Surveillant, sa vie a basculé quand des individus armés ont pénétré chez lui, promettant de le tuer. découvrez son récit

Prison-les-4-raisons-de-la-colere-des-surveillants

Thomas* est surveillant pénitentiaire depuis 2014. en avril 2018, sa vie a basculé quand des individus sont venus devant son domicile pour le menacer de mort. Aujourd’hui il a décidé d’écrire un récit et de le diffuser sur les réseaux sociaux. c’est une manière pour lui de se faire entendre et d’appeler à l’aide.

Aujourd’hui j’ai décidé d’arrêter de me taire et de raconter mon histoire .
En avril 2018 alors que j’étais tranquillement dans mon jardin des individus se sont arrêtés devant chez moi en criant tu es mort surveillant et ont éclaté un objet sur mon pare-brise puis leur véhicule est parti .
Le soir d’après ils sont revenus pendant la nuit rayer toute ma bagnole et on écrit fdp sur le capot comme vous l’aurez compris ça veut dire fils de p*** .
La nuit suivante alors que j’arrivais pas à fermer les yeux pour dormir suite à ces deux problème j’entends mes chiens aboyer il était environ minuit je prends une de mes armes car je suis tireur sportif une lampe torche quand je sors derrière chez moi je me retrouve nez à nez avec deux personnes.
L’un d’entre eux avec une cagoule et l’autre avec une capuche noir et un tissu noir sur la figure , le plus effrayant c’est qu’il en avais un avec une arme type fusil à canon scié dans la main et l’autre avait une barre à décoffrer.
Je mets en joue les 2 personnes avec mon arme et ma lampe torche dans la figure puis je les somme de partir avant de faire feu.
Puis les deux individus on choisit de prendre la fuite mais en criant haut et fort  » que ce soit chez toi ou dans la rue on te tuera surveillant »

Face à cette situation ma direction a pris initiative de me reloger moi et ma famille dans des locaux de l’administration pénitentiaire et j’ai rien à reprocher à ma direction qui m’ont beaucoup soutenu ainsi que quelques collègues sur place.

j’ai bien évidemment porter plainte à trois reprises mais à chaque fois que j’étais auditionné par les gendarmes j’avais l’impression d’être un fou.
Vu qu’il n’avait aucune preuve ce que je comprends vu ma situation géographique au mois de juillet je reçois une lettre disant que affaire est classé sans suite.

Alors depuis 1 ans je vis avec la hantise que ça se reproduise car l’État n’est même pas fichu de protéger leurs agents, le classement de sens suite de l’affaire m’a fait plongée dans une profonde dépression et à beaucoup nuit à ma vie de famille.

Ça fait plus d’un an que j’attends des réactions de la part de l’État face à cette horrible situation mais rien se passe donc aujourd’hui je suis détruit anéanti rabaisser plus bas que terre en étant oublier.

L’histoire doit être rendu public pour tous les agents qui se battent pour protéger notre pays que ce soit la police la gendarmerie l’administration pénitentiaire les douaniers les pompiers et l’armée nous avons le droit de pouvoir nous défendre face à cette insécurité grandissante.

Même si je suis écœurer par tout ça je reste un Français patriote qui aime son pays et je continuerai à le défendre.

Vous pouvez venir en aide à Thomas en participant à sa cagnotte en ligne en cliquant ici.

*Le prénom à été modifié.

Source : Actu Pénitentiaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.