Toulouse : la radiation d’une infirmière du CHU suspendue par la justice

L’hôpital des enfants du CHU de Purpan. / DDM – NATHALIE SAINT-AFFRE

Publié le 13/12/2021 à 16:39 , mis à jour à 16:42

Élodie, une infirmière du CHU de Toulouse, a été radiée alors qu’elle était en arrêt de travail. L’hôpital arguait « un arrêt non justifié ». Ce lundi, le tribunal administratif de Toulouse a suspendu l’exécution de cette décision. 

Les tribulations d’Elodie, infirmière de l’hôpital des enfants radiée le 4 novembre dernier alors qu’elle était en arrêt maladie, prennent fin. Ce lundi, le tribunal administratif a tranché : il suspend l’exécution de la décision du 4 novembre 2021 par laquelle le directeur général du CHU de Toulouse a prononcé la radiation pour abandon de poste. 

« Le juge des référés peut en effet suspendre l’exécution d’une décision administrative lorsque l’urgence le justifie et qu’existe un doute sérieux sur sa légalité. La requête de Mme X a été appelée à deux audiences successives, afin de permettre un débat contradictoire. En l’espèce, le juge a considéré que la condition d’urgence était satisfaite, dès lors que la radiation de Mme X a pour effet de la priver de son emploi et de tout revenu, dans un contexte d’affection médicale d’ordre psychologique et d’anxiété et qu’elle préjudicie donc de manière suffisamment grave et immédiate à sa situation », a écrit le tribunal administratif.

Une situation de détresse

Après plusieurs arrêts de travail durant l’été 2021, Elodie a été placée en congé de maladie pour syndrome anxio-dépressif, sur certificat médical pour la période du 30 août 2021 au 1er octobre 2021. Dès le lendemain, soit le 31 août, le CHU l’a convoqué pour une contre-visite qui s’est tenue le 10 septembre 2021. Le médecin agréé a conclu à la reprise des fonctions à la date du 1er octobre 2021. Cependant, l’infirmière a adressé à l’administration un nouvel arrêt de travail de son médecin traitant pour le mois d’octobre 2021. Le CHU, se fondant sur les conclusions du médecin agréé et en l’absence d’élément nouveau, a estimé que son absence n’était pas justifiée. Élodie a été mise en demeure de se présenter dans un délai de 48 heures. En l’absence de reprise dans ce délai, elle serait placée en abandon de poste et donc radiée des cadres. La décision de radiation est intervenue le 4 novembre 2021.

Jeudi 2 décembre, devant le tribunal administratif qui examinait la suspension de son licenciement, Elodie, désespérée, nous confiait : « Je touche le fond mais je me bats pour mes enfants et pour tous ceux qui ont mis fin à leurs jours. J’espère que ça donnera à d’autres personnes l’envie de se battre. » 

La décision du CHU avait suscité indignation et colère. Sur Change.org, une pétition en soutien à l’infirmière a recueilli plus de 45 000 signatures. Ses collègues avaient également lancé une cagnotte pour la soutenir. 

La CGT a demandé ce lundi sa réintégration.

 Hocine Zaoui

Source : La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.