Ukraine : Pourquoi Poutine parle-t-il de nazis ?

Vladimir Poutine veut « dénazifier » l’Ukraine, accusée de pratiquer un génocide parmi les populations prorusses du Donbass. Les nazis ? Le bataillon d’Azov, une unité d’extrême droite de l’armée ukrainienne. Mais pas que.

Emblème du Bataillon d’Azov (MrPenguin20, Public domain, via Wikimedia Commons)

La guerre entre la Russie et l’Ukraine n’a pas commencé le 24 février 2022. Elle trouve son origine dans la révolte du Maïdan et la guerre civile du Donbass, en 2014, opposant les séparatistes prorusses au gouvernement ukrainien. Les deux entités du Donbass, à l’est de l’Ukraine, proclament leur indépendance et signent des accords d’amitié et de coopération avec la Russie. Ce sont la République populaire de Donetsk (RPD) et la République populaire de Lougansk (RPL).

Le massacre d’Odessa

Inacceptable pour Kiev qui envoie ses chars bombarder la région. Donc sa propre population. Des tueries abominables ont lieu dans le Donbass, mais aussi dans plusieurs villes. Le 2 mai 2014, à Odessa, les affrontements sanglants font des dizaines de morts, notamment parmi la population prorusse, dont l’incendie criminel de la Maison des syndicats reste dans les mémoires.
Un vrai massacre. En huit ans, la guerre du Donbass fera plus de 13.000 morts. Les accords de Minsk de 2014 et 2015 seront sans effet. L’OCSE (l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) ne peut que constater l’échec des négociations.
Le 21 février 2022, la Russie reconnaît l’indépendance des deux Républiques du Donbass, RPD et RPL. Elle envahit l’Ukraine.

Des groupes nazis dans l’armée

L’armée ukrainienne est composée de groupes et de milices au passé sulfureux. Il y a l’Organisation des Nationalistes Ukrainiens (OUN) et sa branche militaire, l’Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA). Un hommage national leur est rendu le 14 octobre. Et le 1er janvier, une marche aux flambeaux honore la mémoire de Stephan Bandera, dirigeant des deux organisations et collaborateur du 3ᵉ Reich, comme le rappelle Le Monde Diplomatique.
Mais il y a surtout le fameux bataillon d’Azov.
Ce bataillon formé de volontaires au début de la guerre du Donbass a été depuis incorporé à l’armée régulière de l’Ukraine, dans la garde Nationale. La plupart de ses membres sont des adeptes de l’idéologie nazie, de la suprématie de la race blanche. Et ils ne s’en cachent pas. La croix bizarre qui décore leur drapeau ne laisse d’ailleurs aucun doute : elle ressemble beaucoup à la croix gammée de triste mémoire.

Andriy Biletsky, député et militaire

Le fondateur et dirigeant du Bataillon d’Azov s’appelle Andriy Biletsky. Cet Ukrainien ultranationaliste de 43 ans, lieutenant-colonel de police et député, a pris part à la guerre du Donbass.
Blietsky s’est engagé en 2002 dans une organisation paramilitaire d’extrême droite Tryzub. Puis il se rapproche du Parti social-nationaliste d’Ukraine. En 2005, il lance l’organisation Patriotes d’Ukraine. Avec des membres de l’UNA-UNSO, de Tryzub et du SNPU devenu Svoboda, le parti politique est baptisé Union pan-ukrainienne Liberté.

En 2008, Blietsky regroupe plusieurs organisations d’extrême droite au sein de l’Assemblée sociale-démocrate parmi lesquelles les Patriotes d’Ukraine. La guerre qui fait rage en Ukraine depuis le 24 février nous enseigne que la vision dichotomique du monde que veut imposer l’Occident n’est pas si évidente. Il n’y a pas les méchants à l’Est et les gentils à l’Ouest. Le monde est plus compliqué. Pour mieux le comprendre, il faut faire l’effort de connaître l’histoire.

Source : Info du jour

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.