Son permis retiré dans la nuit du Nouvel An, il se présente à la gendarmerie… au volant

Photo archives illustration Nicolas Perrin

Ce mardi, la gendarmerie de Côte-d’Or communique autour du cas d’un automobiliste pour le moins “négligeant”. Un comportement qui lui vaut une convocation devant le tribunal dans les prochaines semaines.

Permis retiré sur le champ

Tout commence dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier. Il est 4h40 lorsqu’un conducteur est arrêté par les gendarmes de la brigade motorisée de Velars-sur-Ouche dans le cadre d’un contrôle routier. Celui-ci est alors contrôlé positif avec un taux d’alcoolémie de 0.61 mg par litre d’air expiré (soit 1,2 g/litre de sang). Son permis lui est immédiatement retiré, son véhicule fait l’objet d’une mesure d’immobilisation et l’homme se voit convoqué dans les locaux de la BMO le lendemain.

Première “négligence” : le conducteur tente de reprendre le volant de son véhicule pour rentrer chez lui à l’issue du contrôle. Les gendarmes encore présents lui expliquent qu’il doit prévenir une personne de son entourage pour venir le chercher puisqu’il ne peut plus utiliser sa voiture.

Contrôlé à nouveau en quittant la gendarmerie

Le lendemain matin, les gendarmes constatent que le véhicule immobilisé n’est plus là où il avait été laissé la veille et le contrevenant qui a été convoqué à la BMO de Velars/Ouche pour venir s’expliquer sur les faits de la veille arrive à son audition… avec sa voiture. Pas bête, l’homme a tout de même pris la précaution de se garer à 200 m de la gendarmerie. En vain. Il est de nouveau contrôlé et interpellé au volant de son véhicule alors qu’il sort de la gendarmerie et rentre chez lui.

Pour l’ensemble des faits reprochés, l’automobiliste risque l’annulation de son permis de conduire.

Source : Le Bien Public

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *