Un nouveau virus circule…

Un traitement de l’actu décalé. Quoi de plus naturel de traiter par la dérision des situations absurdes.

Après l’annonce du suicide d’un kiné de la ville qui avait été contraint de fermer son cabinet pour cause de refus de l’injection… il fallait détendre un peu l’atmosphère. Il n’avait malheureusement jamais voulu rejoindre le collectif soignants 22…

De l’autre côté de l’Atlantique, dans le grand-nord, à l’heure où nous parlons, des milliers de routiers convergent vers la ville d’Ottawa pour obtenir la levée des restrictions et sans doute la démission de Trudeau.

20 Minutes
CNews

Pour protester contre ces mesures, plusieurs dizaines de camionneurs canadiens se sont élancés en convoi dimanche depuis Vancouver, sur la côte Pacifique, vers la capitale fédérale à quelque 4.400 km plus à l’est, ont rapporté les médias canadiens. Certains affirment qu’il ferait 70 kilomètres de long.

Mais revenons en Europe…

Depuis quelques jours, peut-être quelques semaines voir quelques mois, un nouveau virus circule…. Il s’agit d’un virus particulier, dans le sens qu’il ne touche qu’une frange particulière de la population dite « opportuniste ». Les symptômes provoqués par ce virus sont eux très caractéristiques. Il provoque des symptômes qui affectent la sphère neurologique. Mais, ce qui semble être rassurant, au lieu d’entrainer une dégradation, il semble améliorer le fonctionnement logique de l’individu avec toutefois, dans certains cas, un effet malheureusement réversible et rétrograde.

Les chercheurs ont déjà trouvé un nom à ce virus. Ils l’ont baptisé Dutronc en pensant à une chanson qui décrit particulièrement bien les symptômes [Extrait – Je retourne ma veste, toujours du bon côté]

Le premier touché, ou patient 0 pour la France, aurait été repéré. Il s’agirait d’un dénommé Martin Blachier.

Mais depuis quelques jours le virus Dutronc semble voir sa virulence augmenter en Europe puisqu’il a déjà provoqué le retour à la raison de nombreux états comme L’Irlande, La Grande Bretagne, Le Danemark, l’Espagne pour n’en citer que quelques-uns qui ont levé l’ensemble des restrictions abandonnent le pass ou s’apprêtent à le faire. Même l’Allemagne et l’Autriche semblent touchées.

Et la France ne semble pas épargnée.

Karine Lacombe appelle à changer de stratégie « Arrêtons de tester, isoler, tracer » dit-elle tout en appelant toujours dans le même temps à l’injection… Il est vrai qu’en ce moment tester n’est pas très porteur pour le discours officiel…

Même Laurent Fabius montre des signes en reconnaissant dans Ouest France que « le Pass vaccinal atteint les libertés » atteintes toutefois justifiées selon lui par la situation sanitaire, et on le comprend au vue de l’efficacité prouvée du Pass sur ce plan.

Attali s’en prend à Martin Hirsch qui s’interrogeait sur le maintien du remboursement des soins pour les non-injectés. Il qualifie sa proposition de soit scandaleuse, soit stupide !

Une autre avancée importante cette fois, sur la connaissance du SARS COV 2. Une étude démontre le lien entre la survenue d’un cas positif et les situations où le besoin de changer d’espace spacio-temporel est extrême. On se souvient du cas positif du député Bothorel quelques jours avant la rencontre qui devait avoir lieu avec notre collectif, ou encore la disparition de l’occupant du ministère de la santé pendant le vote de la loi du pass vaccinal qui n’a pu ainsi répondre aux questions des parlementaires… Et en ce moment on observe le cas Trudeau qui alors que les routiers s’apprêtaient à investir la capitale du Canada s’est retrouvé malencontreusement cas contact.

On remercie aussi l’Autriche qui a mené une étude grandeur nature. Après avoir confiné sa population non injectée, elle connait actuellement une explosion de tests positifs, disculpant ainsi ce groupe de toute responsabilité dans cette la situation.

La Belgique va mieux elle aussi. Les belges semblent retrouver leur humour. RTL Info nous apprend qu’à Saint-Josse: le centre de vaccination est fermé…pour cause de Covid. Trop d’injecteurs sont covidés ! A se demander s’ils prennent le temps de s’injecter eux-mêmes. Il est vrai qu’au taux horaire où ils sont payés… chaque minute vaut de l’or !

En France, l’occupant du ministère de la santé, toujours à contre-courant, agacé de la résistance des injectés à recevoir une nouvelle dose annonçait hier soir une diminution de la durée de validité des certificats de rétablissement de 6 à 4 mois, avec effet rétroactif.

Alors plus que jamais c’est le temps de redoubler d’efforts et ne pas nous laisser berner par le virus Dutronc. Il est temps de décupler nos actions pour accélérer le basculement qui s’opère.

Lorsque le Pass vaccinal et l’ensemble des restrictions seront suspendues, et elles le seront, le plus dur restera à faire :

  • Obtenir l’abrogation de toutes ces lois liberticides qui pèseront désormais comme une épée de Damoclès au-dessus de nos têtes ;
  • Permettre à la vérité sur le pourquoi de cette crise d’éclater ;
  • Identifier, juger et condamner les auteurs, les responsables et les complices de cette plandémie ;
  • Réparer les traumatismes des innombrables victimes de la politique de distanciation sociale autant que des dits « vaccins » ;
  • Construire un nouveau modèle de société permettant l’exercice réel de la démocratie.

Source : Collectif citoyen de Lannion

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.