Un homme de 70 ans s’effondre et meurt 25 minutes seulement après avoir reçu le vaccin COVID-19 à New York – les autorités affirment qu’il « n’a pas eu de réaction allergique »

Un homme âgé s’est effondré et est décédé à New York dimanche matin peu après avoir reçu un vaccin COVID-19, ont révélé les autorités lundi.

deces-70L’homme, qui avait 70 ans, est tombé en quittant le centre de convention Jacob Javits de Manhattan 25 minutes seulement après avoir reçu son vaccin, a déclaré le Dr Howard Zucker, commissaire à la santé de l’État de New York, dans un communiqué.

La sécurité sur place et les premiers intervenants se sont précipités à ses côtés en quelques secondes, mais l’homme, qui n’a pas encore été nommé, a été déclaré mort dans un hôpital local peu après.

On ignore pour l’instant si le décès de l’homme est lié au vaccin, une enquête étant en cours.

Les réactions indésirables au vaccin sont considérées comme extrêmement rares, ces quelques cas étant le plus souvent liés à une réaction allergique connue sous le nom d’anaphylaxie.

« Les premières indications montrent que l’homme n’a pas eu de réaction allergique au vaccin », a cependant déclaré M. Zucker dans son communiqué.

L’effondrement soudain de l’homme a fait suite à une période d’observation obligatoire de 15 minutes, au cours de laquelle il « n’a présenté aucune réaction indésirable ni aucune détresse », a déclaré M. Zucker.

Le FDNY a déclaré que le patient avait été emmené à l’hôpital juste avant 11 heures dimanche, où il est mort peu après son arrivée.

L’identité de l’homme n’a pas encore été révélée par les autorités. On ne sait pas non plus quel type de vaccin COVID-19 il a reçu.

Le Centre Javits et le bureau de Zucker n’ont pas encore retourné de demande de commentaires à DailyMail.com sur cette affaire.

Dans sa déclaration, M. Zucker a souligné que lui-même et d’autres experts de la santé publique estiment que le vaccin « est sûr et qu’avec une vigilance constante, y compris le port d’un masque et la distanciation sociale, il mettra fin à cette pandémie ».

« J’encourage tous les New-Yorkais éligibles à se faire vacciner », a poursuivi M. Zucker.

Le centre Javits a ouvert ses portes en janvier en tant que site de vaccination de masse, et est l’un des nombreux sites de la région de New York. Il a été utilisé à l’origine comme hôpital de campagne après que la pandémie de coronavirus ait frappé pour la première fois au printemps dernier.

Près d’un million de personnes à New York ont été vaccinées à ce jour, et 1,5 million d’habitants ont reçu leur première dose dans tout l’État.

Dans l’ensemble des États-Unis, le nombre quotidien de personnes vaccinées dépasse désormais largement le nombre de personnes infectées, le pays comptant en moyenne 1,3 million de vaccins par jour.

Au total, près de 42 millions de doses ont été administrées jusqu’à présent.

Au moins une dose de vaccin a été administrée à 31 579 100 millions de personnes, ce qui représente 9,6 % de la population.

Un peu plus de 9 147 000 Américains ont maintenant reçu les deux doses d’un vaccin, ce qui représente 2,78 % de la population.

Les réactions indésirables au vaccin sont considérées comme extrêmement rares, ces quelques cas étant le plus souvent liés à des réactions allergiques.

Cependant, depuis le début de l’introduction du vaccin en décembre, on a enregistré une poignée de décès inexpliqués impliquant des personnes ayant récemment reçu une injection de COVID.

Au cours du week-end, la ministre de Virginie, Drene Keyes, 58 ans, est morte moins d’un jour après avoir reçu une dose du vaccin Pfizer dans une clinique de Varsovie vendredi et être tombée malade.

Les responsables ont déclaré qu’ils ne connaissaient pas la cause de son décès, ni les conditions sous-jacentes que Keyes aurait pu avoir et qui auraient pu y contribuer, et ont déclaré qu’il n’y avait aucune preuve que son décès était lié à la vaccination.

Comme lors de l’incident de dimanche à New York, Keyes est restée à la clinique pendant 15 minutes après la dose, comme recommandé, avant de retourner à la clinique plus tard dans la journée.

Elle a été transportée d’urgence à l’hôpital Tappahannock de VCU Health, où elle est morte samedi.

« Les résultats préliminaires indiquent que la cause du décès n’est pas l’anaphylaxie, mais il faudra plusieurs semaines pour obtenir des informations supplémentaires », a déclaré le chef de la police de Varsovie, Joan Kent.

« Nous pouvons confirmer que le décès est survenu dans les heures qui ont suivi la réception du vaccin, mais cela ne prouve pas qu’il y ait un lien entre les deux. Nous enquêtons actuellement et ne connaissons pas encore la cause du décès. »

Kent a poursuivi : « Nos pensées sont avec la famille pendant cette période déchirante », a déclaré le Centre de contrôle et de prévention des maladies dans un communiqué. Les CDC continuent à surveiller de près la sécurité de tous les vaccins et nous travaillons activement avec les autorités de Virginie pour enquêter sur la situation.

Au cours du week-end, la ministre de Virginie, Drene Keyes (à droite), 58 ans, est morte moins d’un jour après avoir reçu une dose du vaccin Pfizer dans une clinique de Varsovie vendredi et être tombée malade.

De même, en Californie le mois dernier, Tim Zook, un technologue en radiologie de 60 ans du South Coast Global Medical Center de Santa Ana, est mort le 7 janvier, deux jours après avoir reçu sa deuxième dose de vaccin Pfizer.

Le jour de sa vaccination, il avait écrit sur Facebook qu’il n’avait « jamais été aussi excité à l’idée de se faire vacciner » et qu’il célébrait sa « vaccination complète ».

Cependant, quelques heures plus tard, le père de trois enfants aurait eu une réaction négative apparente, disant à ses collègues qu’il avait des douleurs aiguës à l’estomac et qu’il avait des difficultés à respirer.

Lorsque ses symptômes se sont aggravés, ses collègues l’ont emmené aux urgences où il a été placé sous respirateur quatre heures après son arrivée.

Le coroner du comté d’Orange a déclaré que la cause de la mort de Zook n’est pas encore concluante et que des tests toxicologiques supplémentaires prendront des mois à réaliser. S’il y a une corrélation avec le vaccin, le bureau a dit qu’il en informera l’Agence de soins de santé du CO.

Dans une déclaration faite à DailyMail.com à l’époque, un porte-parole de Pfizer a déclaré que la société était au courant de la mort de Zook et qu’elle enquêtait également sur cette affaire.

Pfizer a déclaré : « Nos pensées vont immédiatement à la famille endeuillée. Nous suivons de près tous ces événements et recueillons les informations pertinentes à partager avec les autorités réglementaires mondiales. »

« Sur la base des examens de sécurité en cours effectués par Pfizer, BioNTech et les autorités sanitaires, le BNT162b2 conserve un profil avantages-risques positif pour la prévention des infections COVID-19. Les effets indésirables graves, y compris les décès qui ne sont pas liés au vaccin, sont malheureusement susceptibles de se produire à un rythme similaire à celui de la population générale. »

La femme de Zook, Rochelle Zook, a déclaré au Register que sa famille ne « blâmait aucune entreprise pharmaceutique ».

« Mon mari a adoré ce qu’il a fait », a-t-elle déclaré. « Il a travaillé dans des hôpitaux pendant 36 ans et demi. Il croyait aux vaccins. Je suis sûre qu’il reprendrait ce vaccin, et qu’il voudrait que le public le prenne. »

« Mais quand quelqu’un présente des symptômes deux heures et demie après un vaccin, c’est une réaction. Qu’est-ce qui aurait pu se passer d’autre ? Nous voudrions que le public sache ce qui est arrivé à Tim, pour qu’il ne soit pas mort en vain. Les réactions graves sont rares. En réalité, le COVID est une force bien plus mortelle que les réactions du vaccin potentiel lui-même.

Le message est le suivant : Soyez prudent, prenez le vaccin, mais les responsables doivent faire plus de recherches. Nous devons en connaître la cause. Les vaccins doivent être aussi sûrs que possible. Chaque vie compte. »

Dimanche, pour la première fois en trois mois, les États-Unis ont signalé moins de 100 000 nouveaux cas quotidiens de COVID-19, et les hospitalisations ont également diminué à mesure que le déploiement du vaccin s’accélérait.

Un peu plus de 96.000 nouveaux cas et 1.474 décès ont été signalés dans tout le pays dimanche, selon un décompte du projet de suivi COVID.

Ces derniers chiffres portent le total des États-Unis à plus de 26,99 millions de cas et 463 339 décès à ce jour.

Les hospitalisations ont également diminué avec 81.439 patients admis à partir de dimanche – le quatrième jour consécutif avec moins de 90.000 après deux mois au-dessus de ce seuil.

Source : Daily Mail – Traduit par Anguille sous roche

Source : Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.