Ukraine : Le général d’Armée (2S) Jean René Bachelet fait connaître son point de vue

par le Général Dominique Delawarde

Bonjour à tous,

Alors qu’une fracture très nette apparaît dans les rangs des militaires d’active ou retraités au sujet de l’Ukraine entre les Atlantistes, seuls invités et autorisés à s’exprimer sur les plateaux des télévisions nationales et qui soutiennent l’engagement français au sein de l’OTAN, derrière son chef états-unien et ceux qui, tout aussi nombreux sinon plus, mais interdits d’expression publique, qui considèrent que c’est une erreur de soutenir une guerre de plus, menée par procuration, par les USA contre la Russie, le général d’Armée (2S) Jean René Bachelet, dont la parole est rare, fait connaître son point de vue en un texte très court (1 page), et percutant.

Je ne peux que partager ce point de vue qui est aussi celui de généraux italiens tout aussi éminents.
https://www.profession-gendarme.com/la-revolte-de-generaux-italiens-ce-nest-pas-notre-guerre-disons-non-aux-usa/

Observons que l’OTAN états-uniens, qui ne représente que 12% des habitants de la planète, eux même divisés sur le sujet, apparaît de plus en plus isolé à l’échelle planétaire puisque nombre de grands (et petits) pays rejettent désormais la tyrannie des occidentaux qui prétendent régenter le monde avec leurs monnaies de singe (dollars, euros) qui ne reposent que sur des océans de dette, et leurs valeurs, qui se prétendent universelles, mais qui sont trop souvent dévoyées.

Pour ceux qui ne s’en seraient pas encore aperçu, le brouhaha médiatique entretenu par les organes de presse occidentaux ne peut plus occulter ce qui s’écrit et se dit dans les médias du « reste du monde » (plus de 80% des populations).

J’invite ceux qui ne l’auraient pas encore fait, à lire régulièrement les journaux étrangers (non otaniens) pour diversifier leurs sources d’information et affiner leurs jugements.

Général Dominique Delawarde

=============

La guerre en Ukraine et le crépuscule de l’Occident.

Face à la guerre en Ukraine, nous sommes sommés de choisir notre camp selon un manichéisme absolu, en l’occurrence derrière une Amérique, redevenue le champion des plus hautes valeurs humanistes. Ceux qui émettent quelques objections le feraient au nom d’un « parti pris anti-américain virulent ».

La réalité historique qu’il faut bien regarder en face et qui devrait nous conduire à mieux percevoir la façon dont le monde apprécie quant à lui  l’Amérique, donc l’Occident, est pour le moins contrastée.

*le génocide indien comme acte fondateur (pour le coup, le mot, fût-il anachronique, est rigoureusement approprié).

*la conquête des Philippines conduite avec une sauvagerie sans égale.

*la réduction en lumière et chaleur de  300 000 habitants d’Hiroshima et Nagasaki, pour l’essentiel civils de tous sexes et âges, sans objectif militaire, alors même que le Japon était soumis à un blocus hermétique, sans ressources, que la maitrise américaine dans les airs et sur mer était totale et que le mikado faisait des offres de cessation des hostilités. Si crime contre l’humanité il y eut ce fut bien dans ce moment-là.

*durant la « guerre froide », l’appui systématique et sans états d’âme à des dictatures de tous poils en Amérique, en Grèce et en Extrême-Orient.

*dans la même période, 10 000 jours durant, la mise à feu et à sang du Viet-Nam, et ses prolongements laotiens et cambodgiens, avec le résultat pitoyable que l’on sait et dont, avec le recul, on recherche vainement ce qui pouvait justifier des victimes qui se comptent par millions … Là encore, indéniable « crime contre l’humanité »…

*à peine l’implosion de l’empire soviétique survenue, en guise de « nouvel ordre mondial », un interventionnisme sans frein qui, via l’Irak, allait mettre, pour le coup la planète à feu et à sang, au prix de mensonges d’état désormais avérés.

Sans omettre, au prix de semblables mensonges, l’opération kosovare et le bombardement de la Serbie 45 jours durant, qui permet de redonner une nouvelle vie à une Otan dont nul ne voyait plus la justification.

….Encore ne s’agit-il là que des faits historiques les plus saillants.

Or, dans le même temps, et aujourd’hui plus que jamais, tout cela au nom de valeurs hautement proclamées: la dignité de l’homme, son intégrité, sa liberté ! Comment, hors Occident, n’y verrait-on pas qu’hypocrisie et duplicité ?

Je pensais pour ce qui me concerne que l’Europe, après avoir pris sa part au cours des siècles passés à une semblable hypocrisie, avait désormais pour vocation et destin de remettre l’Occident sur le droit chemin, seule voie susceptible d’assurer, dans le nouveau monde qui émerge, la pérennité de notre civilisation, mieux encore, d’en favoriser la renaissance et, pour cela de se dégager de l’emprise de son avatar d’outre-Atlantique.

Au lieu de cela, nous voilà revenus au banc des rameurs de la galère américaine, pour un naufrage de concert programmé…

Douloureuse perspective au soir de nos vies….

Jean-René Bachelet, le 5 mai 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.