Un nouveau commandant à la gendarmerie

Le commandant est arrivé avec sa femme et ses deux enfants. Il connaît le Trégor pour y avoir débuté comme auxiliaire, il y a 20 ans. Et le département, pour y avoir de la famille proche.

Le commandant est arrivé avec sa femme et ses deux enfants. Il connaît le Trégor pour y avoir débuté comme auxiliaire, il y a 20 ans. Et le département, pour y avoir de la famille proche. |

Le chef d’escadron Yannick Letaconnoux a officiellement pris ses fonctions, hier, à la tête de la compagnie.

Les gendarmes du Trégor ont provisoirement quitté leurs brigades respectives, hier matin, pour se retrouver dans la cour du château de Kerduel, à Pleumeur-Bodou. Un moment important pour les militaires qui ont assisté à la cérémonie protocolaire installant officiellement dans ses fonctions leur nouveau commandant : Yannick Letaconnoux.

Cavalier, informaticien… commandant

De nombreux élus du territoire se sont mêlés aux gendarmes pour saluer l’arrivée de cet homme de 43 ans sur les terres trégorroises qu’il connaît pour avoir entamé sa carrière « il y a tout juste 20 ans, comme gendarme auxiliaire à Lannion », confirme l’intéressé. « Avouez que, déjà à l’époque, vous convoitiez la place du commandant, lui a lancé le colonel Philippe Leclercq, commandant le groupement de gendarmerie départementale des Côtes-d’Armor. Vous y êtes arrivé. Mais pour la place de colonel, on verra plus tard ! »

Le trait d’humour souligne l’itinéraire peu banal du nouveau commandant. Après son expérience d’auxiliaire, son goût pour l’équitation l’amène par la suite à entamer sa carrière dans la Garde républicaine. Mais devenu officier, Yannick Letaconnoux est affecté à la compagnie de Saint-Lô (Manche).

Avant de changer à nouveau de domaine de compétences, en 2007, en se spécialisant cette fois « dans l’informatique et les télécommunications à la direction générale de la gendarmerie » indique le chef d’escadron Yannick Letaconnoux qui, d’expérience en expérience, dit avoir toujours gardé « la rigueur comme fil rouge ».

Le terrain, le nouveau commandant a d’ores et déjà commencé à s’y frotter : 115 gendarmes sont sous ses ordres depuis un mois, sur un secteur allant de Plestin à Paimpol. « Le taux de délinquance en fait un secteur où il fait bon vivre mais ce n’est pas le fruit du hasard : ça se travaille » l’avise le colonel Leclercq. Le travail a déjà commencé.

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.