrainienne à envoyer des forces pour défendre Mikolaiv et Odessa qui auraient pu être envoyées sur le principal théâtre d’opérations dans le Donbass.

Marinus a souligné comment ces raids russes dans le nord et le sud de l’Ukraine ont évité les bombardements lourds des zones civiles, ce qui contredit directement la propagande des médias occidentaux sur les attaques russes contre les zones civiles. Il note que cette tentative d’éviter les bombardements de zones civiles dans le nord « s’explique par le désir de ne pas contrarier la population locale » qui soutient le gouvernement de Kiev. Marinus affirme que dans le sud, les forces russes ont tenté de préserver la vie et les biens des communautés qui s’identifiaient comme « russes ».

Il observe comment l’utilisation par les Russes de frappes par missiles guidés « a créé un certain nombre d’effets moraux favorables à l’effort de guerre russe ». Marinus souligne que les frappes de missiles guidés russes ont fait tout leur possible pour éviter les dommages collatéraux, c’est-à-dire les victimes civiles, grâce à l’utilisation judicieuse de cibles militaires et à la précision des missiles. Il note toutefois que les frappes occasionnelles de la Russie sur des « installations à double usage », telles que la principale tour de télévision de Kiev, ont compromis les « avantages obtenus par la politique russe globale consistant à limiter les frappes de missiles à des cibles militaires évidentes ».

Dans l’est de l’Ukraine, dans la région du Donbass, les forces russes ont mené des bombardements « qui, en termes de durée et d’intensité, ont rivalisé avec les grands concours d’artillerie des guerres mondiales du vingtième siècle ». Rendus possibles par des lignes d’approvisionnement courtes, ces bombardements lourds dans le Donbass ont servi trois objectifs. Premièrement, ils ont immobilisé l’infanterie ukrainienne dans ses fortifications. Deuxièmement, ils ont infligé un grand nombre de pertes, tant physiques que psychologiques. L’effet psychologique a conduit de nombreuses unités ukrainiennes soit à battre en retraite et à abandonner leurs positions, soit à refuser les ordres d’attaque. Troisièmement, lorsqu’ils ont été menés pendant une période suffisante, ces bombardements ont forcé les défenseurs à sortir de leurs tranchées ou à se rendre.

Marinus compare l’ampleur des bombardements russes dans le Donbass en comparant la lutte pour la ville de Popasna (18 mars au 7 mai 2022) à la bataille d’Iwo Jima (19 février au 26 mars 1945). À Iwo Jima, les marines américains ont livré une bataille féroce pour s’emparer de 10 km carrés de terrain fortifié. À Popasna, les artilleurs russes bombardent l’infanterie ukrainienne dans ses tranchées pendant huit semaines avant qu’elle ne se retire après avoir subi de lourdes pertes.

Les opérations offensives de la Russie dans l’est de l’Ukraine ont été critiquées par de nombreuses personnes, tant pro ukrainiennes que pro russes, qui les ont qualifiées de lentes et pesantes. Marinus compare les opérations russes dans le Donbass à la guerre sur le front oriental pendant la Seconde Guerre mondiale, où les forces allemandes et russes ont fait un usage intensif de chaudrons où les forces ennemies étaient encerclées, puis détruites ou forcées à se rendre. Il observe que :

L’absence de volonté de créer des chaudrons aussi rapidement que possible a libéré les Russes combattant dans l’est de l’Ukraine de la nécessité de tenir un terrain particulier. Ainsi, face à une attaque ukrainienne déterminée, les Russes retiraient souvent leurs unités de chars et d’infanterie du terrain contesté. De cette manière, ils ont à la fois réduit le danger pour leurs propres troupes et créé des situations, aussi brèves soient-elles, dans lesquelles les attaquants ukrainiens ont dû faire face aux obus et aux roquettes russes sans pouvoir s’abriter.

Ce point contredit également toute la propagande occidentale triomphante qui proclame des défaites majeures pour la Russie lorsque les forces ukrainiennes remportent des victoires tactiques mineures et que la Russie retire ses troupes d’une position. Le retrait russe de Snake Island en est un bon exemple.

Dans la dernière partie de son article, Marinus souligne le contraste frappant entre les différents types de guerre menés par les forces russes dans différentes parties de l’Ukraine. Elles faisaient toutes partie d’une grande stratégie globale dont le but premier était de détruire les forces ukrainiennes dans le Donbass et de libérer les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk du contrôle de Kiev.

Les trois objectifs clés de l’« opération militaire spéciale » de la Russie, à savoir la protection de la RPD/RPL, la « dénazification » et la « démilitarisation » de l’Ukraine, nécessitaient « d’infliger de lourdes pertes aux formations ukrainiennes combattant dans le Donbass ». Marinus prend la peine de souligner qu’aucun de ces objectifs clés n’exigeait que les forces russes occupent des parties de l’Ukraine où la majorité de la population s’identifie comme ukrainienne et soutient le gouvernement de Kiev. Une fois encore, ce point n’a pas été pris en compte par les soi-disant analystes militaires des médias occidentaux. Toutefois, dans le sud de l’Ukraine, la campagne russe a servi des objectifs politiques directs, à savoir l’intégration de territoires habités par un grand nombre de Russes ethniques dans le « monde russe ».

En conclusion, cet officier supérieur des Marines déclare que la campagne militaire de la Russie doit beaucoup aux modèles de guerre soviétiques traditionnels. Toutefois, il poursuit en exprimant son admiration pour la nature unique de la campagne militaire actuelle menée par les forces russes en Ukraine :

Dans le même temps, le programme de frappes de missiles a exploité une capacité qui n’était rien moins que révolutionnaire. Qu’ils soient nouveaux ou anciens, ces efforts ont été menés d’une manière qui démontre une profonde appréciation des trois domaines dans lesquels les guerres sont menées. En d’autres termes, les Russes ont rarement oublié qu’en plus d’être une lutte physique, la guerre est à la fois un concours mental et un argument moral.

Dr. Leon Tressell

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

Source : Les 7 du Quebec

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.